Editoriaux - People - 6 mai 2019

Une quinzaine royale

Il pèse 3,3 kilos et ne sera probablement jamais roi, sauf catastrophe dans la lignée du prince William, mais ce lundi après-midi, on ne parle que de lui sur les chaînes d’information continue. Évidemment, c’est le fils du prince Harry et de la duchesse de Sussex. Le suspense insoutenable sur le jour de naissance de ce royal baby a pris fin pour laisser place à un nouveau tout aussi haletant : quel prénom portera cet enfant ? L’art de maintenir en haleine, comme dans les meilleures séries américaines : Hollywood devrait prendre des leçons chez les Windsor !

Elle pèse plus du double du poids du jeune Sussex : 7 kilos. C’est la couronne en émail dorée et sertie de diamants du roi de Thaïlande, Maha Vajiralongkorn. Samedi, il s’est couronné lui-même, selon la tradition du pays : on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même. Remarquez, Napoléon, dont on commémorait la mort dimanche, en avait fait de même. Maha Vajiralongkorn s’appellera, désormais, Rama X. Plus facile à retenir. Dimanche, il a été trimbalé sur un palanquin dans les rues de Bangkok. Un parcours de sept kilomètres. À Rome, le pape, jadis, sur sa sedia gestatoria, faisait plus court. Il n’y a pas à dire, l’Orient extrême a su garder le sens du décorum.

Restons en Orient, au Japon. Ni couronne, ni palanquin, mais des fleurs. L’empereur a perdu, depuis 1945, son statut de divinité qui était bien commode. Naruhito, 126e empereur, a donc succédé à son père Akihito, qui a abdiqué à l’âge de 85 ans. Âgé de 59 ans, le nouveau souverain accède relativement jeune au trône en ces temps où le « syndrome du prince Charles » frappe fort dans les familles royales, allongement de la vie aidant. Au rythme où vont les choses, le jeune prince George d’Angleterre pourrait ne devenir roi, sauf accident de la vie, que dans un petit demi-siècle…

Encore un instant en Orient avec un petit crochet moins sympathique par le sultanat de Brunei puisqu’on apprend, aujourd’hui, que son monarque vient de décider un moratoire sur la peine de mort pour les homosexuels, comme cela avait été annoncé récemment, en application de la charia. Le souverain, dans un discours en ouverture du ramadan, vient de déclarer qu’il est « conscient qu’il y a beaucoup de questions et de malentendus à propos de l’entrée en vigueur » [du nouveau Code pénal fondé sur la charia]. Et d’ajouter : « Une fois que ceux-là seront éclaircis, le bien-fondé de cette loi sera évident. » Sa Majesté est trop bonne.

Revenons vite en Europe en évoquant l’accueil que le comte de Paris, le prince Jean d’Orléans, fit, jeudi dernier, au Président et Mme Macron ainsi qu’au président de la République italienne et sa fille, en son château royal d’Amboise à l’occasion du cinquième centenaire de la mort de Léonard de Vinci. C’est fou comme la République aime les têtes couronnées et prétendant l’être un jour ! Peu de chance que les deux présidents aient évoqué le risque d’une restauration de la monarchie dans leur pays respectif, malgré la présence d’une liste royaliste en France aux élections européennes.

À lire aussi

Le préfet Lallement mange sa casquette mais sauve sa peau

Il regrette, il s’excuse, il ne démissionne pas et il n’est pas démissionné. Voilà comment…