Général Antoine Martinez : « Il est temps que certains brisent le silence pour provoquer le sursaut nécessaire ! »

À l’instar du général Ract-Madoux, le général Martinez rappelle que la désignation du chef de l’État est aussi celle du chef des armées, élément d’importance dans le contexte actuel et complètement oublié durant cette campagne.

Les 2 % du PIB demandés pour la Défense par le général Ract-Madoux et promis par François Fillon lui paraissent, en revanche, notoirement insuffisants.

Pour défendre la liberté d'expression,
je soutiens Boulevard Voltaire en faisant un don.

À LIRE SUR BOULEVARD VOLTAIRE

Les commentaires sur cette page sont fermés.