Depuis trois ans planait la menace de fermeture !

Les élus de la ville, en étant alors maire, comme ceux du département, voire ceux de la région, n’ayant jamais pris la peine de se pencher sérieusement sur le financement de cette structure pourtant emblématique du potentiel artistique et du savoir-faire, notamment des soyeux, ce historique comme culturel allait donc disparaître dans l’indifférence la plus totale.

Gérard Collomb, promu ministre de l’Intérieur à la faveur de l’élection du Président Macron, ayant déserté la mairie de , Georges Képénékian, son successeur, s’est empressé de poursuivre la politique d’inertie en la matière instaurée par son illustre prédécesseur.

Malgré les appels réitérés de passionnés, rien ne bougeait : le musée des Tissus allait inéluctablement fermer et ses inestimables collections allaient être dispersées…

Jusqu’à ce que monsieur Daniel H. Fruman lance la pétition nationale « Non à la fermeture du musée des Tissus de Lyon » et qu’il parvienne à atteindre le nouveau président de région nouvellement élu : .

Pour donner une forte résonance médiatique à sa démarche, après les encouragements de diverses personnalités du monde artistique et culturel – à commencer par , qui l’a assuré de son soutien –, Daniel Fruman a contacté , tout nouvellement chargé d’une mission d’évaluation du patrimoine en péril par le Pr ésident Macron pour “recenser l’ensemble de notre patrimoine culturel qui aujourd’hui souffre, parce qu’il n’est pas en état et est parfois menacé de disparaître”.

Celui-ci a aussitôt assuré Daniel Fruman de son intérêt pour ce musée.

Laurent Wauquiez a finalement pu trouver les ressources nécessaires, grâce à la région, et a monté un plan de financement parvenant à sauver le musée, malgré l’inertie des élus de la métropole lyonnaise.

Une initiative aussitôt saluée par Bernard Pivot qui, avec son humour féroce, n’a pas manqué de rappeler l’inaction chronique des responsables politiques lyonnais :

Une réussite de la sauvegarde du patrimoine que Stéphane Bern a alors soulignée, rappelant naturellement le rôle déterminant de Laurent Wauquiez et de la région Auvergne–Rhône-Alpes dans l’affaire :

Il n’en fallait pas plus pour déclencher l’ire du ministre Collomb, qui a aussitôt convoqué Stéphane Bern pour qu’il s’explique sur son “soutien à Laurent Wauquiez” (sic !).
Une réaction politicienne dictée par l’aigreur, masquée par de fumeuses critiques concernant “l’insuffisance à terme du projet” (sic !).

Le Huffington Post du 19 octobre soulignait :

Stéphane Bern a diplomatiquement démenti avoir été convoqué, mais Gérard Collomb a, lui, confirmé ce jeudi sur France Info avoir reçu l’animateur de télévision.
Pourquoi ? “Parce que je pense que le projet de Laurent Wauquiez est mauvais” 

a simplement confirmé le ministre de l’Intérieur.

Est-ce vraiment son rôle de s’occuper d’une affaire locale depuis la Place Beauvau ? “Ce n’est pas parce que je suis ici que je ne pense pas à ma ville de Lyon”, a assumé l’ancien édile.

Le maire de Lyon Georges Képénékian avait répliqué en stigmatisant Bernard Pivot et Stéphane Bern : “Les visiteurs du soir qui viennent à Lyon pour dire comment sauver le musée des Tissus”, pour reprendre les mots du Huff Post !

“Mauvais”, ce plan, selon les critères des seuls Collomb et Képénékian ? Peut-être… ou pas.

Le plan Wauquiez ayant le mérite d’exister, le musée est enfin sauvé !

Dommage, pour les Lyonnais, qu’il ait fallu le faire contre l’opiniâtreté de leurs élus… Mais peut-être sauront-ils s’en souvenir lors des prochaines élections…

3 novembre 2017

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

Les commentaires Facebook intégrés aux articles sont désormais inactifs, nous vous invitons désormais à commenter via le module ci-dessus.

À lire aussi

Coronavirus : non à l’éradication des pangolins !

Les pangolins sont consommés en Chine depuis des siècles sans qu’on n’ait jamais observé l…