La chronique des attaques violentes subies par les policiers devient malheureusement quotidienne. Et le phénomène fait tache d’huile sur tout le territoire. Plus de zone protégée. Plus de quartiers tranquilles. Les territoires perdus s’étendent au rythme de ces attaques. Jeudi 13, c’est à qu’un nouveau « chauffard », conduisant une voiture volée, a foncé sur des policiers.

Saint-Malo. Le nom évoque le grand large, Jacques Cartier et Chateaubriand. Une France éternelle, conquérante, belle. Les vacances. Une certaine douceur de vivre. Le havre de paix d’une certaine bourgeoisie qui transpose ses beaux quartiers parisiens en bord de mer.

Les faits

Cela se passait donc jeudi, vers 19 heures. Un agent de police et sa collègue ont tenté d’arrêter un conducteur au comportement suspect, rue de la Marne, après une course-poursuite dans la ville. Selon Ouest-France, qui rapporte les propos d’un policier, « de nombreuses infractions au Code de la route ont été constatées ». Après avoir tenté de fuir, le chauffard fonce sur les policiers. L’un d’eux est fauché, violemment percuté, par la voiture qui, bloquée à un feu, effectue une violente marche arrière en direction du fonctionnaire de police « qui a eu à peine le temps de sortir son arme ». « Il a sauté et a glissé sur le capot » avant de retomber violemment au sol, explique le commandant François Botella. Le drame est évité de justesse. Les policiers sont choqués. Le policier renversé s’en sort avec un arrêt de travail d’au moins dix jours. Une enquête pour tentative d’homicide est ouverte.

Le chauffard et son entourage

D’après France Bleu, placé en garde à vue, le chauffard a reconnu avoir volé le véhicule qu’il conduisait au moment des faits. Le vol serait lié au cambriolage d’une maison à Dol-de-Bretagne. Interrogé sur son comportement lorsque l’agent de police et sa collègue ont tenté de l’arrêter, l’homme de 27 ans aurait expliqué avoir paniqué en voyant le fonctionnaire sortir son arme. Sa petite amie de 17 ans, à ses côtés au moment des faits, aurait reconnu le comportement inapproprié de son compagnon. Mais il y avait un autre passager dans le véhicule, qui a été laissé libre à l’issue de son audition…

Les réactions

Emmanuelle Laurens, secrétaire départementale adjointe du syndicat de police Alliance, a de nouveau tiré la sonnette d’alarme : « On est passé pas loin d’un drame. Il faut que cette violence, qui est croissante, cesse ! Il n’y a plus de peur de l’uniforme. Les voyous n’hésitent plus à foncer sur les policiers et les gendarmes car la Justice ne les punit pas assez sévèrement. Il faut remédier à cela. »

Ce nouveau « fait divers » met de nouveau la Justice et le pouvoir politique devant leurs responsabilités. Vingt-quatre heures après les faits, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin n’avait pas réagi. Ni Éric Dupond-Moretti.

À lire aussi

Jihad, 10 ans, mord et frappe sa maîtresse en pleine classe à Fontenay-sous-Bois

Les sapeurs-pompiers ont pris en charge l'enseignante très choquée, qui saignait du nez, s…