Au sein de l’ex-QG de , est accueillie comme le Messie, rapporte Le Figaro. Confettis, serpentins et tournez les serviettes ! Tous ces mois passés à faire semblant de prendre au sérieux le nigaud précédent avaient entamé le moral des troupes. Ah, merci, Piotr ! Merci à sa petite amie et à son Wonderbra™ et, au cas où, merci aussi à Poutine… Enfin, du sérieux, enfin débarrassés des idées loufoques de l’autre… Comment s’appelait-il, déjà ? Ah, peu importe. Vive Agnès ! Vive Buzyn ! Vive la nouvelle !

Comme des spéléologues remontés du fond d’un gouffre dans lequel ils étaient coincés, les membres de l’équipe font part de leur soulagement au Figaro : « J’ai enfin l’espoir de gagner. C’est la renaissance », confie un élu du QG de campagne. « Le collectif est beaucoup plus fort, il y a un sentiment nouveau dans cette campagne », raconte un autre. Et encore : « C’est presque un mal pour un bien, toute cette histoire ! » « Vive Piotr ! » Non, ils ne l’ont pas dit. Mais il s’en fallut de peu… Qui a dit « il s’en phallus de peu » ?

L’arrivisme politique voit les militants LREM passer de l’un à l’autre sans aucun état d’âme. Vive lui ! Vive elle ! Que faut-il crier ? Quel nom, cette fois-ci ?

À peine le pas de la porte franchie, Agnès Buzyn a annoncé l’abandon des deux idées saugrenues de son prédécesseur. Il n’y aurait pas de gare de l’Est remplacée par un Central Park verdoyant de 30 hectares et pas davantage de primes de 100.000 euros distribuées aux classes moyennes pour l’achat d’un logement dans . Retour aux fondamentaux. « Elle n’est pas sur les grands projets urbains, elle est dans un premier temps pour apaiser Paris, le rendre plus propre et plus tranquille », déclare une tête de liste à franceinfo. Plus que quatre semaines avant la date fatidique du premier tour, pas le temps de se perdre dans les détails. « Vite, mon stylo, que je rédige un programme. Mon bloc-notes, s’il vous plaît ! Merci. Alors propreté, d’accord, on nettoie, et quoi, encore ? Sécurité. Et voilà ! » La nouvelle parachutée présente aux Parisiens le premier programme rédigé en 30 minutes chrono. Montre en main ! Record homologué par la Fédération des macronistes en péril.

La palme d’or de l’enthousiasme revient sans discussion possible à un élu LREM qui assure au Figaro qu’« Agnès dégage un style différent, elle est rassurante, elle a un côté maman ». Va-t-elle les faire vacciner ? À défaut de programme élaboré, faut-il s’attendre à des affiches bucoliques du genre « Agnès Buzyn promène ses militants au square » ou « Agnès joue au ballon avec sa future équipe municipale » ?

Au-dessus de ce tableau quasi idyllique des retrouvailles avec la terre ferme plane le spectre . L’oiseau de nuit de LREM gagne du temps en posant comme préalable à toute idée de fusion « des concessions majeures sur l’écologie, la démocratie, la métropole » ainsi « qu’un accord au second tour avec les Verts ». Ou comment passer du ciel au panier de crabes ?

La nouvelle équipe prie pour que des étages se détachent de la fusée villaniste. Des élus pourraient rejoindre la crèche dirigée par Agnès Buzyn. Mouais… « Mais qu’est-ce qui m’a pris de venir me fourrer dans ce traquenard ? » est la phrase-clé qui doit tourner en boucle dans la tête d’Agnès Buzyn. Comme un gimmick… À en perdre la Santé !

À lire aussi

StopCovid : il n’y a pas d’abonné gouvernemental à l’application recommandée

L'explication arrive et démontre que le Premier ministre a une solide formation en canoë- …