«  2021 : Sylvie Tellier annonce une grande nouvelle », titrait le magazine Gala. Et pour cause, à l’occasion du centenaire de ce concours légendaire, il fallait trouver un lieu à la fois mythique et historique. « C’est un lieu fantastique dans lequel nous sommes en train de concocter un beau programme pour le centenaire de l’élection », a déclaré la directrice de la Société Miss France dans les colonnes du Parisien, ajoutant, au sujet de cet endroit : « D’abord parce que je l’adore. D’ordinaire, nous préférons aller dans la région d’origine de la Miss sortante, comme cela avait été mon cas à Lyon […] Plusieurs villes s’étaient portées candidates pour nous recevoir. Mais là, avec la pandémie, cela compliquait les choses. »

Quel est cet emplacement symbolique permettant de respecter les mesures sanitaires tout en offrant un « énorme champ des possible en termes de production » comme, par exemple, y « faire couler une cascade, déclencher un feu d’artifice ou lâcher des chevaux… » ? Un petit indice : c’est un site culturel capable de proposer une organisation conforme aux souhaits de l’État, mais qui soit aussi très exigeante, tout en continuant à faire rêver ses visiteurs et célébrer l’histoire. Sylvie Tellier l’annonçait hier : « Quel meilleur écrin que le Puy du Fou pour le fêter et raconter aux Français la genèse du concours Miss France ! »

De son côté, Nicolas de Villiers déclare : « Nous sommes très heureux d’accueillir l’élection de Miss France 2021, douze ans après le sacre de Chloé Mortaud, au . Nous travaillons d’ores et déjà avec les équipes pour proposer aux téléspectateurs un spectacle grandiose comme nous savons le faire et célébrer le centenaire de Miss France. »

Alors, qu’importe de savoir si, finalement, en cette année « covidée », les reines de beauté défileront masquées ou pas avant d’être couronnées. C’est une jolie preuve de confiance à l’égard d’un professionnalisme reconnu, mais surtout une élégante façon de prouver, à ceux qui, cet été, polémiquaient qu’à demande exceptionnelle, situation exceptionnelle !

3 septembre 2020

À lire aussi

Sorti de son devoir de réserve, l’officier de gendarmerie est blâmé pour avoir dit la vérité

Il faut vraiment que l'heure soit grave pour qu'un capitaine sorte de son devoir de réserv…