L’envoi à l’Ukraine par des pays membres de l’OTAN d’armes « plus lourdes et plus modernes », tel qu’annoncé par Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'OTAN, à l’occasion du Forum économique mondial de Davos en Suisse, marque, à n’en pas douter, une nouvelle escalade dans le conflit qui se déroule actuellement aux portes de l’Europe. Jusque-là impliqués derrière le chef de file américain dans une cobelligérance « douce » qui ne voulait pas dire son nom, il y a fort à parier que l’apparition sur le champ de bataille ukrainien de chars lourds anglais ou polonais, et de tous les autres matériels de guerre sophistiqués promis, ne fasse monter d’un cran significatif la participation réelle et objective des Occidentaux à une guerre qui semble désormais devoir s’inscrire dans la durée.

S’appuyant sur l’absence de définition par le droit des conflits armés de la notion de cobelligérance, les pays qui apportent jusqu’à présent une aide matérielle et financière substantielle à l’Ukraine risquent en effet d’avoir de plus en plus de mal à maintenir cette position. Et en réalité, jouant sur un vide juridique qui dissimule mal une réalité parfaitement observable dans les faits, cette attitude commode des pays qui ont fait le choix de soutenir le régime de Zelensky ne tient plus que grâce au bon vouloir de la Russie et de Vladimir Poutine. Ce dernier étant de fait le seul à pouvoir déterminer quand et comment la ligne rouge aura été dépassée.

Bien entendu, jusqu’à présent, il était dans l’intérêt de tous les protagonistes de jouer ce jeu de dupes. Il permettait aux alliés objectifs du président ukrainien d’apporter l’aide qu’ils jugeaient utile à l’Ukraine sans se déclarer parties au conflit, et au président russe, en tolérant ces agissements, d’éviter un affrontement direct avec les pays de l’OTAN. Pourtant, l’augmentation quantitative et qualitative de l’aide apportée aux Ukrainiens risque fort, à plus ou moins brève échéance, de rebattre les cartes. Il est évident que ce type d'« arrangement » suppose le respect de limites acceptables, permettant de ne pas remettre fondamentalement en cause l’équilibre des forces en présence. À défaut, c’est bien un basculement qui pourrait s’opérer, conduisant inexorablement à la généralisation du conflit qui, in fine, serait préjudiciable à l’ensemble des acteurs concernés. Quel jeu jouent donc actuellement les Occidentaux en faisant de la surenchère ? Quels intérêts ont-ils à pousser la Russie dans ses retranchements ? Qu’ont-ils à gagner à un possible embrasement sur le sol européen de cette guerre qui aurait des conséquences gravissimes et irréversibles pour près de 500 millions de personnes ?

Si les intérêts, notamment économiques et financiers, des États-Unis sont aujourd’hui étalés au grand jour, ceux des autres participants, et de l’Union européenne en particulier, paraissent nettement moins évidents. Non directement concernés par cette guerre, puisque non contraints par le jeu des alliances, mais touchés de plein fouet dans leurs économies par les conséquences et les retombées des sanctions prises contre la Russie, ceux-ci sont déjà les grands perdants d’une confrontation mondiale entre grandes puissances qui produira, c’est certain, des effets mortifères pour de très nombreuses années.

Dans ce tableau bien sombre, la France, si tant est qu’elle l’ait voulu - ce dont on peut douter, après les déclarations fracassantes d’Angela Merkel et de François Hollande sur les véritables motivations de leur participation aux accords de Minsk -, aurait pourtant pu jouer un rôle majeur dans le règlement de ce conflit. Au lieu de ça, c’est un alignement pur et dur sur les intérêts américains qui a été choisi, jusqu’à perdre désormais toute chance de regagner le minimum de crédibilité indispensable, notamment aux yeux de Vladimir Poutine.

À ce jour, des centaines de millions d’Européens sont donc suspendus à l’évolution, sur le terrain, du conflit ukrainien. Déjà fortement impactés par les conséquences économiques qui touchent tous les pays de l’Union européenne, il est néanmoins impossible de savoir comment cette guerre peut, en quelques heures seulement, évoluer, ni même d’anticiper les conséquences à moyen terme d’une implication guerrière dont les conséquences n’ont manifestement pas été anticipées.

Il n’est pourtant pas trop tard pour dire et rappeler que cette guerre sur le Vieux Continent n’aurait jamais dû se produire. Qu’elle est contraire aux intérêts des peuples et des nations et qu’à ce titre, il est urgent de renouer avec la diplomatie et les négociations. Qu’il faut absolument en finir avec cette surenchère belliqueuse qui ne peut, si l’on persiste, que nous conduire sur la voie de l’Apocalypse.

11324 vues

21 janvier 2023

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

95 commentaires

  1. Quelque soient les enjeux et les interets dans cette guerre la ligne rouge a été franchie par la Russie le jour où Poutine a décidé d’envahir l’Ukraine, nous les Européens sommes en première ligne certes et ça fait peur a certains, mais si Poutine réussit, quelle garantie avons-nous qu’il ne poursuivra pas son agression sur un autre de ses voisins comme la Moldavie, la Géorgie ou même la Finlande, qui ont déjà été privés d’une partie de leur territoire par les Russes, d’un autre cotê je ne crois pas que pour envahir l’Ukraine Poutine ait demandé notre avis. Temps que les armes fournis par l’Occident serviront à libérer les territoires occupés et martyrisés par la Russie il n’y a aucune de ligne à respecter, que Poutine retire ses troupes d’Ukraine et ensuite on en parle, la sagesse est bonne conseillère, mais se coucher devant un dictateur inhumain c’est la dernière chose a faire.

  2. Mémorandum relatif aux garanties de sécurité dans le cadre de l’adhésion de l’Ukraine au
    Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires, entré en vigueur le 5 décembre 1994

    L’Ukraine, la Fédération de Russie, le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord et les États-Unis d’Amérique,(..)Considérant que l’Ukraine s’est engagée à éliminer toutes les armes nucléaires de son territoire dans un délai précis,
    Confirment ce qui suit :
    1. La Fédération de Russie, le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord et les États-Unis d’Amérique réaffirment leur engagement envers l’Ukraine, conformément aux principes énoncés dans l’Acte final de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe, de respecter son indépendance et sa souveraineté ainsi que ses frontières existantes.

    2. La Fédération de Russie, le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord et les États-Unis d’Amérique réaffirment leur obligation de s’abstenir de recourir à la menace ou à l’emploi de la force contre l’intégrité territoriale ou l’indépendance politique de l’Ukraine, et qu’aucune de leurs armes ne soit utilisée contre l’Ukraine, si ce n’est en légitime défense ou d’une autre manière conforme aux dispositions de la Charte des Nations Unies.
    Que vaut la parole des russes qui ont signé cet engagement?
    Ceci après l’Holodomor et 45 ans de domination soviétique et la misère qui va avec, on comprend que les Ukrainiens ne veuillent pas voir les russkof reprendre pied chez eux!

  3. « Est-on en route vers l’Apocalypse ? » s’interroge Olivier Damien.
    Oh que oui, et en klaxonnant !
    Avec les duettistes Von der Leyen, Macron : l’un qui écrase le champignon et l’autre le klaxon.

  4. Biden viendrait de donner son « feu vert » à la reprise de la Crimée. Or, le contrôle de la mer Noire et de la mer d’Azov est un intérêt vital de la Russie: le laisser aux Américains est strictement impossible. Or, l’Ukraine est loin d’avoir l’envergure militaire, matérielle (même arrosée d’armement) mais surtout humaine, pour franchir le Dniepr et s’avancer en masse vers ce territoire vital désormais russe de facto et de jure. Ce feu vert impliquerait, s’il fallait mettre de l’action (ou même du sens) dans ce mot très présomptueux, la guerre directe avec la Russie, toutes « lignes rouges » pulvérisées. Un écrasement nucléaire tactique de l’Ukraine deviendrait alors une éventualité crédible. Propos donc vide et provocateur.

  5. Excellente analyse. Pour rester simple, n’oublions pas que les Russes nous ont aidé durant la guerre 14 – 18 (un contingent de 20.000 hommes, dont beaucoup y ont perdu la vie); n’oublions pas que le Général De Gaulle a toujours prôné de bonnes relations avec la Russie. Enfin, leur avance technologique en matière d’armement est telle qu’il ne faudrait pas longtemps aux Russes pour rayer de la carte Paris, Londres et Washington (missiles hypersoniques, capacité de détruire un satellite en orbite et donc un missile stratégique obligé de passer par la stratosphère, ce qui n’est pas le cas des missiles hypersoniques).

  6. A aucun moment ces sbires va t’en guerre ne parlent de paix , pour eux , la paix c’est fournir des armes , drôle de façon de dialoguer , en définitive , veulent ils la paix …? ??

  7. Les USA la France et L’angleterre incapables de gagner une guerre depuis 1945 après la Corée , le Viet-nam, et les aventures du moyen orientI Iraque,Syrie,Lybie Mali,Somalie etc, et le désastre d’Afghanistan, de nos jours se contentent de déstabiliser le monde, mais attention à ce jeux là le retour de bâtons sera terrible et les européens commencent déjà à s’en apercevoir sur le plan économique mais ce n’est que début !

  8. Oui la France aurait pu et aurait dû jouer un rôle majeur dans le règlement de ce conflit, à condition qu’elle soit dirigée par un chef d »Etat digne de ce nom, ayant la hauteur de vue nécessaire et les compétences diplomatiques requises. Or, elle n’a qu’un vassal des États-Unis.

  9. Cette guerre ne nous concerne pas mais les états-uniens nous ont embarqués dans leur folie meurtrière.
    Ils veulent nous garder soumis sous leur coupe pour dominer une population plus nombreuses qu’eux et qui, si elles se rapprochaient de la Russie, les rendraient minoritaires en tant que puissance.
    Ils prétextent la démocratie alors que ce sont eux qui ont exacerbés la patience de Mr Poutine en voulant installer l’otan au porte de le Russie. Rappelons-nous que lorsque les Russes ont voulu installé des missiles à Cuba, les états-uniens ont failli déclencher une guerre.
    Ils refusent que cela soit près de chez eux mais eux peuvent être à la frontière des autres.
    Des HYPOCRITES dangereux et nos très mauvais dirigeants sont aveugles

Les commentaires sont fermés.