Valérie Hayer : qui est l’illustre inconnue, tête de liste Renaissance ?

VALERIE HAYER

Les Français avaient hâte ! Enfin ils connaissent le nom de la tête de liste du parti présidentiel aux européennes, et ce n’est autre que Valérie Hayer ! À l’insipide Nathalie Loiseau succède donc une illustre inconnue. Invitée du 20 Heures de TF1, jeudi 29 février ou encore de l'émission C à vous sur la 5, le 1er mars, la candidate Renaissance fait son baptême du feu médiatique. Naufrage annoncé pour les uns, succès pour les autres, celle que peu de Français connaissaient jusqu'alors a enfin pu faire son apparition. Toujours est-il qu’il faut encore les convaincre. Celle qui martèle, depuis que la crise agricole a éclaté, qu’elle est une fille d’agriculteur de Mayenne tente de séduire par tous les moyens une France qui ne lui ressemble pas sociologiquement. Pour le moment, difficile de dire si Valérie Hayer atteindra les plus de 20 % des voix, quand on voit, sondage après sondage, que l’union des centres (Renaissance, Horizons et MoDem) peine à obtenir les 18 % d’intentions de vote, quand Jordan Bardella frôle les 30 %. Mais son entourage promet une campagne à la sauce Loiseau. Comme en 2019, les grandes figures macronistes soutiendront médiatiquement leur candidate. C’est, du moins, ce que promet le sénateur bourguignon Jean-François Patriat à nos confrères de Public Sénat : « Tout le monde va faire campagne. Gabriel Attal est en campagne tous les jours. Je n’ai pas de doute que le Président s’impliquera d’une façon ou d’une autre dans la campagne. »

Une femme à la carrière essentiellement politique

Valérie Hayer, qui n'a pas 38 ans, est une femme à la carrière essentiellement politique. Celle qui fut d’abord conseillère municipale de Saint-Denis-d'Anjou en Mayenne de 2008 à 2019, conseillère départementale de 2015 à 2021, a été aussi assistante parlementaire de plusieurs sénateurs centristes (Pierre Jarlier, Philippe Bonnecarrère, Claude Kern et le très fédéraliste Jean Arthuis). Élue députée européenne en 2019, placée à la dix-neuvième position, elle gravit les échelons jusqu’à être fraîchement nommée présidente du groupe Renew Europe, l’alliance des fédéralistes au Parlement européen qui rassemble quelque cent un élus.

Valérie Hayer est décrite par le député Renaissance de Moselle Ludovic Mendes comme une femme « dynamique et jeune » et, par l'eurodéputée Fabienne Keller dont elle très proche, comme « très ouverte ». Politiquement, la candidate est loin de se dissimuler. Très ouverte, en effet : n'a-t-elle pas lancé un appels du pied à Raphaël Glucksmann, tête de liste socialiste aux européennes, lui aussi fédéraliste et très progressiste, en déclarant dans un entretien au Figaro : « Avec Raphaël Glucksmann, on vote à 90 % de la même façon au Parlement européen. Il devrait être avec nous, et il le sait. Il serait beaucoup plus efficace pour porter ses idées et avoir des résultats. »

Lutter contre l’extrême droite

Une ouverture d’esprit qui ne vaut que pour les idées progressistes. Le 25 janvier dernier, le jour de son accession au poste de présidente du groupe Renew, l’eurodéputée annonce la couleur : « Notre objectif est plus clair que jamais : être l’antidote pro-européen à la montée du populisme. » Dans ses Chroniques d'Europe, son bilan d'eurodéputée, elle n’a qu’une obsession : lutter contre l’extrême droite. « À Budapest, en Hongrie, j’ai pris part à la Marche des fiertés (Gay Pride) [de 2021, NDLR] aux côtés d’autres élus de notre groupe Renew Europe, face aux mesures homophobes prises par le gouvernement de Viktor Orbán. » Comme elle le martèle, « l’oppression des minorités, c’est non ».

Interrogée par France Bleu, peu de temps avant l’arrivée de Giorgia Meloni au pouvoir en Italie, l'eurodéputée de Mayenne poussait déjà des cris d’orfraie : « Ces extrêmes droites, elles ne respectent pas nos principes fondamentaux de l'État de droit. […] Dans les pays où ces extrêmes sont en responsabilité, je pense notamment à Orbán, qui est un modèle pour beaucoup d'entre eux, notamment pour Marine Le Pen, la justice n'est plus indépendante, la corruption est généralisée, la presse n'est plus indépendante non plus. » Le ton est donné. « On a un véritable combat idéologique sur les questions des droits des femmes, des droits et des libertés des personnes LGBTI, insiste-t-elle. Évidemment, nous, c'est un combat qu'on va mener de manière appuyée pour défendre nos idées et contrer cette montée de l'extrême droite partout en Europe. » Sachant très bien les voix de droite acquises à Jordan Bardella, Marion Maréchal ou François-Xavier Bellamy, Valérie Hayer mènera probablement une campagne de gauche, qui possède encore, malgré tout, des réserves non négligeables (un peu plus de 25 % des voix cumulées).

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 03/03/2024 à 20:25.
Julien Tellier
Julien Tellier
Etudiant en Master 2 d'Histoire politique contemporaine, journaliste stagiaire à la rédaction de BV

Vos commentaires

81 commentaires

  1. Renew ? Ils nous donnent aussi une Renault électrique si on vote bien ? Pourquoi donc un tel nom ?

  2. Renew c’est français? Macron a déjà oublié Villers Cotterêts.
    Hayer fera du foin avec des épouvantails éculés – Benito Adolf. Elle est incapable de suivre cette course de haies…
    Finalement, elle imite les cocos qui voyant leur système s’effondrer pensaient qu’il fallait davantage de socialisme.
    Plus d’européisme enterrera l’union européenne.

  3. « Ces extrêmes-droites, elles ne respectent pas nos principes fondamentaux de l’état de droit »? Et qui d’autre, en très grande majorité, foule gaillardement ces principes, ces valeurs,nos lois, nos coutumes, notre manière de vivre? En toute impunité, par ailleurs.

    • Qui veut nous entrainer dans une guerre mondiale sur fond d’armes atomiques?Qui condamne et veut supprimer les media qui osent avoir un avis contraire au sien? Cherchez bien Madame Hayer ! N’est pas à l’extème droite ceux qu’on pense

  4. Vu ses déclarations sur la liberté à Droite, je m’interroge quant à savoir ce qu’elle pense des Libertés selon Donald Tusk ?

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois