Alors que M. Pap Ndiaye faisait sa première rentrée en tant que ministre (woke-compatible) de l’Éducation nationale et de la jeunesse, les partisans d’Éric Zemmour lançaient leur campagne d’information « Protégeons nos enfants » dont Boulevard Voltaire s’est fait récemment l’écho. Via Internet et le formidable réseau des militants de Reconquête, cette initiative permet de contrer l’hégémonie de la gauche « progressiste » au sein des établissements scolaires. Chacun sait qu’une minorité de professeurs militants, accompagnés par une myriade d’associations et de syndicats subventionnés, font de l’école un lieu de propagande gauchiste. Les idéologues du « Grand Endoctrinement » ciblent délibérément nos enfants et adolescents.

Face à l’offensive woke au sein de l’Éducation nationale, Reconquête fait, à juste titre, feu de tout bois : site Internet dédié, réseaux sociaux, conférence d’Éric Zemmour sur le thème de l’École le 25 septembre, pétition, distribution de tracts et collecte de témoignages.

Cette campagne salutaire gagnerait en visibilité si elle s’appuyait sur les élus locaux. Notre pays compte plus de 500.000 conseillers municipaux (pour la plupart bénévoles), plus de 4.000 conseillers départementaux et 1.758 conseillers régionaux. Or, les collectivités ont chacune une compétence en matière de politique éducative (écoles pour les communes, collèges pour les départements et lycées pour les régions). Même si l’essentiel des compétences reste entre les mains du ministère, les assemblées locales sont amenées très régulièrement à voter pour leur politique scolaire et périscolaire. Les collectivités subventionnent également de nombreux acteurs du monde éducatif.

Les élus locaux, majoritairement non encartés, sont dans leur quasi-totalité hermétiques aux délires intersectionnels de l’extrême gauche. Comme la plupart des Français, ils sont soucieux du bien-être des enfants et de la neutralité du service public. Il serait bon que cette très grande majorité silencieuse et de bon sens, aux prises avec la réalité du terrain, prenne clairement position contre l’entrisme woke à l’école. Comme je l’ai fait dans mon conseil municipal à Frontignan, les élus peuvent, à chaque débat sur les politiques scolaires et périscolaires, demander le vote de résolutions interdisant la propagande auprès de nos enfants. Même les conseillers d’opposition peuvent faire entendre leur voix grâce aux amendements et aux vœux.

Nos collectivités, qui investissent plus de 36 milliards d’euros dans le système éducatif français, ont la légitimité démocratique et les moyens pour faire échec au « Grand Endoctrinement ». Car l’idéologie woke, portée par des groupuscules ultra-minoritaires très actifs, ne progresse dans nos écoles que par l’inaction des gens de bon sens. Si des milliers de collectivités prennent des mesures contre ce fléau, si des dizaines de milliers d’élus prennent la parole dans nos assemblées locales pour protéger nos enfants, ce sera une victoire idéologique notable contre le gauchisme le plus délirant.

En nommant Pap Ndiaye, Emmanuel Macron a envoyé un signal d’encouragement aux activistes woke. Les élus de proximité soucieux du bien commun peuvent agir et envoyer un signal inverse : la France des territoires n’a pas dit son dernier mot !

3817 vues

29 septembre 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

17 commentaires

  1. Des parent qui temoignent sur le site de reconquete, une catastrophe à venir,

    « Ma nièce, en Sciences Politiques et Relations Internationales à la Catho de Lille, m’a montré les options à choisir sur ses 3 années de licence. Vous jugerez…
    • Introduction aux études de genre
    • Sociologie de l’ethnicité
    • Politique et religion
    • Études post-coloniales
    • Philosophie de la migration
    • Genre, sexualité et lutte moderne
    Voici l’intitulé de ce cursus : « La licence de Relations Internationales offre une solide compréhension analytique et critique de la politique mondiale. » Ah oui ?! »
    Maud – Proche d’un élève
    *
    « Professeur d’anglais , j’ai eu l’occasion au cours de ma carrière naissante (4e rentrée cette année) de constater plusieurs dérives « gauchistes » et Woke de la part de mes « collègues » (je vous laisse imaginer que je n’étais pas le plus bavard/sociable avec eux).
    Exposés obligatoires sur le féminisme, sur « l’écologie », sur les violences faites aux personnes LGBT, sur l’anti-racisme… Tout y passe.
    En revanche, essayez dans l’autre « sens » de ne faire qu’évoquer les discriminations que subissent les Français (et plus globalement, toute personne étant en désaccord avec « la gauche »), et là, l’administration vous convoque dans ses locaux dans les 24 h pour « entorse au principe de neutralité et au devoir de réserve ».
    Nulle convocation n’a pourtant été adressée à l’égard de cette « collègue » d’Histoire-Géographie, qui, à ses élèves de 6e, SIXIÈME (9-11 ans), disait à haute et intelligible voix, lors d’un cours auquel j’ai assisté (dans le cadre d’un projet interdisciplinaire Anglais-Histoire/Géo) : « Si vous étiez majeurs, il faudrait voter Emmanuel Macron les enfants ».
    Nulle convocation n’a été adressée à ce collègue, ouvertement de gauche, accusé par plusieurs élèves de gestes déplacés.
    Nulle convocation n’a été adressée à aucun de mes « collègues » se revendiquant quotidiennement (ou au moins, hebdomadairement) « de gauche » à voix haute en salle des profs.
    Une telle pseudo-supériorité et pseudo-pureté morale règne en salle des profs qu’aucun d’entre eux ne peut concevoir qu’un prof’ « de droite » puisse les écouter, ils se sentent comme dans un sanctuaire : protégés, d’une forme d’aura quasi-divine ; intouchables. »
    A. – Enseignant

  2. Le problème des collectivités est que maintenant que la taxe d’habitation a disparu (un scandale !), leurs financements dépend essentiellement de l’Etat ! La décentralisation de Deferre a vécu ! retour du jacobinisme total !

  3. On peut également compter sur SOS Education pour défendre une école où on enseigne et on apprend.
    Le conseil d’état vient toutefois d’approuver le circulaire Blanquer sur le genre ; parents, soutenez vos enfants, suivez les notes prises en classe et… rétablissez les avis conformes à votre jugement.

  4. Sauve qui peu ! Mes pauvres petit-enfants ! Que leurs parents se souviennent de leur éducation scout …

  5. le thème de reconquête d’Eric ZEMMOUR prend tout son sens en ce moment !!!! Lui comme LE PEN, le père, ils auront eu raison trop tôt !!!!!

    1. Vous faites bien de préciser « le père » parce que la fille doit s’être endormie depuis les élections .

  6. L’entreprise de déconstruction , si chère à Mr Macron, est poursuivie à marche forcée. C’est au peuple à lui barrer la route. Mais, quand ce peuple se réveillera-t-il ? Mystère… Trop tard, sans doute.

  7. Destruction, destruction, Macron n’est toujours que destruction. E.Z. a raison, la « Reconquête! » du pays, a commencer par l’école, doit venir de l’intérieur.

  8. Depuis longtemps on ne se pose plus la question sur Emmanuel Macron, nomination de monsieur Dupond-Moretti, en suite de M. Pap Ndiaye, il faut quoi en plus.

    1. Encore faudrait il avoir un établissement à proximité et en campagne c’est le désert complet de ce côté là.

  9. Je suis bien content d’avoir mis mon enfant dans le privé. La demi-journée de cours supplémentaire et l’absence de propagande lui fait prendre une avance considérable sur les autres

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter