Leïla Ivorra, qui a avoué avoir menti après avoir annoncé un blessé grave sur le campus parisien lors du blocage des facs de mai 2018, est investie par pour les législatives dans le Val-d’Oise.

Leïla Ivorra est investie par pour la première circonscription du Val-d’Oise. Elle est connue pour avoir témoigné, en mai 2018, dans le journal Le Média, dans le contexte du blocage de la faculté de Tolbiac, pour raconter qu’elle avait vu du sang sortir des oreilles d’un étudiant qui aurait chuté avant de tomber dans le coma. Cela, à la suite de bavures policières. Cette histoire a été relayée par des journalistes de Reporterre, du Média et de Politis, malgré les démentis de la préfecture et des qui niaient qu’un étudiant eût été gravement blessé. La rumeur avait continué à circuler et on avait tenté de faire passer les démentis officiels pour un mensonge d’État, comme le rapportait Libération(24/4/2018).

Une fausse information et des témoignages mensongers

Lors d’une enquête de , Leïla Ivorra, alias « Leïla de Tolbiac », qui était parmi les trois témoins principaux des trois médias qui ont accrédité cette rumeur, a finalement reconnu avoir menti, dans son témoignage. L’université avait confirmé que les équipes de n’avaient vu aucune scène de ce genre, pas plus que les riverains, la préfecture et les services de santé… La rumeur s’était finalement dégonflée. Une fausse histoire inventée de toutes pièces qui n'empêche pas son auteur d'être investie par la Nouvelle Union populaire écologique et sociale pour devenir députée.

10 mai 2022

Les commentaires sont fermés sur cette publication.