Editoriaux - International - 23 mars 2018

La blague du jour : Hidalgo en lice pour le titre de « meilleur maire du monde » !

Ne vous étouffez pas. Respirez et lisez : Anne Hidalgo est en compétition avec trois autres femmes françaises pour le titre de « meilleur maire du monde ».

C’est vrai, il y a de quoi en perdre le souffle. On se demande surtout dans quel cerveau a bien pu germer une idée pareille. Sûrement pas chez des Parisiens, en tout cas…

Allons donc voir le site du World Mayor 2018 pour comprendre de quoi il retourne.

Le World Mayor est un prix décerné depuis neuf ans. Selon ce qu’en dit Wikipédia, cette récompense « est basée notamment sur la qualité avec laquelle les maires sont au service de leurs administrés (bien-être, etc.) mais aussi sur leur contribution au développement des villes, nationalement et internationalement. […] le jugement est totalement libre et […] cette élection n’est ni orientée par une velléité publicitaire ni commerciale. Le choix des gagnants est basé sur le nombre de voix que les maires reçoivent par l’intermédiaire du site Web de City Mayors et la qualité et la passion des commentaires qui soutiennent leurs candidatures. »

En cette année 2018, l’institution a décidé de récompenser des femmes, et rien que des femmes. Trente-huit ont, aujourd’hui, été sélectionnées à travers la planète, représentant vingt-quatre pays : huit pour l’Amérique du Nord, un pour l’Amérique du Sud, dix-neuf en Europe, six en Asie, deux en Australie et deux en Afrique. D’autres sont à venir.

En France ont été sélectionnées Martine Aubry (Lille), Nathalie Appéré (Rennes), Natacha Bouchart (Calais) et Anne Hidalgo (Paris). Elles seront en concurrence avec, entre autres, les maires de Montréal, Las Vegas, Prague, Oslo, Stockholm, Zurich, Madrid ou Sydney.

Bref, se demander, comme Valeurs actuelles « Anne Hidalgo sera-t-elle désignée meilleure maire du monde ? », c’est peut-être viser un peu au-dessus des moyens de la dame… De même, écrire « L’élue parisienne est en compétition avec trois autres maires françaises pour décrocher cette distinction décernée dans le cadre du concours World Mayor Price », c’est oublier un peu vite les trente-quatre autres !

Il est vrai que, dans l’entretien qu’elle accordait à Libération au début de ce mois, notre maire se vantait d’être à la tête de « la troisième ville au monde la mieux gérée, derrière Londres et New York ». Une ville qui « attire les gagnants de la mondialisation », disait-elle. Lesquels sont pourtant infiniment moins nombreux que les Parisiens excédés qui quittent la capitale pour aller voir ailleurs. Y compris à l’étranger.

En fait, on ne sait rien de ces prix mirobolants. Qui est derrière ? Qui opère la sélection, combien de votants, sur quels critères ? En bas de la page du World 2018 Project, on trouve cette simple invitation : « Please nominate your candidate for the 2018 World Mayor Prize now. » C’est donc ouvert à tout le monde. Le Tout-Paris et le Tout-Lille socialistes peuvent ainsi voter pour leur pouliche et agrémenter sa candidature de commentaires élogieux puisque « la qualité et la passion des commentaires qui soutiennent leurs candidatures » sont les seuls critères annoncés.

Enfin non, pas les seuls puisque le premier d’entre eux, cette année, est d’être femme. Une occasion de renvoyer Ségolène Royal, spécialiste de la chose, et Anne Hidalgo qui, elle aussi, en use et en abuse, à leur éternel statut de victime. Les critiques, disent-elles, c’est parce qu’elles sont femmes : « II y a quand même une représentation extrêmement sexuée, parfois même machiste, de la femme au pouvoir. Quand une femme exerce ses responsabilités, on dit qu’elle est autoritaire, voire autoritariste. Quand c’est un homme, cela fait partie des fondamentaux, de la capacité à transformer les choses », disait encore Hidalgo à Libération.

Si, d’aventure, Anne Hidalgo est couronnée – par des Américains qui, bien souvent, sont incapables de situer Paris sur une carte… –, refusera-t-elle cet honneur « extrêmement sexué » pour la femme au pouvoir ?

Commentaires fermés sur La blague du jour : Hidalgo en lice pour le titre de « meilleur maire du monde » !

À lire aussi

Nouvelle-Zélande : les étrangers ne pourront plus acheter de l’immobilier

"C'est le droit de naissance des Néo-Zélandais d'acheter des biens immobiliers à des prix …