Editoriaux - Politique - Réflexions - 23 février 2019

Traiter les Français de manière équitable : on peut toujours rêver !

Exaspéré d’être injustement qualifié de Président des minorités et d’adepte du deux poids deux mesures, Emmanuel Macron a pris la résolution de traiter la totalité des composantes du peuple français de façon strictement équitable. On murmure que l’Élysée aurait pris la décision de poser en ce sens des actes tranchants.

D’après des sources autorisées, le président de la République entamerait, dès lundi prochain, une longue tournée des édifices catholiques tagués ou saccagés ces derniers jours. Accompagné du cardinal Barbarin, il aurait l’intention de délivrer un discours sans ambiguïté sur le danger que de tels actes font courir à la République, avant de se rendre au pique-nique annuel d’une association catholique représentative. Après avoir dénoncé vigoureusement les amalgames honteux consistant à traiter l’ensemble du clergé de pédophiles ou les militants de la Manif pour tous de terroristes, Emmanuel Macron ne se prononcera cependant pas pour la pénalisation de toute forme de critiques à l’égard de l’Église catholique ou de pays de tradition catholique comme la Pologne ou la Hongrie, même s’il conviendra d’être vigilant aux nouvelles formes d’expression de la christianophobie.

Dans le même temps, par souci d’équité toujours, le président de la République demandera aux chaînes de télévision publiques d’inviter toutes les personnalités qui ont, ces dernières années, été insultées et exfiltrées lors de manifestations : Robert Ménard, Nicolas Dupont-Aignan, Jean-Luc Mélenchon, etc. Toutes les victimes des antifas ou d’autres groupuscules haineux (dont la dissolution est imminente) pourront venir témoigner de la violence dont ils ont été victimes. Ils pourront même choisir les images de fond qui seront diffusées au cours de leur intervention.

Ainsi, de même que les journalistes et éditorialistes ont débattu, cette semaine, de l’antisémitisme en projetant des images de gilets jaunes en arrière-plan, les victimes de christianophobie pourront choisir de disserter devant des images du pèlerinage à La Mecque, de cérémonies maçonniques ou de meetings de certains partis. Les victimes de racisme anti-Blancs pourront opter pour des images de l’Aquarius ou de supporters de l’équipe d’Algérie.

Concernant le volet judiciaire, Emmanuel Macron a décidé d’augmenter le nombre de circonstances aggravantes en cas de délits ou de crimes : au même titre que les agressions antisémites, islamophobes ou homophobes, seront désormais considérées comme circonstances aggravantes les agressions contre les personnes âgées, les jeunes, les personnes entre deux âges, les couples hétérosexuels, les célibataires, les orthodoxes, les bouddhistes et les protestants évangéliques… On murmure même que le Président pourrait aller jusqu’à déclarer l’égalité de tous devant la loi ! Mais ne rêvons pas trop quand même.

À lire aussi

Européennes : surprises et leçons du vote d’outre-mer

La bourgeoisie, fût-elle catholique, se retrouve de plus en plus dans le projet d’Emmanuel…