[TRIBUNE] Européennes : LR à la peine

union européenne

Bruno Retailleau estime qu’Emmanuel Macron est favorable à une Union européenne fédérale. C’est une erreur d’appréciation. De fait, le président de la République est favorable à un État européen supranational et uniformisateur, même pas à une Europe fédérale où les compétences de l’État fédéral et des États fédérés seraient clairement délimitées. L’Union européenne, telle qu’elle est gouvernée depuis des décennies, considère qu’il n’y a, en fait, aucune limite à l’extension de ses compétences dès lors que les États membres acceptent de les abandonner entre ses mains. Et de façon définitive, selon la jurisprudence de la Cour de justice de l’UE. Ce qu’ils ont fait avec une régularité d’horloge, traité après traité. Avec le soutien sans faille de sa famille politique qui les a soutenus « et porté sur tous les fonts baptismaux », pour reprendre la formule d’Éric Ciotti.

Et si personne ne veut de cette Europe-là, pour reprendre les propos de Bruno Retailleau, l’oligarchie des partis dits de gouvernement, elle, l’appelle de ses vœux. Faut-il rappeler, une fois encore, que le traité de Lisbonne, qui revenait à très peu de chose près au projet de traité portant Constitution pour l’UE rejeté par référendum, a été soutenu par une écrasante majorité des députés LR ! Ciotti et Larcher en tête, aux ordres de Sarkozy. Nous en revenons toujours à la même inconséquence qui consiste à déplorer les effets des choix politiques faits par sa propre famille politique et avec constance en matière européenne.

Mais là où la plaisanterie n’est plus drôle du tout, c’est lorsque le président du groupe LR du Sénat suggère que le meilleur moyen de défendre les intérêts de la France est de siéger au Parti populaire européen (PPE). Or, cette formation proclame dans ses statuts la « volonté commune de fonder une Union européenne fédérale ». Projet qu’il reproche à Macron... Comprenne qui pourra. Au demeurant, le manifeste dudit PPE pour les présentes élections européennes demande la transformation de l’UE en « démocratie parlementaire à part entière », c'est-à-dire en État. Et pour aller plus loin encore dans la transformation en État à part entière, le même document de campagne demande l’instauration d’un « ministre des Affaires étrangères de l’Union européenne », proposition qui avait été rejetée par le référendum de 2005.

Pour ne pas s’arrêter en si bon chemin, ce même manifeste réclame la fin de l’unanimité en matière de sanctions internationales. Ce qui signifie que la France pourrait être contrainte d’adhérer à des sanctions internationales auxquelles elle ne serait pas favorable ! Pour ceux qui croient encore que LR est héritier du gaullisme, ce pourrait être surprenant. Mais depuis Jacques Chirac, l’invocation des mânes de De Gaulle n’est qu’une figure de rhétorique pour ce qui concerne l’Union européenne.

Il existe une logique et une dynamique politiques dans le fait d’adhérer à une formation politique favorable à la transformation de l’Union européenne en « démocratie parlementaire à part entière » dans « la volonté commune de fonder une Union européenne fédérale ». L’alternative est donc la suivante : ou bien LR ment au PPE, ou bien LR ment à ses électeurs. Il est impossible d’être favorable à « une Union européenne fédérale » à Bruxelles et hostile à celle-ci à Paris ! Dans les faits, la famille politique de LR, au moins depuis Jacques Chirac, s’est ralliée à l’idée d’une intégration toujours plus forte au sein de l’Union européenne pour la transformer en véritable État supranational. Elle a toujours soutenu les traités qui allaient en ce sens, à part quelques dissidents tels Philippe Séguin ou Charles Pasqua.

Dès lors, il n’est pas surprenant que LR soit à la peine. La cohérence et la clarté sont nécessaires à une vie démocratique honnête. Les électeurs ne sont ni idiots ni fous. Ils perçoivent très bien les ambiguïtés des positionnements politiques. Généralement, ces ambiguïtés sont les préludes des trahisons ou des renoncements.

Stéphane Buffetaut
Stéphane Buffetaut
Chroniqueur à BV, élu de Vendée, ancien député européen

Vos commentaires

31 commentaires

  1. Depuis maintenant plus de 40 ans le parti prétenduement héritier du gaullisme, sous ses dibers avatars, dont l’un fut justement surnommé UMPS, a systématiquement trahi ses électeurs. Il est plus que probable que ce sera une nouvelle fois le cas, et donc il faut tout faire pour éviter d’envoyer des députés LR à Bruxelles.

  2. Maastricht, OMC (Marrakech), Nice, Amsterdam,  » constitution » et Lisbonne : LR trahit la France et les Français. Et ils continuent encore et encore.

  3. « une Union européenne fédérale  » oui et donc? Comme les USA, Etat fédéral composé de 50 Etats non uniformisés? Comme l’Allemagne, Etat fédéral composé de Länders non uniformisés non plus?

  4. « L’alternative est donc la suivante : ou bien LR ment au PPE, ou bien LR ment à ses électeurs. » Il y en a une troisième, la plus probable : LR ment aux deux. C’est génétique.

  5. Les Etats-Unis , pays fédéral , qui s’est construit sur un terrain vierge , comme quand vous construisez une maison sur un terrain nu . L’UE , la situation est différente, il s’agit de faire disparaître des nations ,des Etats centenaires ou millénaires , pour construire à la place un super-Etat , comme quand vous achetez un vieil immeuble et qu’il faut le raser pour construire du neuf.

  6. La sortie de l’UE est une urgence absolue, mais interdiction dans les médias et sondages d’en parler.

  7. Il est temps que les français décident du Frexit et se détachent de l’Union Européenne. Que nous vendions notre électricité au prix aux autres pays qui en profitent et que nous les français ne subissions pas d’augmentations.

  8. Le candidat Bellamy est une excellente personnalité , mais au service d’un parti ancien compromis pour survivre avec la macronie .

  9. Les électeurs commencent à comprendre le mécanisme infernal de l’intégration européenne qui fonctionne depuis des décennies , à chaque traité , un pas en avant sans possibilité de revenir en arrière .
    On nous parle de fédéralisme , et on pense aux Etats-Unis , mais c’est un Etat supranational qu’on met en place , avec démolition appliquée des anciens Etats et transfert de plus en plus de leurs compétences vers l’Union , ou la démocratie est savamment diluée , neutralisée .

  10. La France, puissance nucléaire, n’est pas un paillasson, ni la nième des 27 ou 30 étoiles d’un Empire « Allié des USA ». Nous sommes en guerre contre ces derniers depuis le 8 novembre … 1942, voire depuis le Traité de Versailles et la « SDN » … Il semble que les Français soient majoritairement pour le FREXIT, au plus tôt, question jamais posée par les sondages.

    • et oui, d’ailleurs, ne faudrait il pas proposer un référendum à propos d’un éventuel Frexit ?

  11. Il y a quelques LR que l’on peut compter sur les doigts d’une main qui sont honnêtes et on se demande encore ce qu’ils font dans ce parti macron compatible, exemple Bellamy.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois