Législatives 2017

Ils vont voter Macron, ils ne savent pas ce qu’ils font !

Économiste

Ancien haut dirigeant d'entreprise

 

Dans nos boîtes aux lettres, nous recevons des prospectus électoraux nous disant simplement : « Voter pour Durand, c’est voter pour Macron ! » sans aucun programme d’action, alors que Macron n’a pas, également, de programme politique, si ce n’est quelques velléités européennes, climatiques et le désir de réformer le marché du travail d’une façon très floue. Pas la moindre allusion bien évidemment, avec Macron, au problème politique n° 1 de la France – l’immigration et l’islam, qui sont complètement passés sous silence – mais, bien au contraire, des tirades utopiques sur les bienfaits du vivre ensemble dans un monde ouvert et multiethnique qui ne correspondent en rien ni aux faits historiques (Liban, la valise ou le cercueil pour les pieds-noirs, l’assassinat quotidien des fermiers blancs en Afrique du Sud…), ni aux réalités quotidiennes des Français.

Quant à la réforme Macron du droit du travail, personne ne sait ce qu’il en est exactement ! C’est le règne de l’ambiguïté et du flou le plus total ! Les candidats d’En Marche !, ne sachant même pas ce qui sera décidé en haut lieu, refusent tout débat public.

Il semblerait que la réforme se limitera, en fait, au plafonnement des indemnités prud’homales, à la fusion des instances représentatives du personnel, à la primauté donnée aux accords d’entreprise sur les accords de branche, à la faculté donnée aux employeurs de faire des référendums sur des problèmes d’organisation interne.

Il ne s’agit donc pas, comme le souhaitait Fillon, d’une remise à plat complète du Code du travail. Le joueur de flûte Macron qui, ministre, avait fustigé à juste titre les 35 heures comme raison principale de la non-compétitivité française, semble donc déjà se défiler.

Le ministre du Travail Muriel Péricaud, ancienne DRH de Danone et Dassault Systèmes, n’entreprend absolument rien de semblable aux réformes courageuses entreprises entre 2003 et 2005 en Allemagne par le social-démocrate Schröder avec Hartz, le DRH de Volkswagen qui a su, lui, rendre l’Allemagne structurellement compétitive.

L’hypocrisie de Macron est donc totale puisqu’il ne va pas s’attaquer aux 35 heures et contribuer, par conséquent, à l’écroulement de l’industrie française. C’est donc vraiment prendre tous les électeurs de Macron pour des imbéciles.

On apprend, par contre, que les Macron sont allés dîner dans le plus grand secret avec les Hallyday ! Cela nous fait une belle jambe. La com’ de l’illusionniste Macron ne redonnera pas du travail aux six millions de chômeurs français.

Avec Macron, l’arnaque de Hollande continue bel et bien. La France perdra sur les deux tableaux de l’économie et de l’immigration, suite aux deux jambes flageolantes du marcheur. On aura, en prime, 1.400.000 immigrés de plus alors que Fillon voulait mettre en place des quotas. L’inefficacité économique française se perpétuera dans une France non compétitive ouverte aux quatre vents de la concurrence mondialiste des pays industrialisés et des pays émergents ! Décidément, la misérable allocation de Penelope Fillon, suite à l’infâme piège moraliste médiatique et juridique tendu par Hollande et Macron, a pour conséquence un coût financier, économique, civilisationnel, migratoire et politique qui est catastrophique et inacceptable pour la France.

Ancien haut dirigeant d'entreprise

POUR ALLER PLUS LOIN