Economie - Editoriaux - 10 septembre 2018

Les alternatives de la décroissance

La cause décroissante progresse depuis environ une décennie. Le mot même de « décroissance » fait son chemin. Comment peut-on produire et consommer à l’infini dans un monde fini ? Comment décoloniser notre imaginaire productiviste ? Comment exploiter plus de ressources naturelles et de matières premières qu’il n’en existe ? Comment prendre au sérieux ce nouvel évangile indexé sur le PIB qui comptabilise les richesses matérielles accumulées sans se soucier des dégâts sociaux et environnementaux sur la planète ? Quelques questions qui méritent d’être posées dans notre hypermodernité techno-économique. Quelques questions qui méritent d’être posées dans notre postmodernité économiste et technicienne. Quelques questions qui méritent d’être posées mais qui, jusqu’à maintenant, ne trouvaient pas suffisamment de réponses appropriées. Pourtant, les alternatives décroissantes existent.

En premier lieu, il faut mettre en pratique cet adage bien connu : « Penser globalement et agir localement. » Il demeure indispensable pour faire échec au soft-totalitarisme marchand du « Toujours plus ». Le très décroissant Serge Latouche préconise d’acter les 8 « R » : « Réévaluer, Reconceptualiser, Restructurer, Redistribuer, Relocaliser, Réduire, Réutiliser, Recycler ».

Il faut retrouver une empreinte écologique viable. Latouche explicite ainsi l’alternative décroissante : « […] Intégrer les coûts environnementaux dans le prix des transports, relocaliser les activités, restaurer l’agriculture paysanne ou l’inventer, transformer les gains de productivité en réduction du temps de travail et en créations d’emplois, impulser l’émergence de biens relationnels (réinventer les communaux), réduire le gaspillage d’énergie, pénaliser fortement les dépenses de publicité, décréter un moratoire sur l’innovation technologique, se réapproprier la monnaie » (La Décroissance, septembre 2018, « Notre plan pour sauver le monde »). Mais, attention, cela doit se faire par l’impulsion des initiatives et non par un étatisme omnipotent. L’État ne doit être qu’un instrument au service de l’homme et de la société.

Il faut revenir à l’esprit du don et à la gratuité dans les relations sociales. Les AMAP, les villes en transition, la résilience des bio-régions participent alors à la relocalisation de la vie de cette décroissance soutenable. À l’inverse de la société de marché et des multinationales dérégulatrices, nous devons démarchandiser les activités économiques et privilégier les circuits courts sur les circuits longs. Réhabiliter la mesure en toute chose s’avère indispensable ! Pour agir localement, se présenter aux élections locales n’est pas à proscrire. Le penseur écologiste libertaire Murray Bookchin a bien théorisé ce que doit être « l’éco-municipalisme ».

Cependant, ne nous voilons pas la face. Pour renverser la société de croissance et créer les conditions d’une véritable décroissance, il faut en appeler à une révolution anthropologique. Il s’agit de changer de mentalité et de paradigme. La décroissance n’est donc pas synonyme de récession, contrairement à ce que proclament ses détracteurs ignorants. Elle vise à créer les conditions d’une vie meilleure, à taille humaine, plus enracinée, plus lente, etc., dans un monde moderne devenu fou (aliénation du travail autonome, accroissement des inégalités sociales, déshumanisation technicienne, dictature de la vitesse, pollution de la nature, envahissement de la malbouffe, etc.). Décroissance d’abord !

Commentaires fermés sur Les alternatives de la décroissance

À lire aussi

Livre : Racination, de Rémi Soulié

Le passé alimente le présent qui alimente l’avenir. L’enracinement est nécessaire à l’épan…