La sur le climat avait déjà été un assez joli tour de passe-passe ; ou de l’ de transformer les revendications premières des gilets jaunes – baisse du prix du diesel et limitation à 80 km/h de la vitesse sur les nationales – en une sorte de pilpoul écologiste. Mais avec le Comité citoyen sur le vaccin, le gouvernement semble s’être surpassé. Mais, après tout, les records ne sont-ils pas aussi faits pour être battus ?

Au début, il y a cette annonce d’Emmanuel , faite le 24 novembre dernier, et consistant à « associer plus largement la population », avec la création du comité Théodule en question, formé de 35 personnes (18 femmes et 17 hommes), « tirées au sort selon des critères d’âge, de , de région, de niveau de diplôme, de catégorie socioprofessionnelle et de type d’éducation ».

Ça n’engageait pas à grand-chose et pouvait éventuellement faire joli dans le décor, de rassurer « celles et ceux » susceptibles de s’inquiéter d’une certaine errance gouvernementale dans la gestion de l’épidémie coronavirienne.

Mais, au fait, où en sommes-nous, des travaux de cette assemblée ? À en croire le site France Info de ce vendredi 5 février : « En un mois, les membres de ce comité n’ont eu qu’une seule session de travail, de trois jours, en visioconférence. » Toujours à en croire la même source, un proche de la Macronie aurait ironisé : « On est à deux doigts de lancer un avis de recherche. »

Pourtant, dès le 16 janvier, Marie-Andrée Blanc, du CESE (Conseil économique, social et environnemental), entendait, sur les ondes de , laisser une chance au produit, comme on dit : « Laissons-les travailler avant de juger. » C’est bien. C’est chrétien. Et la même de préciser : « La mission du collectif citoyen n’est pas de faire des propositions politiques, sanitaires et vaccinales, mais d’intervenir en amont. » Pour faire quoi, au juste ? Simple : « Il s’agit de remonter leurs craintes, leurs observations pour aider à faire de cette campagne de vaccination un succès. »

Bon, si l’on commence à faire « remonter les craintes » de toute la population, nous voilà beaux et, surtout, pas sortis d’affaire. Ce, d’autant plus que, taquin, Le Quotidien du médecin notait, le 5 janvier dernier, que les résultats de la campagne en question demeuraient modestes : « 516 vaccinations en une semaine ! » Ce qui faisait, d’ailleurs, dire à l’écologiste Yannick Jadot : « Excusez ma grossièreté, mais c’est du foutage de gueule ! » Comme quoi il est possible d’être écolo et pas totalement idiot.

Du coup, à l’heure du bilan du bidule, France info remarque, une fois encore et non sans raison : « À l’origine, le comité devait faire des propositions pour favoriser l’acceptabilité du vaccin. Mais comme près des deux tiers des Français veulent se faire vacciner, le champ d’action du collectif semble limité, surtout qu’il s’ajoute à plusieurs autres conseils et comités. » Et un conseiller du ministère de la de noter : « Si ce comité permet de convaincre ne serait-ce que trois cents personnes, ça sera toujours ça. » C’est décidément à la hauteur de ses objectifs qu’on juge l’action d’un gouvernement.

En attendant, il paraît urgent de créer un nouveau comité dont la fonction première pourrait consister à faire le point sur l’action du comité précédent.

5 février 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Pass sanitaire : ça a du mal à passer, dans la majorité présidentielle !

Le pass sanitaire a du mal à passer, à l’Assemblée. D’où cette pièce de boulevard, avec le…