À SUIVRE

Les journalistes de plus en plus mal aimés : pourquoi tant de haine ?

Journaliste, écrivain
 

À en croire le dernier rapport annuel de Reporters sans frontières, la profession de journaliste ne battrait pas des records de popularité, que ce soit auprès de certains gouvernements, mais encore d’une écrasante majorité du public. Toujours à en croire cette association : « La haine des journalistes menace les démocraties. » De quoi inquiéter à la fois les démocrates et les journalistes, si l’on comprend bien. Ne sachant pas exactement si votre serviteur doit ou non se sentir concerné, je me permets néanmoins d’affirmer à mes chers lecteurs : « Vous n’aurez pas ma haine ! »

Dans ce rapport, il y a donc à boire et à manger. Et un peu à lire, aussi. Ainsi, l’on apprend que certains États mènent la vie dure à certains de leurs journalistes ; l’Égypte, par exemple. À ce propos, on notera que nombre des nôtres, de journalistes, se sont bruyamment félicités du putsch fomenté par le maréchal Abdel Fattah al-Sissi, qui permit de destituer le premier président égyptien démocratiquement élu, Mohamed Morsi. Mais nos journalistes, en véritables démocrates qu’ils sont, estimaient alors que celui qui croupit actuellement dans les geôles cairotes n’était pas un véritable démocrate. De leur côté, nombre de journalistes égyptiens passent plus de temps en prison que dans leurs salles de rédaction. Sont-ils de véritables démocrates ? Nos journalistes, qui donnent généralement des leçons de démocratie, alors qu’ils gagneraient probablement à prendre des leçons de journalisme, peinent à trancher la question.

Et puis, il y a les gouvernements d’Europe de l’Est, dirigés par de vrais populistes suspects de ne pas être de véritables démocrates. La preuve en est qu’ils suspectent eux aussi leurs journalistes de ne pas être de véritables journalistes. Exemple : Robert Fico, le Premier ministre slovaque, traite les siens de « sales prostituées anti-slovaques » et de « hyènes idiotes », ce qui n’est pas très gentil, ni pour les idiots, et encore moins pour les hyènes. En Serbie, ils sont tenus pour « espions à la solde de l’étranger », tandis qu’en Hongrie, le George Soros, autre démocrate bien connu pour financer les médias démocrates, a été déclaré « ennemi public numéro un ». Saperlipopette, l’heure est grave !

Idem aux États-Unis, où Donald Trump, dont on connaît la réticence vis-à-vis de la classe médiatique, est accusé, lui aussi, de « populisme », épithète qui, dans le contexte, n’est pas exactement un compliment.

En France, l’antidémocrate en proie à la phobie journalistique a un nom : celui de Jean-Luc Mélenchon. Ce qui fera toujours quelques vacances bien méritées à Marine Le Pen. Ce qui lui est reproché ? Cette phrase, extraite de son blog personnel : « La haine des médias et de ceux qui les animent est juste et saine. » Là encore, on dira qu’il se laisse un peu emporter par son enthousiasme et que, si le mot de « haine » est peut-être de trop, ce que dit Mélenchon n’en est pas moins fort rigolo.

En effet, il faut avoir au moins vécu les dix dernières années sur Alpha du Centaure pour ne pas comprendre qu’il puisse y avoir un problème entre le peuple des lecteurs et celui des journalistes, comme si le premier se méfiait du second et inversement. Car s’il y a défiance du peuple à l’égard des médias, que dire de celle de ces derniers à son endroit, eux qui ont si souvent tendance à ne voir que du « populisme » et du « simplisme » derrière de légitimes aspirations populaires ?

Comme si les journalistes n’étaient pas, eux aussi, « simplistes », lorsque se voyant en vigies morales et arbitres en élégances humanistes, célébrant un peuple imaginaire et se pinçant le nez dès qu’ils s’en vont à la rencontre du peuple réel, celui qui a le mauvais goût d’habiter loin des quartiers piétonniers des grandes métropoles. À titre d’excuse, on concédera qu’on apprend tout en école de journalisme, hormis le métier de journaliste. Lequel consiste à comprendre sans jamais chercher à juger, alors qu’eux s’entêtent à juger sans jamais chercher à comprendre.

Et cela, chers lecteurs, c’est un journaliste ayant eu la chance de ne pas fréquenter ces écoles à désapprendre qui vous le dit.

Cet article a été lu 6603 fois
Cette statistique n'est pas mise à jour en temps réel