Une pétition en ligne pour sauver le Puy du Fou provençal

chateau la barben

En novembre dernier, Sarah-Louise Guille avait évoqué ici même cette affaire. Attaqué par la gauche, objet d’actions judiciaires, le projet Rocher Mistral de Vianney d’Alançon cherche l’appui du grand public.

Une mairie, des opposants Verts ou d’extrême gauche et quelques fonctionnaires zélés ou de mauvaise foi peuvent-ils couler un ambitieux projet culturel ? À cette question, le patron de Rocher Mistral répond clairement oui ! Vianney d’Alançon a mis en ligne une pétition de soutien déjà signée par près de 10.000 personnes.

« Depuis 2020, le Rocher Mistral est la cible d’une opposition obstinée, souvent idéologique, compétente pour bloquer les projets, occuper l’espace médiatique et engorger les tribunaux à des fins parfois personnelles », explique-t-il en préambule.

Le 13 février, Vianney d’Alançon et la SAS Rocher Mistral, qui ont acquis et restauré le magnifique château provençal de La Barben, ont été condamnés respectivement à des amendes avec sursis par le tribunal judiciaire d’Aix-en-Provence. Le jugement demande également la remise en état de plusieurs endroits dans les neufs mois pour des infractions au Code de l’urbanisme et de l’environnement. Vianney d’Alançon a interjeté appel. Le tribunal a par contre débouté l’association France Nature Environnement qui portait plainte pour atteinte non autorisée à la conservation d’habitat naturel d’une espèce protégée, en l’occurrence une espèce de chauve-souris...

Plus de 300.000 visiteurs

Un acharnement ? Dans son appel en tête de la pétition, Vianney d’Alançon relève que « le mille-feuille administratif et réglementaire qui encadre la restauration et les activités d’un monument historique est l’opportunité parfaite pour bloquer ceux qui veulent faire revivre le patrimoine et créer un site culturel français et populaire ». L’entrepreneur avait réuni 50 millions d’euros pour investir avec l’ambition d’attirer un nombreux public local sur le site. Pari bien engagé. Le site a permis la création de centaines d’emplois directs et indirects, assure Vianney d’Alançon, dont plusieurs dizaines d’intermittents du spectacle, et a accueilli plus de 300.000 visiteurs depuis son ouverture.

Le projet n’en est pas moins menacé par les échéances judiciaires à venir, fruit d’une guérilla menée par le maire de la commune, une partie de l’administration et des associations écologistes relayées par LFI. Au fond, comme toujours en France, le dossier est donc très politique… pour de mauvaises raisons.

Vianney d’Alançon a entrepris la résurrection d’un autre château, situé en région Auvergne, le château de Saint-Vidal en Haute-Loire. Une réussite qui a bénéficié de l’aide du président de la région Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez. Ce parrainage a suffi à faire naître une certaine hostilité parmi des élus de gauche vis-à-vis du projet Rocher Mistral, estime Vianney d’Alançon. Alors même que d’autres élus, comme l’ancien ministre délégué auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, chargé du Tourisme, des Français de l'étranger et de la Francophonie Jean-Baptiste Lemoyne ou Roselyne Bachelot, qu’on ne présente plus, lui ont apporté leurs encouragements ou leur soutien.

L'extrême gauche hostile au projet

Mais à l’extrême gauche, l’enthousiasme est moins net devant ce que la presse présente comme un Puy du Fou provençal - autant dire une épouvantable menace de succès... Un adjoint PCF au maire de Marseille a signé une tribune hostile au projet et le député LFI Manuel Bompard s’est fendu d’une question écrite en 2023 au ministère des Armées. Il demandait le coût du survol du site par la Patrouille de France le jour de son inauguration le 1er juillet 2001 et qui avait bien pu assumer cette dépense. Ambiance. « Le choix a été pris de mutualiser l'entraînement et le survol du parc à l'occasion de l'inauguration du parc, à des fins de rayonnement local. Cette mission du programme d'entraînement de la PAF est donc à la charge du ministère des Armées », avait répondu le ministère des Armées, tuant dans l’œuf la polémique.

Aujourd’hui, face à la menace judiciaire et économique, Vianney d’Alançon en appelle aux politiques, à Rachida Dati, nouveau ministre de la Culture, à Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie et des Finances, aux politiques locaux aussi, comme Renaud Muselier, président de la région, ou Martine Vassal, présidente du département. Il mobilise aussi avec sa pétition en ligne, destinée à tous ceux qui savent que le combat culturel est la mère de toutes les batailles. « Nos adversaires se permettent tous les coups et ne s’arrêteront pas là, prévient le jeune patron de Rocher Mistral. […] La majorité silencieuse doit se faire entendre. » Dans la France de Macron, la culture reste un combat.

Vos commentaires

30 commentaires

  1. Franchement l’extrême gauche et les intégristes écolos pour ne pas dire les fachos écologistes veulent tout détruire dés qu’une personne n’est pas de leur bord détruisent toutes les initiatives. Ces gens sont de pauvres personnes.

  2. Ce château Monsieur BORDES, que je connaissais, y a travaillé comme jardinier, mais c’était au siècle dernier……
    Encore des petits hommes gris qui veulent empêcher les Français de vivre librement !!! Courage à vous les nouveaux créateur pour maintenir l’accés à la connaissance de l’Histoire !!!!

  3. On est en France et rien n’étonne. Dès que quelqu’un fait du positif, il y a des, comment dire ?, enfin, vous m’avez compris, qu’y font tout pour nuire.

  4. L’initiative est parfaitement louable. Ce n’est pas au niveau du Puy du Fou, mais c’est tout de même bien. Honte à tous les enquiquineurs de gauche et de l’administration qui cherchent à démolir cette initiative et n’ont rien à proposer à la place.

  5. Quand vous voulez faire quelque chose, vous vous heurtez à trois sortes de gens : Les quelques qui veulent la même chose que vous. Les quelques qui veulent le contraire. Et l’immense majorité qui ne veut rien. Général Mc Arthur

  6. Pour la pétition relire l’article attentivement, elle est signalée à la 4e ligne du 2e paragraphe (Vianney d’Alançon a mis en ligne une pétition de soutien déjà signée par près de 10.000 personnes.)

  7. comme toujours la gauche s’oppose à tout ce qui est culture , mais Macron lui même nous a crié  » il n’y a pas de culture en France et pas d’histoire  » !!! le résultat est là !

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois