Suite de la tribune publiée le 26 novembre.

Découpler le prix du gaz et celui de l’électricité

Le 30 septembre dernier, Bruno Le Maire avait écrit à la commissaire européenne Margrethe Vestager pour demander que soient remises en cause les règles du marché énergétique européen : « Pour qu’on arrête une bonne fois pour toutes d’aligner le prix de l’électricité sur le prix du gaz. » Deux mois plus tard, et ce, malgré l’urgence, rien n’a bougé ! Bruno Le Maire ne parle plus de « son combat » pour modifier les règles du marché européen mais de « boucliers » et de « subventions ». Pour les PME, cela s’appellera « l’amortisseur d’électricité[1] ». Une fois encore, au lieu de penser le changement, nous changerons le pansement !

« Pourtant, découpler le prix de l’électricité de celui du gaz est une nécessité urgente, vitale pour atténuer les effets désastreux du prix de l’électricité sur notre industrie et l’ensemble de notre économie », comme le rappelle Bernard Accoyer, ancien président de l'Assemblée nationale, dans une lettre ouverte adressée cette semaine au Président Macron.

Quant à nos députés, ils ont d’autres priorités. Pendant que les entreprises de France reçoivent les lettres d’EDF par milliers, notre Assemblée nationale débat de l’interdiction de la corrida ! Est-ce que ce monde est sérieux ?

EDF, le taureau de l’ARENH

Il y a pourtant matière à débattre pour nos députés. Connaissez-vous l’ARENH ? Cela signifie « accès régulé à l’électricité nucléaire historique ». Ce système administré oblige EDF à vendre à ses concurrents 25 % de sa production à prix coûtant, au détriment de ses clients historiques ! Une électricité achetée bon marché que les fournisseurs alternatifs revendent à prix d’or sur le marché qui, lui, est indexé sur le prix du gaz. Selon la théorie des vases communicants, il y a fort à parier qu’une partie de l’augmentation qu’EDF impose aujourd’hui à ses clients vise à compenser le manque à gagner que lui inflige l’ARENH... Un dispositif abscons qui fragilise EDF et ses clients qui est désormais intégré dans le Code de l’énergie ! S’il y a une corrida à supprimer, c’est plutôt celle-là.

Retrouver notre souveraineté énergétique

Tout cela est un énorme gâchis. Car s’il y a un sujet où la France disposait d’un avantage économique doublé d’un atout écologique, c’est bien celui de l’énergie. En 2018, la France était le dixième producteur mondial d’électricité et le premier pays exportateur au monde. En 2020, sa production nette s’est élevée à 500,1 TWh, elle était le premier pays exportateur d’Europe, avec un solde exportateur de 43,2 TWh.

Depuis, François Hollande puis Emmanuel Macron ont fait à peu près n’importe quoi au nom d’accords politiques hasardeux avec les Verts. C’est ce que nous écrivions déjà avec David Lisnard, dans une tribune, le 1er août 2021 : « Quand le "en même temps" devient "tout et son contraire". »

Le 18 novembre 2022, le gouvernement français annonçait la signature d’un accord franco-allemand pour « sécuriser les capacités d'importation d'électricité » en France !

Le retour aux groupes électrogènes ?

Dans sa lettre aux entreprises, EDF conclut : « Le kWh le moins cher est celui qui n’est pas consommé (sic). En diminuant ou en modulant différemment votre consommation l’hiver prochain, autant que votre activité le permet, vous pourrez ainsi réaliser des économies sur votre facture, tout en contribuant à l’amélioration de la gestion des pointes de consommation » (re-sic).

Si les augmentations restent en l’état, de nombreux TPE, PME, artisans, commerçants, exploitations agricoles vont se tourner vers les groupes électrogènes et les énergies fossiles pour diminuer leur consommation d’électricité - décarbonée -, leur besoin de puissance, et redescendre en dessous de la barrière fatidique de 36 kVA pour bénéficier du tarif réglementé et du bouclier tarifaire.

Dommage pour le climat… Juste au moment où le gouvernement lance l’appel à projet (AAP) « Industrie Zéro Fossile », dit « IZF » ! C’est compliqué de sauver la planète avec des politiques de gribouille.

Lorsque l’on parle de survie, nécessité fait loi. Le sentiment général est d’avoir été lâchement abandonné… EDF nous doit plus que la lumière. Emmanuel Macron aussi.

 

[1]« Une aide forfaitaire sur 25 % de la consommation permettant de compenser l’écart entre le prix plancher de 325 €/MWh et un prix plafond de 800 €/Mwh, l’amortisseur sera plafonné à 800 €/Mwh afin de limiter l’exposition du budget de l’État à la flambée des prix : l’aide maximale serait donc d’environ 120 €/MWh pour les entreprises concernées. »

4581 vues

27 novembre 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

24 commentaires

  1. Tout ceci a été décrit en détail en 2017 dans <> d’Hervé Machenaud X Ponts , Directeur du centre national d’équipement nucléaire chargé de la conception de la construction et du démarrage des centrales de Chooz ,de Civaux de Daya Bay et Ling Ao (chine) puis Directeur Asie du groupe EDF de 2002 à 2016 et Directeur exécutif chargé de la production et de l’ingénierie et membre du Comité exécutif de cet électricien . En résumé, le type même d’ingénieur qui manque à l’heure actuelle et que notre Président aurait mieux fait de lire à l’époque voire d’en faire un conseiller. Qui plus est les crédits ont été supprimés en 2019 pour la mise au point par le CEAEN d’une nouvelle filière nucléaire prometteuse .
    Résultat : la France risque de se retrouver dans le noir et par son manque de compétitivité énergétique , n’attirera pas les investissements qui iront s’effectuer ailleurs

  2. 1- Expliquez-nous comment revenir à l’autonomie de l’énergie électrique en France avec des investisseurs étrangers genre Iberdrola, Ikéa, etc.?

    2- Comment dire aux allemands qui sont à la source de ce couplage prix de électricité/gaz pour écrouler la France, de faire maintenant marche arrière, et de laisser la France leur revendre de l’énergie nucléaire, comme il fut un temps ?

    Beaucoup de questions restent sans réponses, ou l’on ne veut pas y répondre, voir le maire qui maintenant se tait.
    Quid du prix de l’électricité à venir avec la multiplication des « engins électriques » voitures en particulier, et autres trottinettes et vélo pour ne parler que de cela. En cette période de disette électrique, on nous demande de faires de très gros efforts sur notre consommation, mais la pub sur tous les engins électriques continue ?
    Mais il serai effectivement très difficile pour un macron et sa bande de dire aux constructeurs automobile par exemple de revenir en arrière après le battage sur l’électrique, après tout le « pognon de dingue » dépensé par ces constructeurs pour le changement !
    Comme vous le reprenez de Cabrel – Est-ce que ce monde est sérieux ! Moi je ne le crois pas ! Tout au moins ce monde européen très cher à nos politiques de tous poils !

  3. Stop à cette Europe et surtout stop à ces élus qui ruinent ce pays .Combien d’entreprises survivront , combien de ménages s’en sortiront . Macron et d’autres avant lui doivent payer pour avoir saccagé ce pays .

  4. Voilà bien l’exemple type de l’imbécilité (pour reter poli) de nos dirigeants. Comment quelqu’un de normal pourrait-il accepter de tels accords tous contre soi-même ? Couper la branche sur laquelle on est. Débattre de tauromachie quand le pays est au bord de la faillite avec tantôt 3 000 milliards d’euros de dettes ! Et ils ont tous (ces dirigeants) l’arrogance des crétins heureux inconscients et fossoyeurs des rêves de notre pays ! Oui, comme dit Schmitt, E. Zemmour a raison, tous les jours et sur tout !

  5. Hollande et Macron ont sacrifié le bien être du peuple français en cédant aux lubies des écolos qui pour la plupart n’ont aucune formation scientifique, la tezrre a très bien tourné sans les écolos bobos, et elle continuera très bien sans eux.

  6. Stop à cette europe qui nous détruit jour après jour et merci à bvd Voltaire et aussi David Lisnard !

  7. Ce n’est pas tellement qu’on a le  » sentiment d’avoir été abandonné « , c’est surtout qu’on a été factuellement trahi ! Mais pour qui, pour quoi roulent ces gens ? Quand les juge-t-on ?

  8. Excellent article et bel hommage à Francis Cabrel !
    Nos élus nous font honte et l’attitude de la majorité est scandaleuse.
    Quand on a tout raté, on fait preuve d’humilité.
    Je considère qu’Olivier Serva n’a pas dérapé en demandant aux députés Renaissance de la fermer. Merci à lui.

  9. J’ai tout de même du mal à comprendre. Ce que vous expliquez a fait l’objet d’un débat animé entre le candidat Eric Zemmour et Bruno le Maire. Ce dernier a expliqué qu’il n’en était rien et que cet accord était même une garantie. Pourtant, nous constatons qu’Eric Zemmour avait raison mais que les menteurs et incompétents qui ont bradé notre souveraineté énergétique sont toujours au pouvoir. Français, quand allez vous réfléchir par vous même et vous montrer responsables. Vous avez les politiques que vous méritez et moi, comme une grande part de la population qui voyons notre pays s’enfoncer désespérons de votre manque de jugeote.

  10. Commentaire simple mais récapitulatif : Nous avons un gouvernement de Branquignoles !
    Ce gouvernement il attend quoi pour sauver nos petits commerces et nos artisans , étranglés par ces tarifs de l’électricité ??
    Beaucoup de ces commerces et de ces petites entreprises , vont être obligées de déposer le bilan. Voila le Bilan de la Macronie.

    1. Il semblerait même qu’il y ait « non assistance à personne en danger »…
      Et toutes leurs bidouillages risquent de capoter avec les dernières paroles du FMI… voilà la France comparée à la Grèce !
      Mais où allons nous ? Il n’y a plus de pilote ni d’équipage dans l’avion…

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter