Thomas, Lola, même combat… l’extrême droite est sommée de se taire

Capture d’écran (4157)

Trois jours, c’est le temps qu’il aura fallu à la presse mainstream pour oser décrire la barbarie du drame de Crépol. Ainsi Le Parisien de titrer, ce mardi : « Ils plantaient les gens à l’aveugle ». Un titre plus évocateur que la fameuse « rixe » évoquée par le procureur de Valence Laurent de Caigny auprès de l’AFP et, donc, reprise un peu partout. Sur France Info : « Un adolescent meurt dans une rixe après une fête de village » ; Ouest-France : « Rixe mortelle dans la Drôme », idem pour La Montagne, et la palme revient sans doute à La Dépêche qui écrit que « la fête de village dégénère ». Un traitement médiatique pour le moins euphémique, une rixe signifiant une querelle violente accompagnée de coups.

Parti pris des médias

Pourquoi les médias ont-ils peu ou pas repris cette autre expression utilisée par le procureur qui a évoqué « une expédition programmée » ? La réponse, évidemment, on la connaît. Elle donnerait raison aux voix de droite qui s’indignent bien légitimement depuis le début de cette razzia et dénoncent la décivilisation de la France devenue Orange mécanique. Spécialiste du discours des médias, Ingrid Riocreux soulignait, il y a cinq ans, que « le langage des médias est porteur de comportement totalitaire, d’une manière idéologiquement marquée et homogène de lire le monde ».

Ce ne sont pas les agresseurs sur le banc des accusés

Alors, pour minimiser les faits et ne pas sidérer l’électeur, c'est devenu usuel, on détourne le regard en accusant non pas les agresseurs mais ceux qui feraient de la récupération politique. Ainsi, sur le plateau de BFM TV, le juge Laurent Ruquier au visage faussement interrogateur feint d'écouter son invité pendant qu'un bandeau mentionne en bas de l'écran : « Crépol : du pain bénit pour l’extrême droite ? » Le député de Moselle et porte-parole du RN Laurent Jacobelli qui s'exprimait à ce moment-là n'avait pas connaissance de ce bandeau pendant qu'il dénonçait l'ensauvagement de la société. Sur CNews, ce mardi, il commentait cette pratique peu déontologique : « Ce n'est pas du journalisme, c'est un prisme politique. »

Même combat sur France Info qui titre sur « la surenchère de la récupération politique », expliquant doctement que « le but est toujours le même : attiser l'émotion, certes légitime, et tirer d’un fait divers des conclusions politiques pour stigmatiser l’immigration et les immigrés en général, avec toujours la prétention d’être les seuls à dire la vérité alors que les médias la cacheraient aux Français ». Sauf qu’avec 120 attaques au couteau par jour, le terme de fait divers est un peu léger, il serait plus approprié de parler de fait de société.

Enfin, saluons le courage de Florence Rouas, cette avocat pénaliste qui ne craint pas le ridicule en tentant d’excuser ce que la presse nomme benoîtement une « bande de jeunes », là encore sur le plateau de BFM TV. Clémente, la juriste minimise les faits à son tour : « On ne sait pas s’ils ont réagi comme ça parce qu’ils ont été refoulés comme un délit de sale gueule », et notre magnanime avocat de poursuivre, se demandant, comme si cela changeait quelque chose, s’ils étaient « tous venus avec des couteaux ? »

Lorsque le sage montre la lune, l’imbécile regarde le doigt. Une illusion lourde de répercussions pour Thomas, Lola, Enzo, Anthony, Laura, Mauranne, Alban Gervaise et ces centaines de victimes anonymes lâchement sacrifiées sur l’autel de la pusillanimité de notre société, bien trop pleutre pour dénoncer la réalité.

Iris Bridier
Iris Bridier
Journaliste à BV

Vos commentaires

37 commentaires

  1. Comme le « dit  » Enki Bilal ; C’est l’effondrement de l’occident ….. Tout cela bien sur à cause de l’incurie de nos pseudos dirigeants qui ont amené la FRANCE dans un véritable cloaque .

  2. « le langage des médias est porteur de comportement totalitaire, » Ne tournez pas autour de la vérité. Les médias SONT totalitaires, car chevilles ouvrières d’un régime totalitaire couvrant toute l’Europe et le monde anglo-saxon.

  3. Nous ne sommes plus seulement en colère, nous allons devenir enragés. La rage nous étouffe, mais justement, nous l’étouffons. Nous ne prenons pas les armes ( « Aux armes, citoyens ! »), nous ne descendons pas faire des razzias dans les cités, arme au poing et couteau entre les dents. Nous sommes civilisés, nous défilons calmement en marches blanches, nous prions pour les familles des victimes et pour le repos de l’âme de ceux qui sont partis. Notre arme la plus redoutable, la plus radicale et la plus efficace, c’est notre bulletin de vote. Nous saurons nous en servir à bon escient.

  4. Et si c’étaient les journalistes mainstream, les juges, les hommes (et femmes!) politiques qui subissaient le même sort que les innocents de Crépol? Ils comprendraient peut-être ce qu’ils encouragent.

  5. Les journalistes sont pour le grand remplacement. Ce sont des européistes.
    Ils veulent plus d’étrangers pour permettre l’effacement de la nation dans l’objectif de faire le fédéralisme européen.
    Les euro-régions permettent aussi la désintégration de la France. La communauté européenne d’Alsace, l’indépendance de la Bretagne, les grandes régions. Les régions deviennent indépendantes de la France mais deviennent européennes.
    C’est pour cela qu’il faut absolument quitter l’union européenne.
    Il faut reprendre notre souveraineté et gouverner pour le pays.

  6. L’extrême droite ne veut pas sortir de l’union européenne donc elle ne pourra pas diminuer l’immigration.

  7. Il devient évident que les journalistes mainstream sont les porte-voix de la classe dirigeante. Une démocratie ne peut fonctionner que si la presse est libre. Il est donc plus que temps de s’interroger sur les liens unissant le pouvoir avec la caste journalistique. De ce jeu d’enfants « je te tiens, tu me tiens par la barbichette,…. » il serait très intéressant de savoir qui tient qui et pourquoi. Qui aura le prix Pullitzer pour avoir osé répondre à cette question?

  8. Les pacifistes sont à l’Ouest et les missiles à l’Est. L’extrême droite est sommée de se taire et tous les autres mentent : procureur, journalistes, ministres, députés. L’extrême droite est sommée de se taire et le Peuple de France se fait massacrer.

    • Je viens à l’instant d’entendre sur CNEWS la « journaliste » police justice expliquer 1/pour relativiser les propos du procuruer qu’on avait l’habitude d’entendre le mot « rixe » associé à entre bandes mais que lorsque entre bandes n’était pas ajouté le mot avait le sens de barra violente. 2/Elle explique que l’enquête ferait evoluer le fim de l’affaire qui serait que la bade d’agresseur aurait voulu « s’incruster » dans la soirée que les vigiles s’y serait opposé, qu’une altercation aurait eu lieu au cours de la quelle ils auraient été agressés que les participants à la fête se seraient alors portés à leur secorus ce qui aurait alors entrainé une très violente bagarre. Même sur CNEWS il peut y avoir encore quelques menteurs qui se cachent ! Cette « version » est contredite par les témoignages des participants. Cette « version » est contredite par les faits.
      1/Les temoignages disent « ils (les agresseurs) ont attendu la fin de la fête pour attaquer. Ils ont entendu « on est là pour planter des blancs »
      2/Les faits Ils sont venus avec des couteaux de 25 cm et même des feuilles de boucher. Drôle de manière de vouloir « s’incruster » dans une fête. L’attaque a lieu en fin de soirée. Ils voulaient s’incruster à la fin de la fête ? Etonnant, non ?
      Ils sont venus en bande dans deux camionettes louées (information recueillies sur la presse étrangère dont personne ne parle et qui recoupe un propos du procureur qui parlait d’opération « programmée »
      3/La fuite etait manifestement prévue, avec halte à Toulouse (chez quel genre d’amis ?) Et on vient d’apprendre que la mère du principal prévenu accompagnait les fuyards.
      Des trouble fête venus pour s’incruster à une fête. Pourquoi celle là au juste ?

  9. Mais voyons, il est normal de venir à la fin d’une fête avec des couteaux pour remettre un peu d’ambiance.

    • En terre d’Islam, le port d’un couteau est obligatoire si l’on veut prouver que l’on est un vrai homme.

  10. Tout les actions que nous pouvons remarquer au quotidiens sont décrites en détails dans le livre vert formant une immense secte qui selon les lois de la république devrait être interdit en France.

  11. Rien de prévu pour un déplacement du gouvernement afin d’embrasser la famille. Pour une raclure islamisee qui tombe d’un scooter volé non loin de la cité on barricade la région et on déplace un Airbus et son escorte pour venir se recueillir.

  12. Et les français ont renié leur patrie en votant pour ceux qui travaillent à sa disparition. Affligeant et méprisable..

  13. Vos gueules là dedans, on tue ! Qui ? On vous le dira quand la Pravda officielle se sera exprimée.
    Une certitude :la responsabilité morale de l’extrême droite est fortement engagée.

  14. Les médias ne sont plus composés de journalistes mais de chroniqueurs grassement payés qui donnent leur avis.
    Il n’existe plus aucun débat contradictoire mais des combats à 4 contre 1 pour ridiculiser celui qui pense mal.
    Les TV publiques sont peuplées de gauchistes tandis que les chaines d’info sont peuplées de mercenaires qui défendent les intérêts particuliers de leurs actionnaires.
    Rappelons qu’un journaliste a le devoir de nous informer, pas de nous endoctriner !
    Si je suis bien informé, je suis assez grand pour penser par moi-même.

  15. Mais bon sang de bois pourquoi tous ces gens défendent ces émigrés islamistes, qu’elle est leur vraie motivation ? L’intéret financier ? Lequel, la peur ? La doctrine gaucho islamiste revancharde? un effet de mode de la bien pensance ???

    • Le gaucho-islamisme est aujourd’hui ce qu’était autrefois le stalinisme. Il valait mieux avoir tort avec Sartre que raison avec Raymond Aron abject homme de droite. Ce sont les plus hargneux qui commandent l’opinion ;les tièdes se taisent par peur à tous égards.

    • Je me pose les mêmes questions que vous.
      Peut être est ce le chantage d’une élite mondialiste qui leur impose cela « si tu ne fais pas cela, et que tu n’oblige pas à tes électeurs/esclaves de le faire, on t’élimine de notre groupe de privilégies, finances avec?

    • La PEUR!… PEUR d’être victimes des représailles. PEUR de subir la sauvagerie qu’endurent les Français actuellement. La PEUR a changé de camps.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois