[Tribune] F. Roussel aime bien le symbole de la faucille et du marteau : on en parle ?

stalin

Fabien Roussel s’est rendu au Salon de l’agriculture, comme tout le monde. C’est un passage obligé de la communication politique. Il est de bon ton, dans certains cénacles de droite, de le considérer sympathique parce qu’il affirme apprécier le bon vin, la gastronomie et le bœuf. Ce qui fait s’étrangler de rage ou d’indignation certains écologistes, mais qui est un peu court pour délivrer un brevet de bienséance politique au patron du Parti communiste français.

La déambulation du chef des camarades a été suivie par les médias. Apparemment tout content de sa trouvaille, il a souvent rappelé que « notre symbole, c’est la faucille et le marteau » (CLPRESS 29/2/2024), en insistant sur le premier outil pour indiquer la proximité naturelle du parti pour la paysannerie. Il avait même déclaré au Figaro, en janvier : « Nous avons toujours défendu les travailleurs de la faucille et du marteau. »

Il semble nécessaire de rappeler à M. Roussel quel fut le sort réservé aux paysans par le système communiste lorsqu’il détenait le pouvoir. Le délicieux Lénine n’avait-il pas considéré la terrible famine de 1921-1922, qui causa environ cinq millions de morts, « socialement utile » car elle faisait disparaître la paysannerie. Avec le cynisme qui lui était propre, il en profita pour exterminer le clergé orthodoxe : « Avec tous ces gens affamés qui se nourrissent de chair humaine, avec les routes jonchées de centaines de milliers de cadavres, c’est maintenant et seulement maintenant que nous pouvons (et par conséquent devons) confisquer les biens de l’Église avec une énergie farouche, impitoyable. » Et d’ajouter, dans une lettre à Trotski : « Plus nous fusillerons de clercs, mieux ce sera » (lettre du 19 mars 1922). Alors même que l’Église orthodoxe venait en aide de façon massive aux affamés.

Une décennie plus tard, son successeur et fidèle héritier, Staline, organisa la « dékoulakisation », c'est-à-dire l’extermination des petits paysans propriétaires d’Ukraine, de Biélorussie et du centre de la Russie, du Don, de la Volga, du Kouban, du sud de l’Oural, du Kazakhstan et de la Sibérie occidentale par une famine orchestrée par les communistes à l’occasion de la collectivisation des terres. Cet « Holodomor » (extermination par la faim) fit entre cinq et huit millions de morts et peut être rapproché de la Shoah en nombre de victimes.

Ce si bel exemple fut suivi par Mao, grand héros communiste lui aussi, avec le « grand bond en avant », politique de collectivisation des terres dans les années 60 qui causa 50 millions de morts, des Khmers rouges (1975-1979), deux millions de morts, ou de la Corée du Nord, avec la famille Kim dans les années 1990, où la famine causa entre un et trois millions de morts. Les références « agricoles » du communisme sont en effet exemplaires.

M. Roussel aime bien le symbole de la faucille et du marteau. Or, ce symbole est dégoulinant du sang de plus de 100 millions de victimes depuis 1917. Il est le symbole de la nuit totalitaire qui s’est abattue sur des dizaines de millions d’êtres humains pendant des décennies et les a privé des libertés les plus fondamentales : liberté religieuse, liberté de pensée, liberté d’expression, liberté politique, liberté d’entreprendre, liberté d’éduquer ses enfants… Symbole d’un système qui se voulait une science économique et a plongé les peuples dans la ruine matérielle et morale.

Le PCF n’étant plus grand-chose dans le paysage politique français, personne n’a prêté grande attention à la venue de Fabien Roussel au Salon de l’agriculture, mais cette bonne conscience communiste a quelque chose de proprement écœurant. Tout comme le fait que, de la droite à la gauche, tout le monde semble considérer que les communistes français font partie de « l’arc républicain » alors même que les régimes communistes, dont ils furent les alliés, ont été parmi les régimes les plus criminels de notre époque ! Et le sont encore en Chine, en Corée, au Vietnam, au Laos ou à Cuba.

L’explication tient en partie à l’entrée en résistance des communistes quand l’Union soviétique fut attaquée par Hitler. Mais plus profondément, la Révolution française est le mythe fondateur de la République et, en même temps, la mère des révolutions. Lénine y faisait souvent référence. Condamner les révolutions marxistes-léninistes, c’est, d’une certaine façon, condamner notre Révolution qui ne fut pas avare de massacres et d’exterminations. Un tabou impensable !

Stéphane Buffetaut
Stéphane Buffetaut
Chroniqueur à BV, élu de Vendée, ancien député européen

Vos commentaires

36 commentaires

  1. Notre gouvernement « démocratique » s’approchant de plus en plus des méthodes staliniennes, notamment en ce qui concerne la liberté de la presse, notre petit père Roussel pourra bientôt rejoindre la macronie. Et bien sûr, la presse bien pensante et, paraît-il contrôlée par l’Arcom, oubliera de parler des millions de morts exécutées par les régimes d’extrême gauche !

  2. Excellent ! Le Nuremberg du Communisme n’a jamais été fait car combien tomberaient de leur piedestal en France « le seul pays au monde où le communisme a réussi ». Qui se rappelle que le PC émargeait auprès de Moscou pour ses frais et les ordres reçus ?

  3. Et idéologiquement comparse de toutes les dictatures, ce n’est pas un parti répubicain

  4. Le PC aurait dû être interdit : fidèle à Hitler puis à Staline puis à la Russie il a trahi la France à plusieurs reprises

    • Cher Théorie,
      Bravo, ayant subi et vécu avec cette engeance, j’affirme qu’il faut disposer de solides ossature et estomac pour gober les mots d’ordre des staliniens.

    • Complètement d’accord , mais comme il sert d’idiot utile aux gauchos indécrottables , comme pour l’élection de Mitterrand , nous n’avons pas fini de nous le coltiner

  5. Excellente synthèse du communisme. Mélenchon avait un jour déclaré, je l’ai entendu de mes propres oreilles, que Robespierre était, je cite « notre père à tous ». Une version trotskiste du Notre Père ? Allez savoir. Roussel, quant à lui, devant une classe d’enfants ne savait pas s’il pouvait classer Staline comme étant gentil ou méchant ! Il est vrai que le personnage fut un tel bienfaiteur de l’Humanité que l’on peut comprendre les hésitations du camarade Fabien. Tiens comme la place du colonel Fabien. Ah ! les bons parents que ceux de l’actuel secrétaire général… Dans le même ordre d’idée, Frédéric Hocquard, actuel adjoint à la Maire de Paris en charge du tourisme et de la vie nocturne (ouf…), a avoué récemment que ses parents voulaient le prénommer Ho Chi Minh. Mais un officier d’état civil réactionnaire stoppa net cet élan marxiste et anticolonialiste.
    Cet exemple, montre combien la France est indulgente (doux euphémisme) avec une idéologie qui n’a rien à envier au nazisme par ses méthodes et le caractère ontologiquement totalitaire de son projet de société. Mélenchon a fait environ 20% aux présidentielles et même failli arriver au second tour. Son parti soutient le Hamas. Car quoi qu’on en pense, c’est bien ce caractère totalitaire qui séduit la moitié des Français qui votent à gauche.

    • Staline était écologiste: il laissait ses prisonniers esclaves mourir de faim sans produits chimiques. Hitler était un salopard car il utilisait des produits chimiques organo-phosphorés pour tuer tous ceux qui ne lui plaisaient pas. Mais la résultante est la même sauf que peu de personnes vénèrent Hitler en France alors qu’il y en encore qui vénèrent le communisme

  6. Un jour, lorsque le mur de Berlin fut construit, un communiste de ma commune m’a dit que ce mur était fait pour empêcher les voleurs et assassins de se sauver à Berlin ouest.

  7. Le PCF n’étant plus grand-chose dans le paysage politique français, personne n’a prêté grande attention à la venue de Fabien Roussel au Salon de l’agriculture, mais cette bonne conscience communiste a quelque chose de proprement écœurant. Tout comme le fait que, de la droite à la gauche, tout le monde semble considérer que les communistes français font partie de « l’arc républicain » alors même que les régimes communistes, dont ils furent les alliés, ont été parmi les régimes les plus criminels de notre époque ! Et le sont encore en Chine, en Corée, au Vietnam, au Laos ou à Cuba. Tout est bien dit dans cette phrase merci .

    • Je préfèrais le PCF d’avant sous l’ère Marchais parce qu’ au moins c’était clair aujourd’hui un communiste peut être pro mondialiste et acceuillir Macronà l’huma et il est capable de tous les renoncements pour garder son mandat ou sa place y compris d’être islamo compatible, faire construire des mosquées dans leurs communes et rompre le ramadan . Je ne sais plus qui a dit que la religion était l’opium du peuple ? L’islam n’est pas concernée visiblement pour certains cocos . Sauf que les communistes ils sont où dans les républiques islamiques du monde entier ?

  8. au regard de son âge il n’a pas encore assez lu l’histoire de ce dictateur sanguinaire , et si le marteau pour lui représente le travail , Staline en son temps s’en servait pour écraser la tête des opposants, de même la faucille pouvait apparaitre comme l’outil du paysan mais Staline en a fait une tout autre finalité , elle lui a servi à couper l’herbe sous les pieds de ses détracteurs, alors M. Roussel relisait ou lisait plus exactement l’histoire de ce tyran et des symboles qu’il entretenait.

  9. N’oublions pas non plus le pacte germano soviétique signé par Von Ribentrop. Il faudrait faire le total général mais le nombre de morts assassines par le communisme de 1930 à 1990 en y intégrant le régime chinois et Staline est largement supérieur aux victimes du nazisme. Pas de quoi pavoiser .

  10. Il est tout de même curieux de considérer le RN à l’aune des déclarations, parfois douteuses, de J-M Le Pen alors qu’on ne reproche pas au parti communiste français de revendiquer fièrement son héritage historique et d’estimer que le bilan est « globalement positif », comme disait Georges Marchais.
    J-M Le Pen n’a pas de sang sur les mains, jusqu’à preuve du contraire.

  11. La nostalgie du stalinisme, c’était le bon temps, les gogos avalaient n’importe quoi et le parti se portait bien. Aujourd’hui c’est le tour de LFI…

  12. Le petit père des peuples si gentil , un grand père idéal , sauf que plusieurs dizaines de millions de gens sont morts par sa faute et sa folie .
    Le PCF à du sang sur les main en France depuis cent ans , voulez vous des noms , ce n’est pas un problème !
    La faucille pour couper et le marteau pour écraser , bravo Fabien Roussel , le bonheur des peuples est sans limites !

    • Pour ceux qui sont encartés rêvant d’un monde utopique ou imaginaire oui vous avez probablement raison mais l’idéologie mortifère elle est toujours bien présente dans ce qui sert de tête a beaucoup de jeunes et les moins jeunes qui n’ont comme idéal de vie que la paresse la jalousie l’agressivité et la violence lesquels pourrissent la vie a ceux qui travaillent et spolies pour les entretenir

  13. Le PCF a survécu à l’effondrement de l’URS.Ce qui avait fait dire à Gorbatchev,enfin je crois que c’est lui, que la France était le seul pays où le communisme avait finalement réussi.Quant à Roussel,interrogé l’automne dernier par des lycéens,il avait rechigné à désigner Staline parmi les grands nuisibles.Le communisme n’a hélas jamais eu son Nuremberg.Comme disent certains,c’est le privilège rouge !

  14. Les communistes sont tout mais jamais une idole du monde agricole français … qui votent et vit à droite … mais depuis 1945 le Parti communiste français n’a fait que détruire l’agriculture et l’industrie française rappelons le, combien de ferme et d’usine ou d’administration fermées par leur obstination

    • Je ne pense pas que ce soit le parti communiste qui ait détruit l’agriculture ,ni vendu et stoppé notre industrie nucléaire ni délocalisé la presque entièreté de nos manufactures en Chine, , qui nous ait grands remplacés qui ait réduit l’armée à portion congrue . C’est leur donner une importance qu’ils n’ont pas en plus d’un statut de bouc émissaire. Nos dirigeants successifs depuis les renoncements de Chirac sont bien plus coupables de la désindustrialisation , du grand remplacement et de l’endettement de nos agriculteurs et éleveurs et du mille feuille de règles administratives et de normes qui rendent leur vie impossible . Sans parler d’une balance commercial déficitaire et d’une dette sociale de 3000 milliards !
      Qu’il y ait des tendances totalitaires , dont une bureaucratie expoentielle , des attaques contre la liberté d’expression , des normes drastiques , une volonté de gouverner sans le peuple , de nouveaux apparatchiks , oui , mais ce n’est pas le fait communiste . L’histoire se répète mais pas là où on l’attend !
      Macron n’est pas communiste il me semble. Et il est faux de penser qe le PCF n’avait pas une certaine influence dans les milieux ruraux surtout chez les petits exploitants et ouvriers agricols . Beaucoup étaient abonnés au journal « la terre » .

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois