Editoriaux - Musique - Politique - 27 avril 2018

Bernard Kouchner : les migrants pour faire revivre nos villages…

Cela faisait longtemps que le French doctor n’avait pas montré sa bobine à la télé. C’était face à Apolline de Malherbe, mercredi, sur BFM TV. Et pour dire quoi ? Que « l’accueil des réfugiés ordonné est une chance pour notre pays et surtout pour l’Europe ». Que c’est grâce aux migrants que les villages vont se « reconstruire ». Ah, mais quel manque de flair, pour le couple Kouchner, d’avoir préféré investir dans les beaux quartiers et des îles pour millionnaires plutôt que dans l’un de ces villages à reconstruire !

Une chance, c’en est une, pour le couple Kouchner-Ockrent, que les migrants n’aient pas envahis les 5e et 6e arrondissements de Paris, où ils vivaient en 2009 depuis trente-cinq ans dans 250 mètres carrés – pour un loyer de 5.000 euros par mois, un montant 30 % inférieur à la moyenne du marché (L’Express). Une chance, encore, que les migrants n’aillent pas dans les stations de ski huppées comme à Morzine-Avoriaz, où ils sont les heureux propriétaires d’un gentil pied-à-terre, ni n’ont encore été expédiés à la résidence très privée de personnalités politiques, du show-biz, de banquiers, de patrons du CAC 40, le golf de Sperone, en Corse. Un endroit absolument idyllique où de luxueuses villas se disséminent, à peine visibles, dans le maquis. Du bateau, on aperçoit cependant celle du couple médiatique, construite en bois exotique, dominant la grande bleue avec, en contrebas, sa plage privée où est amarrée un modeste rafiot.

Cela serait pourtant une chance, pour les migrants, de poser le pied à Sperone et d’aller partager leur richesse avec du si beau linge ! L’occasion unique de prendre des cours de finance, de comédie, de chant. Las : impossible ! Les Kouchner, les Mimi Mathy, les Bedos, les Bruel, les Bohringer, les Higelin (ils sont 180 défenseurs du multiculturalisme à y avoir posé leurs pénates) ont fait ériger un mur de trois mètres de haut afin que leur intimité soit respectée. Vraiment pas de chance, pour les migrants, qui auraient pu garder leurs villas tous les longs mois d’hiver et contribuer à faire vivre le golf alors désespérant mort. Et avec un Kouchner les ravitaillant, sacs de riz portés virilement sur l’épaule, ça en aurait, de la gueule…

Bernard Kouchner, le spécialiste en repeuplement des campagnes par les migrants, donc. Et de prendre en exemple l’Italie. Eh bien, prenons, justement, l’exemple de San Alessio, en Calabre, sur lequel il s’est très certainement appuyé. Pour revivre, il revit, ce village de 300 âmes, perché à 600 mètres d’altitude.

Depuis 2014, le SPRAR (un réseau d’accueil et d’intégration géré en partenariat avec les communes) permet, en effet, de donner du boulot. À ceux qui dispensent des cours d’italien, aux spécialistes du suivi juridique, aux médecins, psychologues, aux instituteurs, aux innombrables acteurs sociaux, aux formateurs professionnels en jardinerie, travaux manuels, cuisine et même musique. Il y a aussi ceux qui accompagnent les plus vulnérables : les séropositifs, les diabétiques, les handicapés, les victimes de réseaux de prostitution. Cerise sur le gâteau : chaque migrant reçoit 45 euros par jour et 50 euros tous les deux mois pour s’habiller. Mais attention, c’est grâce aux migrants que le bar, la supérette, la pharmacie n’ont pas disparu…

Bernard Kouchner vante la reconstruction des villages grâce aux migrants ? Heureusement pour lui qu’il ne gère pas son patrimoine et ses revenus comme il préconise, en quelque sorte, de dépenser l’argent public…

Commentaires fermés sur Bernard Kouchner : les migrants pour faire revivre nos villages…

À lire aussi

Voile de Gap : Marlène Schiappa a pris son temps pour réagir…

Marlène Schiappa, la féministe type de notre époque, maniant avec aplomb des contradiction…