De l'empathie, y en a. De l'émotion, aussi. En déplacement avec l'association ELA [Association européenne contre les leucodystrophies, NDLR], Brigitte Macron s'est longuement exprimée sur le drame survenu dans le lycée d'Arras. « Nous sommes en empathie totale avec toute la communauté éducative du lycée Gambetta, je sais combien ils souffrent. » Le Président compatit à la douleur des victimes de sa politique mondialo-laxiste. C'est émouvant. Mais en tant que représentante officielle d'un mari trop ému pour s'exprimer clairement, la première dame dévoile une partie des mesures drastiques qui vont être prises pour en finir avec de pareilles horreurs.

Après avoir livré sa vision de ce que doit être l'école de la République et exprimé sa sincère solidarité avec le corps enseignant dont elle fit partie, celle que l'on peut désormais nommer ministre de l'Émotion a tracé les grandes lignes de la riposte gouvernementale : « Il va y avoir, aussi, de plus en plus de formations à la tolérance, à la bienveillance... » Le « aussi » laisse à penser que d'autres décisions implacables menacent le fiché S potentiellement dangereux. Les enfants seront-ils incités à le traiter de « vilain monsieur » ? Les parents d'élèves tressaillent. Ce sont de véritables petits rebelles d'extrême droite qui vont revenir à la maison.

Pleureuses professionnelles

Également trop paralysé par la souffrance, Gabriel Attal a, en quelque sorte, délégué Brigitte Macron pour annoncer la mise en place de cours d'empathie. Empathie pour les victimes toujours plus nombreuses et pour leurs familles dévastées. Face à la multiplication des attentats au couteau, le gouvernement va former des professionnels de la larme à l’œil. Il est temps que l'école forme les élèves à se fondre dans le chagrin de l'Autre. Des comités de pleureuses verront le jour. Aux larmes, citoyens ! Des bac+5 en apitoiement sortiront des universités et pourront, ainsi, rejoindre les associations qui, pétries d'empathie, réussirent à convaincre la préfecture de ne pas expulser l'assassin de Dominique Bernard. Les jeunes Français seront enfin à l'unisson avec l'idéologie ambiante.

Conformément à l'abstraction des mesures annoncées, la dame de l'Élysée ne désigne pas les entités vers lesquelles seront dirigés ces concentrés de bons sentiments. La bienveillance à l'égard des terroristes est déjà de mise dans de nombreuses classes. Est-il question de convaincre l'agresseur d'éprouver de la pitié pour sa victime ou le contraire ? Les deux, mon capitaine. L'Élysée pratique l'empathie tous terrains. Compassionnel face au fiché S expulsable, larmoyant face à ses victimes. Le mondialiste sort son mouchoir pour l'un et pour l'autre. Pour celui qu'il a fait entrer et pour ceux qui en subissent les conséquences. J'empathie, tu empathies, nous en pâtissons. La conjugaison de ce nouveau verbe éclairera les élèves sur ce qui les attend.

8251 vues

17 octobre 2023 à 19:28

Partager

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

62 commentaires

  1. Magnifique jeu de conjugaison finale. Bravo.
    Qui en dit long …. Ils sont dans l’empathie…quand le peuple, lui, en pâtit !
    Qu’ils arrêtent leurs pleurnicheries déplacées et qu’ils passent aux actes !

  2. Y aura t’il aussi des débats et discutions sur le détournement de mineurs en milieu scolaire?

  3. Mais les français en ont pas marre de payer des impôts pour voir toute cette piétaille venir salir leurs belles semelles de chaussures dans les écoles des « sans-dents », dans les rues crasseuses des « gens qui ne sont rien » mais qui paient tout ce qu’il faut, de la première bouchée du hors-d’œuvre jusqu’au papier hygiénique … pour cette caste supérieure détentrice de toutes les vérités calfeutrée dans le Palais du 55 Rue du Faubourg Saint-Honoré.

  4. Ces mesurettes font suite aux problèmes de harcèlement scolaire et n’ont rien à voir avec les crimes islamistes. Comment penser naïvement que ces cours d’empathie vont retenir des ados planqués derrière un pseudo de s’acharner sur un autre ? Comment penser naïvement que les enseignants parviendront à retourner complètement l’éducation reçue à la maison et dans le quartier ?

Les commentaires sont fermés.