Editoriaux - Politique - 17 août 2018

Européennes : Juppé et Raffarin, ces zombies de la politique, s’accrochent au cocotier

Jean-Pierre Raffarin, Alain Juppé – et même François Hollande, qui devrait raser les murs après son quinquennat – refont parler d’eux. Incapables de comprendre que leur temps est révolu, ils pourraient s’inviter aux prochaines élections européennes. Décidément, ces vieux beaux de la politique n’ont pas le sens du ridicule !

Dans un entretien au Monde, Jean-Pierre Raffarin, qui, à part ses raffarinades, n’a guère laissé de trace impérissable dans sa longue carrière politique, explique la stratégie de ce qu’il désigne comme la « droite modérée et humaniste » pour les élections européennes. Trois solutions : affirmer son « entité spécifique par la formation d’une liste » ou construire un « accord politique novateur pour l’Europe, soit sur sa gauche, soit sur sa droite ». Entre une liste autonome, une alliance avec Macron ou un retour sous conditions dans le giron des Républicains, aucune porte n’est fermée : une façon de toujours retomber sur ses pieds.

L’histoire récente a montré qu’en politique, tout est possible, de la fidélité aux trahisons ouvertes ou déguisées : la liste des exemples serait trop longue à citer. Nul doute que l’ancien Premier ministre, qui rêvait de devenir président du Sénat, trouvera des compagnons de route, quelle que soit l’option choisie. Comme Alain Juppé, que Chirac appelait « le meilleur d’entre nous » et qui s’est révélé tel qu’en lui-même, c’est-à-dire fort médiocre : s’il a su redynamiser et embellir Bordeaux, la transformant en une ville de bobos et de touristes, il a accumulé les échecs politiques.

Une option paraît cependant plus probable : le rapprochement avec La République en marche. Raffarin et Juppé ne cachent pas leur proximité avec la politique européenne de Macron, position peu conciliable avec l’euroscepticisme affiché par Laurent Wauquiez – à moins que le président des Républicains ne mette de l’eau dans son vin et ne déçoive nombre de ses électeurs et sympathisants. Une liste autonome diviserait l’électorat du centre et de la droite, dont les voix, très largement macroniennes, se répartiraient sur plusieurs listes. Reste une alliance avec la majorité parlementaire, où chacun trouverait son compte. D’où l’intérêt de faire monter les enchères : dans ce domaine, Raffarin, en vieux singe de la politique, en connaît un rayon.

C’est de la politique politicienne, d’autant plus détestable qu’elle dissimule des intérêts personnels sous des intentions prétendument louables. La palme de la rouerie et du cynisme revient cependant à François Hollande, qui fait le tour de la France pour promouvoir son livre et confond son succès de librairie avec sa popularité. Ne voilà-t-il pas qu’il laisse entendre que rien n’est jamais définitif et qu’il pourrait être un recours pour la France et les Français ?

Il faut une certaine dose de narcissisme pour se croire indispensable. En essayant de remonter sur les tréteaux de la politique, ces Raffarin, ces Juppé, ces Hollande n’exhibent que leur vanité. Et l’on pourrait allonger la liste ! Quand on pense que Julien Dray, qui se définissait lui-même, en 2008, comme « un acheteur compulsif », et Pierre Moscovici, qui fut un piètre ministre des Finances avant de devenir commissaire européen, se verraient bien têtes de liste du Parti socialiste…

Ces Raffarin, ces Juppé, ces Hollande, ces Moscovici et autres Dray, qui ont marqué de leur impuissance leur passage dans la vie publique, s’accrochent au cocotier au lieu de dépenser ce qu’il leur reste d’énergie à méditer sur leurs échecs et à se faire oublier. Ces illusionnistes ne font illusion qu’à eux-mêmes.

Commentaires fermés sur Européennes : Juppé et Raffarin, ces zombies de la politique, s’accrochent au cocotier

À lire aussi

Éric Zemmour a raison : les prénoms sont les symptômes de la santé d’une civilisation

Appeler aujourd'hui son enfant Mohammed n'est pas neutre. …