Editoriaux - Politique - 26 septembre 2017

FN : un électorat nettement droitier

Un sondage récent d’OpinionWay (18 juin 2017) nous éclaire sur la répartition des sensibilités politiques au sein du corps électoral français, indépendamment des préférences en matière de personnalités ou de partis politiques.

Ce sondage indique que 5 % des Français se considèrent comme étant d’extrême gauche, 25 % de gauche, 19 % du centre, 30 % de droite et 11 % d’extrême droite. 10 % des personnes interrogées n’ont pas répondu, ce qui signifie que, rapporté aux 90 % d’électeurs qui se sont prononcés, le pourcentage des Français de droite et d’extrême droite est de 45,5 %.

En fait, ce pourcentage est sans doute un peu supérieur à ce chiffre parce que les gens de gauche n’hésitent pas à afficher leurs convictions tandis que beaucoup de gens de droite ont du mal à le faire. Ces chiffres montrent que l’effritement de la gauche est une réalité, que le centre libéral n’est pas quantité négligeable et que la droite est – relativement, il est vrai – très nettement majoritaire.

Ce sondage a permis de faire une analyse du spectre propre à chacun des électorats des différents partis politiques qui étaient en lice au cours des dernières élections.

Concernant l’électorat du FN, le résultat est le suivant : 32 % de ses électeurs se considèrent comme étant d’extrême droite, 32 % de droite, 19 % du centre, 3 % de gauche et 0 % d’extrême gauche ; 14 % n’ont pas voulu répondre.

Rapporté aux 86 % qui ont répondu, le pourcentage des électeurs du FN qui se disent de droite et d’extrême droite est de 74,4 %, tandis que ceux de ses électeurs qui se disent de gauche ne sont que 3,5 % !

Où sont donc passées les cohortes d’électeurs de gauche qui ont migré vers le Front national ?
Il est très probable que ces électeurs ne se considèrent plus comme étant de gauche.

Ce sondage met en évidence le fait que l’électorat du FN est très massivement de droite et très peu de gauche, ce que les reports des voix de gauche au second tour de l’élection présidentielle confirment : seulement 7 % des électeurs de Mélenchon et 3 % de ceux de Hamon ont voté pour Marine Le Pen au second tour.

De plus, ces électeurs qui avaient voté pour des candidats de gauche au premier tour et qui ont préféré Marine Le Pen au second font peut-être partie de ces électeurs de droite et d’extrême droite (5 % des électeurs de Mélenchon et 7 % de ceux de Hamon se considèrent comme étant d’extrême droite ; 16 % des électeurs de Mélenchon et 13 % de ceux de Hamon se considèrent comme étant de droite) ayant préféré voter pour des candidats de gauche au premier tour. Si c’est bien le cas, alors, il n’y aurait guère eu de report de voix de gens de gauche vers Marine Le Pen au second tour et la stratégie de séduction de la gauche n’aurait eu comme seul effet que de perdre des voix de droite !

On s’en doutait un peu, mais ces chiffres montrent que la stratégie du FN, portée par Florian Philippot et qui visait à la conquête d’un électorat « souverainiste » de gauche, était une vue de l’esprit.

À lire aussi

Livre : Notre cause commune, d’Étienne Chouard

L’initiative populaire, l’initiative de la minorité parlementaire et le tirage au sort, tr…