Un groupe d’une vingtaine de personnes a agressé sept fonctionnaires de police, qui n’étaient pas en service, le 14 août au matin, dans le centre-ville de . Un policier a été blessé.

Une pluie de coups de poing et pied

Les policiers, membres de la compagnie départementale d’intervention, « sortaient d’un karaoké, après une soirée entre amis, vers 2 h, lorsqu’ils croisent ce groupe », explique Ouest France. Les agresseurs reconnaissent les agents de police et les insultent. : « Y a les keufs ! », « C’est les rnouchs ! » (qui signifie « serpents », en arabe dialectal, terme en argot pour désigner les policiers). Les policiers poursuivent leur chemin avant d’être rattrapés par le groupe des agresseurs.

« Et ils se sont jetés sur eux sans aucune hésitation », précise Yan Bertrand, secrétaire départemental d’Unité SGP Police FO. Et une bagarre s’en est suivie. Les fonctionnaires ont reçu des coups de pied et de poing. « Même lorsque les policiers étaient au sol, ils ont continué de les frapper, indique Yan Bertrand. Heureusement, il n’y a pas eu de drame. Des personnes sont intervenues et les mis en cause ont été dispersés. » Sur Twitter, Linda Kebbab, déléguée nationale du syndicat Unité SGP Police FO, évoque quant à elle une pluie de « coups de poing et pied » et dénonce la « lâcheté » des agresseurs, « à 20 contre 7 ».

Les policiers s’en sortent avec de légères blessures, notamment au visage pour l’un d’entre eux. Tous les individus impliqués ont ensuite pris la fuite.

Tous les policiers ont décidé de porter plainte et une enquête a été ouverte pour identifier les délinquants, selon Ouest France.

D’autres policiers agressés en dehors de leur service

Cet événement fait suite à une série d’agressions similaires visant des membres des forces de l’ordre en repos qui se sont produites ces dernières semaines, et en particulier celle d’un policier hors service et de sa compagne reconnus et très violemment agressés, à la mi-juin, à Lyon, par plusieurs individus. Cette attaque avait valu au policier 45 jours d’incapacité totale travail (ITT).

À lire aussi

Meurtre de Victorine : le suspect interpellé est passé aux aveux

Un homme de 25 ans a avoué les faits. …