Editoriaux - Education - Santé - Société - Table - Théâtre - 3 février 2018

Brigitte Macron se la joue « prof de terrain » ! Et moi, je suis la reine d’Angleterre ?

Face à sa dégringolade dans les sondages, le Président Macron, voyant que c’est tout le couple exécutif qui est entraîné vers le bas, a choisi de mettre en avant son autre couple. En fait peut-être aussi exécutif que le premier puisque la « première dame », qui bénéficie d’un statut et d’un budget, joue un rôle important et assumé dans le dispositif.

Donc, après la Tunisie, le couple présidentiel s’est envolé pour le Sénégal pour un voyage centré sur les questions d’éducation.

Occasion unique, et subtilement préparée, d’envoyer des cartes postales et des signaux à l’opinion publique française, segment par segment, comme sait si bien le faire la com’ macronienne.

La carte postale ? C’est celle gracieusement fournie par BFM TV, mettant en scène Brigitte Macron parlant des bienfaits de l’éducation et délivrant son message optimiste, depuis l’île de Goré, avec en arrière-plan de jeunes écoliers sénégalais :

L’éducation, c’est être solidaire. C’est aider les autres. On ne s’éduque pas soi-même si on n’aide pas les autres à s’éduquer. Sans éducation, on ne s’en sortira pas. C’est véritablement la colonne vertébrale de notre société. […] Si on arrive à ce que l’éducation des filles et des garçons soit totalement répandue ici, on sera sorti d’affaire.

Des lieux communs et de l’optimisme, avec un clin d’œil à la mémoire de l’esclavage bien plus subtil que ceux de Hollande : efficacité assurée. MMe Macron ne fut pas professeur de théâtre pour rien.

À vrai dire, elle aurait dû en rester là, notre première dame. Mais elle a voulu expliciter son rôle :

Quand je suis interpellée sur des sujets, j’en discute avec mon mari, et on voit comment faire au mieux. Souvent, je m’associe au ministre concerné, essentiellement la santé, le handicap, l’éducation… et comment agir ensemble. Et je dois dire que c’est beaucoup plus facile que je ne croyais.

Eh oui, ça se passe comme ça, au gouvernement : Brigitte « s’associe au ministre concerné » pour l’aider à prendre des décisions… Drôle de République, tout de même, et l’on ne peut s’empêcher de regretter, puisque cela est si « facile » et que tout se passe si bien, que Brigitte ne se soit pas « associée » plus tôt à la pauvre Mme Belloubet dans sa gestion de la crise des prisons ou à M. Blanquer qui a attendu d’être réveillé par L’Express pour voir qu’il y avait le feu au lycée Galliéni de Toulouse. Et peut-être ailleurs.

Pourtant, le métier de professeur, elle connaît vraiment, Mme Macron. Et d’ailleurs, elle nous gratifie d’émouvantes confidences, toujours grâce à BFM TV :

C’est marrant, je n’ai jamais l’impression que ma carrière soit derrière. Je reste prof, fondamentalement. Je n’ai pas voulu l’être, je le suis devenue par hasard, et je le suis restée. Je reste un prof, et quand je suis au milieu d’eux, je suis dans mon élément.

Aurait-on peur, en haut lieu, de la grogne des enseignants pour que la com’ présidentielle fasse ainsi monter Madame au front ?

Mais son « terrain » et son front, même quand elle officiait vraiment, dans le prestigieux lycée privé d’Amiens où elle rencontra vous savez qui, ne sont quand même pas ceux de la majorité des professeurs. Et sa vision idyllique de l’éducation ne correspond pas à la réalité de nos REP, REP+ et du quotidien de nos classes, même en dehors de ces établissements difficiles. Loin de là.

Figurez-vous que « c’est marrant », mais moi, je ne suis pas « devenu prof par hasard, je le reste », mais j’ai la furieuse impression que notre première dame se… moque de nous.

Commentaires fermés sur Brigitte Macron se la joue « prof de terrain » ! Et moi, je suis la reine d’Angleterre ?

À lire aussi

Aquarius : à peine débarqués, des migrants victimes de viol instrumentalisés par la gauche

La gauche ne parvenant plus à nous vendre sa politique migratoire par la raison ne compte …