Comme dans de l’entreprise, la nouvelle majorité parlementaire s’est réunie pour un séminaire afin d’apprendre le complexe métier de député. Eh oui, les bleus-bites de la doivent connaître a minima les arcanes du pouvoir, les traditions, les us et coutumes, l’emplacement des cabinets, de la buvette…
 
« Séminaire »… Le terme fleure bon le vocabulaire commercial. Un « séminaire » pour faire un « brainstorming » afin de « mutualiser » les compétences dans un « open space » et créer une « dynamique » de groupe collective pour « upgrader » l’Etat français… Du dans le texte ! 
 
Le séminaire a donc eu lieu durant ce week-end pour former nos nouveaux parlementaires, élire par acclamation le président du groupe parlementaire de La République en marche. Le moment fort (sic) a été, évidemment, la venue d’Édouard Philippe, le Premier ministre, venu faire un discours pour motiver les jeunes recrues. « Marianne revient enfin chez elle », relève Le Huffington Post du discours de notre glorieux chef du gouvernement, saluant ainsi la « féminisation » (sic) de l’Assemblée. 

Y a-t-elle jamais foutu les pieds ? Depuis la Révolution, et depuis que la France s’amuse à changer de république tous les quatre matins, Marianne n’a jamais pointé le bout de son téton nourricier au palais Bourbon. 

Si les glorieuses amazones du palais Bourbon sont, certes, aujourd’hui bien mieux représentées, je ne pense pas que c’est leur faire honneur que de dire qu’elles sont élues pour des questions de parité… Chômage, immigration, chambardements internationaux et le gugusse ne trouve rien de mieux à dire que plus de femmes, c’est mieux ! Et les compétences, dans tout ça ? Le service du pays ? L’amour du drapeau ?
 
Nique la France ! comme dirait l’autre.

Et puis, allons plus loin dans le futur… Dans l’hypothèse d’une « masculinisation » de l’Assemblée aux prochaines législatives, parlera-t-on de retour en arrière ? Du retour aux heures les plus sombres de notre histoire ?
 
Encore plus loin : à quand un quota pour les transgenres (quel pourcentage ?) ? Parlera-t-on d’une “queerisation” de l’Assemblée ? Et les minorités, dans tout ça ? Tant de questions… 

Alors la droite, nouvelle force d’opposition, qui est tour à tour constructive, décomplexée, réformatrice ou courageuse, râle contre La République en marche qui a organisé son séminaire dans la résidence du président de l’Assemblée, alors qu’il n’est pas encore élu. Pas très sport, Les Républicains… Se plaindre que les nouveaux tenanciers de la boutique se comportent comme des gougnafiers après avoir été les Thénardier de la Ve République… Comme le grand frère en colère de voir son cadet s’amuser avec ses jouets !

Toujours est-il que les députés  se préparent à exercer leur futur mandat. Tâche que je suppose complexe et exigeante, notamment pour des personnes venues de la “société civile”. Rappelons-nous que ce n’est pas parce qu’un chef d’entreprise spécialisé dans la fabrication de boulons connaît les arcanes de son métier qu’il sera nécessairement compétent pour définir les orientations et cadres législatifs des huîtres de France… 

D’après notre auteur érotique préféré, le quinquennat va être « historique »… 

Pour sûr !

25 juin 2017

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.