La Fédération des chauves à lunettes avait délégué l'un des siens pour animer l'émission de France 5 « C ce soir » du 17 janvier. Six invités de gauche assis côte à côte, un chef d'orchestre, la chorale est au complet pour entamer le chant des partisans de la bien-pensance. Thème du jour : « Les dérives identitaires de la démocratie ». Ce n'est pas une émission, c'est une cellule de crise.

Aux côtés de Raphaël Enthoven et Laure Adler, Sandrine Rousseau compte bien apporter sa solution pour sortir la France de l'ornière identitaire. En quelques minutes, la combattante EELV livre un raisonnement affirmant tout et son contraire : « […] Cette valeur du travail […] c'est ce qui va nous permettre de lutter contre la montée du fascisme. » L'auditoire écoute la suite : « Quand nous n'avons plus d'autre valeur que le travail, ce qui nous réunit, c'est un drapeau » (sous-entendu la chienlit nationaliste). Résumons la pensée de Sandrine Rousseau : la valeur du travail permet de lutter contre le fascisme mais favorise le fascisme. Le couac ne semble pas perturber les autres chanteurs.

Mais foin de pertinence politique, l'ennemi de Sandrine Rousseau, l'objet de ses souffrances est le drapeau. Le docteur Enthoven tente de cerner les symptômes. « Est-ce que ça vous chatouille ou est-ce que ça vous gratouille ? » Hors référence à l’œuvre de Jules Romain, le philosophe fait part de son étonnement : « Quel rapport entre le drapeau et le fascisme ? »

Il y en a un, et il est énorme : « Le drapeau, quand il reste le seul emblème de ce qui nous unit, devient forcément la source de nationalisme et donc à la fin du fascisme », répond Mme Rousseau. Forcément !

« Dans quel monde étrangement simplifié vous vivez. » Raphaël Enthoven est sous le choc. Patraque à son tour. La dame EELV pousse le bouchon des « heures les plus sombres » presque aussi loin que avec ses néonazis qui lèvent les deux bras. Le concours de la plus grosse ficelle est ouvert. Sandrine Rousseau tient la corde, mais le ministre de l'Intérieur n'a pas dit son dernier mot. Sa dernière déclaration laisse loin derrière l'invité de l'émission de France 5 avec son petit drapeau. En réponse à une journaliste qui le plaçait devant son erreur de jugement sur l'attitude des manifestant anti- censés faire le salut nazi, ne sachant plus que dire, le ministre a décrété que taper dans ses mains était factieux. Applaudissons bien fort nos deux concurrents.

20 janvier 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 3 votes
Votre avis ?
59 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires