Le président de la République semble avoir pris goût à venir s’exprimer à la télévision. Les Français ne paraissent pas avoir pris goût à l’écouter. Ils étaient 5,38 millions, le 12 octobre, pour des thèmes de politique internationale, mais seulement 4,07 millions le 26 octobre. Une baisse notable, donc. Or, il s’agissait de traiter des sujets de politique intérieure, « les urgences françaises », supposées de plus d’intérêt pour nos concitoyens.

La péroraison se voulait pédagogique, elle fut surtout technocratique. Et étrangement vague, incertaine et même contradictoire, par moments. Le démarrage avec une avalanche de chiffres et de graphiques augurait mal de la suite pour susciter l’intérêt. Même si le Président a rappelé des vérités toujours bonnes à dire, et notamment que nous sommes le pays le plus taxé de l’Union européenne et même de l’OCDE (46,1 %), où la part de dépense publique par rapport au PIB est la plus forte (59,2 %) et que nous sommes également un des pays de l’UE où l’on travaille le moins. Ce qui vide de tout sérieux le discours de la gauche, et notamment de la NUPES, réclamant plus de taxation.

Mais faire des constats est bien, agir est mieux, et l’on est en droit de se demander où tout cet argent part ? L’État est de plus en plus incapable d’assurer ses fonctions régaliennes, la Justice manque de moyens, l’hôpital public est en déshérence, les policiers travaillent trop souvent dans des conditions lamentables, l’Éducation nationale ne cesse de baisser en qualité et nos armées manquent de moyens. La réponse est sans doute dans une fonction publique pléthorique. À titre de comparaison, la France compte 5,6 millions de fonctionnaires (ministère de la Transformation et de la Fonction publiques) pour 66 millions d’habitants et l’Allemagne 4,6 millions de fonctionnaires (Statistiches Bundesamt) pour 82 millions d’habitants ! Il convient aussi d’ajouter que notre pays a une politique d’aide sociale généreuse et largement ouverte au monde. En 2020, les prestations sociales ont représenté 872 milliards d’euros, sans compter les 46 milliards dus à la crise sanitaire, soit 35,4 % du PIB (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques).

À propos de la réforme des retraites, sujet qui, de façon évidente, tient à cœur au Président, le propos fut assez peu clair avec des variations sur l’âge légal de départ à la retraite et la durée de cotisation. Il est notable qu’à aucun moment ne fut vraiment abordé le problème de fond. Un système de retraite par répartition a besoin, pour être équilibré, d’une démographie stable, donc d’une politique familiale forte et durable dans le temps. Or, non seulement la gauche n’a eu de cesse de la transformer en politique sociale et d’en éroder le caractère universel, mais encore la doxa de la majorité est ouvertement hostile à la famille et à la natalité.

À propos des questions d’insécurité, le propos présidentiel fut surtout incohérent. Après avoir fièrement déclaré qu’il ne ferait jamais « un lien existentiel entre l’immigration et l’insécurité », il finit par reconnaître qu’à Paris, l’immigration illégale « est très présente dans les faits de délinquance ». On chercherait en vain un lien logique entre la pétition de principe et les faits. S’il est évident que tous les immigrés ne sont pas tous des délinquants et que toute généralisation serait fausse et injuste, il est impossible de dissocier totalement immigration, et notamment immigration illégale, de la délinquance. Tous les chiffres le démentent. Selon le ministère de l’Intérieur, à Marseille, 55 % des délits sont commis par des étrangers, à Paris 48 % et à Lyon 39 %. Dans son étrange discours aux préfets du 15 septembre dernier, Emmanuel Macron avait relevé « un retour à la violence relativement inédit » et déjà incriminé les réseaux sociaux et la nécessité de simplifier les procédures. La pensée présidentielle n’a évidemment pas évolué en un si court laps de temps, mais elle est un peu courte. À aucun moment on ne perçoit la volonté de rechercher les causes profondes de cette violence : immigration incontrôlée, choc de civilisations, faillite éducative, culture de l’excuse pour les délinquants, Justice débordée et emprise idéologique chez certains magistrats, sanctions insuffisantes… Faut-il, dès lors, s’étonner que les citoyens en viennent à faire justice eux-mêmes ? L’Histoire nous enseigne que c’est toujours le cas lorsque l’État devient impuissant et que la société sombre dans le chaos.

On notera, enfin, qu’en ce qui concerne les « zones à faibles émissions » prévues dans les métropoles et qui risquent d’exclure 50 % des Français de l’accès à celles-ci, notamment les plus modestes, le Président s’est borné à dire : « On ne doit jamais laisser les Françaises et les Français sans solution. » Là encore, un peu court, jeune homme.

En fin de compte, le président de la République apparaît plus comme une sorte de haut technocrate que comme un homme d’État. Il tient les chiffres, les graphiques et les a priori idéologiques pour la réalité. Sa pensée paraît sèche et comme détachée du réel. En s’inspirant de la une célèbre d’un quotidien du soir, il semblerait que la France l’ennuie. C’est bien ennuyeux pour les Français !

8199 vues

29 octobre 2022 à 16:00

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

53 commentaires

  1. Les français sont entrain de comprendre que Jupiter les a roulés dans la farine ,la France de plus en plus endettée ,le commerce extérieur de plus en plus insignifiant ,nous ne produisons de moins en moins tout cela est du pas qu’a sa politique ,mais aussi celle de ses prédécesseurs qui ont vendu tous nos bijoux de famille nous avons une industrie moribonde et une agriculture de plus en plus déficitaire alors que dans les années 70 nous étions pratiquement autonomes et même exportateurs ( pour une politique de éolien dont nous payons relativement cher cette énergie qui ne profitent qu’aux boursicoteurs de la terre entière ) A cela s’ajoute la crise de l’énergie alors que la encore nous étions exportateurs de nos excédents ,a cela s’est ajouté la vente d’Alstom aux américains qui ont eu encore plus de pression sur nous pour nous faire plier a leurs intérêts , l’Ukraine en est un parfait exemple un Chirac n’aurait jamais traité cette crise comme nous l’avons traité ,nous aurions jamais été les lèche cul de Biden reconnu comme un marchand d’arme . A ce jour même avec des difficultés notoires l’Allemagne vendue aux américains est le fer de lance de l’Europe ,nous n’avons rien rien a attendre d’elle plus nous nous aurons la tète sous l’eau plus sa place sera prépondérante en Europe .

  2. Mais que voulez vous que cet homme de théâtre soit d’autre qu’un technocrate. Nous sommes les plus mauvais européens dans la gestion de notre budget , nous avons un endettement de près de 115% de notre PIB contre 70 % pour les allemands et Macron se targue de donner des conseils et recommandations aux autres .
    Qu’adviendra-t-il lorsque , hausse des taux faite , nous ne serons plus en mesure de rembourser les intérêts de notre dette . Déjà ue nous empruntons pour le faire !

  3. A l’avenir, il faudrait qu’il y aie OBLIGATION de passer un CONCOURS avant de postuler aux PRESIDENTIELLES afin d’évaluer les compétences des candidats, cela éviterait au peuple de subir autant de désastres et de déconvenues.

  4. Un baratineur sans intérêt ni talent : on écoute 2 minutes et on s’en va . Je ne suis même pas sûr qu’il serait capable de vendre des casseroles sur un marché . Quel malheur pour la FRANCE .

  5. Un technocrate, raide, froid et sans empathie qui n’aime ni la France ni les Français est, hélas, en poste à l’Elysée ! ! Cherchez l’erreur…… Aucune compétence pour gouverner ni prévoir ni gérer, il regarde les chiffres et les courbes, mais ne voit pas les gens, comme son prédécesseur Hollande. En attendant, la France, pays surtaxé, suradministré, est sous géré, sous équipé, et s’enfonce dans le déclassement et la décadence !!!!

  6. Mis en place par les mondialistes pour ce faire, Macron est tout simplement toxique mais la France inquiète le réélit pour la protéger de « l’extrême droite » qui constitue le danger mortel pour le pays, ça fait 40 ans qu’on nous l’inculque et incontestablement, ça laisse des traces.

Les commentaires sont fermés.