Editoriaux - Industrie - International - Politique - Presse - Radio - 11 décembre 2017

En Italie, le centre droit se restructure

Alors que des élections législatives doivent se dérouler au cours du premier semestre 2018 en Italie, le centre droit, qui est une composante importante du paysage politique, se restructure. Ce pôle, qui affronte le centre gauche ainsi que les populistes du Mouvement 5 étoiles (M5S) de Beppe Grillo, est en proie à une lutte interne pour sa direction entre Silvio Berlusconi (Forza Italia) et Matteo Salvini (Ligue du Nord).

Le centre droit a été dominé en Italie durant plus d’un quart de siècle par la figure omnipotente de l’insubmersible Silvio Berlusconi. Le capitaine d’industrie, âgé de 81 ans et frappé par les affaires, ne peut désormais plus contrer la montée en puissance du dirigeant de la Ligue du Nord Matteo Salvini. Ce dernier, ayant modifié profondément la ligne politique de son parti, a transformé la Ligue du Nord, autrefois autonomiste, voire indépendantiste pour les régions du nord de l’Italie, en un mouvement qui s’implante dans l’ensemble de la péninsule – utilisant dans le sud du pays l’étiquette politique « Nous avec Salvini » – en surfant sur le rejet de l’immigration de masse. La troisième composante du centre droit, le parti nationaliste italien Frères d’Italie dirigé par Giorgia Meloni, n’a désormais plus de dissensions importantes avec la Ligue du Nord puisque celle-ci, qui a décidé de se présenter aux élections législatives à venir sous le nom de Ligue, a mis de côté, au niveau de la politique nationale, son programme autonomiste.

Alors que la lutte pour le contrôle du centre droit entre Silvio Berlusconi et Matteo Salvini se poursuit, ce dernier bénéficie désormais de deux ralliements importants. L’ancien maire nationaliste de Rome Gianni Alemanno et l’ancien président nationaliste de la région du Latium Francesco Storace, tous deux dirigeants du Mouvement national pour la souveraineté (MNS), soutiennent Matteo Salvini.

Ce 29 novembre 2017, Alemanno et Storace, ainsi qu’Antonio Buonfiglio (Front identitaire), ont officialisé une alliance avec la Ligue du Nord de Matteo Salvini, en présence de Giancarlo Giorgetti de la Ligue du Nord, dans le but d’obtenir que Matteo Salvini devienne Premier ministre. Ce 5 décembre 2017, une conférence de presse a été tenue à Vérone, dans le nord du pays, par Gianni Alemanno et Vittorio di Dio, du MNS, et Lorenzo Fontana, de la Ligue du Nord, afin d’expliquer pourquoi le MNS soutient Matteo Salvini pour qu’il devienne Premier ministre. L’Alliance souveraine pour Salvini Premier ministre a été fondée à Naples ce vendredi 7 décembre 2017 en présence d’Alemanno et de Storace, du responsable du Front identitaire Fabrizio Fratus et de proches de Salvini.

Pendant ce temps, la nationaliste Daniela Santanché, autrefois membre du parti Forza Italia de Silvio Berlusconi, rejoint Frères d’Italie et le député européen de Forza Italia Alessandra Mussolini a déclaré, fin novembre 2017 à la radio, que son grand-père, le Duce, aurait résolu en quelques mois les problèmes actuels d’immigration que rencontre le pays.

Même si le centre droit est donné en tête pour le moment dans les sondages, les jeux ne sont pas encore faits. Les élections législatives doivent déterminer les rapports de force entre le centre droit, le centre gauche et le M5S, mais également à l’intérieur du centre droit. La route du pouvoir est ouverte au dirigeant de la Ligue Matteo Salvini, mais le vieux briscard de la politique Silvio Berlusconi peut encore arriver à modifier en la faveur de son parti Forza Italia les rapports de force au sein du centre droit… ou décider de s’allier après le scrutin avec le Parti démocrate de centre gauche afin de mettre hors jeu Matteo Salvini.

Commentaires fermés sur En Italie, le centre droit se restructure

À lire aussi

Le ministre de l’Intérieur allemand Seehofer estime que l’immigration est la source de tous les problèmes

De plus, Seehofer montre de la compréhension pour les manifestants de Chemnitz. …