Editoriaux - International - 23 octobre 2019

Syrie : le retour du réalisme politique

Comme le note Henri Kissinger dans son livre Diplomaties : « Au XVIIe siècle, la France de Richelieu introduisit la conception moderne des relations internationales fondées sur l’État-nation et déterminées par la recherche de l’intérêt national comme but ultime. » » Depuis, dans l’Histoire, trois attitudes se sont confrontées.

La première a été le réalisme politique. La seconde attitude a été caractérisée par la volonté de répandre une idéologie dont le chevalier est une nation. Enfin, la troisième attitude consiste à utiliser l’idéologie pour satisfaire des intérêts nationaux.

Les États-Unis ont souvent, avec habileté, confondu leurs visées hégémoniques avec une croisade morale et humaniste. Mais, en fait, la politique étrangère américaine a alterné et parfois superposé les différentes attitudes. Réalisme de Nixon, idéalisme mou de Carter, intérêts économiques et stratégiques américains défendus au nom de la liberté des peuples et de l’intégrité des territoires au Koweït après l’invasion irakienne, puis intervention brutale en Irak sans mandat de l’ONU : les États-Unis offrent une palette très riche des motivations et intentions qui inspirent une politique étrangère, depuis le besoin de sécurité énergétique jusqu’à la satisfaction d’une partie de l’électorat national, et sans compter les contradictions éventuelles entre le président et le Congrès, voire entre les élus et « l’État profond ».

L’idéalisme des néoconservateurs et leur croisade contre le communisme et pour la démocratie ressemblent aujourd’hui à un mouvement prolongé par sa force d’inertie dans un paysage totalement modifié. L’utilisation des musulmans les plus fanatiques financés par les régimes les moins démocratiques qui soient pour abattre l’URSS, puis les alliés de la Russie, en Asie, au Moyen-Orient et dans les Balkans, a été suivie par l’illusion d’une démocratisation des pays arabes alors qu’il s’agissait d’une réislamisation, soutenue par l’argent du Golfe et une Turquie nostalgique de l’Empire ottoman. Le monde paye, aujourd’hui, le prix de cette stratégie erronée. Avec Trump, c’est le réalisme qui est de retour, c’est la fin des rêves missionnaires et la priorité donnée au pays. Le lâchage des Kurdes pour rapatrier les troupes afin de protéger les frontières américaines plutôt que celle qui sépare la Syrie de la Turquie est un signe massif, et même provocateur, de cette politique. Avec une certaine désinvolture, le président américain, toujours aussi surprenant, a indiqué que des soldats resteraient en Syrie près des champs pétroliers. Dans un pays qui ne les a pas invités, et sans mandat, une telle déclaration est d’un cynisme sans complexe. Reste à savoir si cette politique sera prolongée au-delà d’un mandat qui s’achève dans un an.

Le champion du réalisme politique est, évidemment, Vladimir Poutine. Celui-ci est à la tête d’un pays qui n’est plus porteur d’une idéologie. La renaissance de l’orthodoxie, le patriotisme et le conservatisme sociétal le rendent sympathique à beaucoup d’hommes et de femmes qui, en Occident, se disent de droite. Toutefois, la Russie a gardé les anciennes amitiés de l’URSS, notamment en Amérique latine : stratégie plus qu’idéologie. Le but est, évidemment, de maintenir la place du pays dans le concert international, voire de rétablir en partie la puissance de l’URSS, mais c’est surtout l’habileté des actions entreprises qui est remarquable, alliant une grande souplesse à une brutalité soucieuse d’efficacité. Sa récupération de la Crimée ou son sauvetage de l’armée syrienne ont été des coups de maître. Certes, la Russie est exclue du G8, ce dont Poutine se moque, puisqu’il est au G20 et que, pour lui, le G7 ou 8 est obsolète. Mais, au Moyen-Orient, il est le seul à parler à tous les autres, de Téhéran à Tel Aviv.

L’accord conclu à Sotchi entre la Turquie et la Russie est un modèle de réussite. Poutine obtient d’Erdoğan que celui-ci cesse son offensive en territoire syrien et se contente de contrôler les 120 km de frontières qu’il occupe déjà. Ce sont les troupes syriennes qui vont assurer la garde du secteur frontalier avec la Turquie et celui de la zone tampon qui sera parcourue par des patrouilles russes et turques. Les Kurdes sont apparemment les victimes de cet accord, mais d’abord, ils sont minoritaires, y compris dans la vaste région qu’ils avaient conquise avec l’aide occidentale. Et il est probable qu’ils préféreront la protection de Damas et de Moscou plutôt que celle, très incertaine, des Occidentaux. Les Arabes qui habitent le nord-est de la Syrie n’ont envie d’être dominés ni par les Turcs, ni par les Kurdes, ni par les djihadistes. Le retour de la souveraineté nationale de l’État syrien ne peut qu’être apprécié. Poutine a permis à Erdoğan de sauver la face, et il a du même coup enfoncé un coin entre ce dernier et l’OTAN. La France et l’Europe ont été négligées par tout le monde, encore que le président russe ait été très courtois avec les Français. Depuis le début du printemps arabe et de la guerre en Syrie, les Occidentaux se sont lourdement trompés au nom d’un idéalisme manipulé par les islamistes. Trump en a pris acte et pense que la majorité des électeurs américains préférera le retour des « boys » plutôt qu’une nouvelle guerre pour sauver les Kurdes qui, d’ailleurs ne sont plus en danger.

À lire aussi

Manifestation contre l’islamophobie : l’humiliation nationale

Que la plupart des musulmans soient étrangers à ces violences va de soi. Que l’islam en so…