Cette semaine, deux spectres historiques ont fait leur retour sur les écrans : en France, celui de la dissolution ; en Russie, celui d'un effondrement intérieur consécutif à une défaite ou un enlisement militaire en Ukraine.

C'est l'annonce, il y a une semaine, de la mobilisation de 300.000 Russes et les départs, semble-t-il massifs, des hommes concernés qui a donné corps à cette hypothèse. Dans Le Figaro, Laure Mandeville évoque d'emblée les parallèles des défaites russes de 1904 contre le Japon et de 1917 qui ont entraîné l'effondrement intérieur du régime. Pour elle, « la question de la solidité du régime est désormais sur toutes les lèvres ». Dans Atlantico, c'est la célèbre soviétologue (et très anti-Poutine) Françoise Thom qui fait le parallèle avec 1917 : « Les similarités de la situation d’aujourd’hui avec celle de 1916-7 sont frappantes : même promotion de médiocres politiquement conformistes au commandement militaire, même sous-encadrement de l’armée, même prétention de Poutine à diriger personnellement les opérations, même incapacité de la bureaucratie à organiser l’effort de guerre. » Selon elle, « si l’armée russe est battue, le régime de Poutine est condamné ». Mais l'issue du conflit, et donc du poutinisme, n'est pas pour elle scellée, à ce stade : tout dépendra de l'évolution.

Pourtant, l'hypothèse d'un effondrement de l'armée russe et de Poutine fait, depuis une semaine, partie des scénarios possibles. Il est certes difficile de faire la part de la propagande dans la montée en puissance du thème de l'effondrement, mais on ne peut le réduire à un fantasme.

Le régime tsariste avait des atouts : la vénération du peuple pour le tsar couplée à la piété populaire orthodoxe, un contrôle policier serré. Cela ne l'empêcha pas de s'effondrer. Aujourd'hui, le régime poutinien dispose, lui aussi, d'atouts importants : son idéologie impérialiste, un même contrôle policier interne mais aussi le soutien de la qui, avec l'Inde et le Brésil, a refusé de voter, hier, la résolution américaine condamnant les annexions russes en Ukraine. Il n'empêche que, en cas de mobilisation populaire et de désertions qui s'ajouteraient à des défaites militaires, ces piliers s'effondreraient aussi.

Cet éventuel effondrement du régime serait-il alors la condition pour qu'advienne enfin un régime plus libéral en Russie ? C'est ce que pense Françoise Thom. Plus d'un siècle après 1917, et presque quarante ans après 1991, ce serait la fin des occasions manquées entre la Russie et la démocratie.

Poutine a imputé cette guerre en Ukraine aux ratages de 1991 (« Les représentants soviétiques, en 1991, ont détruit notre grand pays »). Il n'a pas complètement tort et l'humiliation russe née de la dislocation de l'Empire soviétique n'est pas seulement un thème poutinien. La longévité de Poutine et cette guerre sont justement la preuve de ces impensés de 1991.

Dans l'Histoire, les effondrements militaires suivis de l'instauration de régimes plus démocratiques, s'ils apportent un temps un espoir de paix, parviennent rarement à éviter la résurgence du conflit, comme on l'a vu après 1871 en et 1918 en Allemagne.

Si c'était le scénario de l'effondrement qui devait se concrétiser dans les prochains mois, les vainqueurs et les Occidentaux auraient alors une énorme responsabilité dans la préparation de la suite. Et, déjà, celle d'éviter les erreurs de 1991.

7740 vues

1 octobre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

30 commentaires

  1. C’est plutôt l’Europe qui va s’effondrer avant la Russie. Tous les signes sont au rouge.

  2. Que vient faire cet article? Et l’effondrement de la France qui est en cour? Et la soumission totale de l’UE aux USA ? Je ne sais pas si la Russie va s’effondrer. Mais nous en UE c’est sûr que décadence et effondrement sont déjà bien engagés. Nos ennemis ne sont pas les russes mais Macron, VDL, les dirigeants français et européen inféodés au USA car ils en sont la progéniture. Et puis, et c’est le plus important, cet effondrement est en cours avec l’acquiescement des peuples européens au nom de la BIENPENSANCE.

  3. Effondrement? Ils sont assis sur les plus importants gisements de tout ce dont l’occident a besoin, et savent le moneyer! Ils ont un tas d’alliés en développement rapide qui ont besoin de tout! Si on devait craindre un effondrement ce serait le notre: pas d’industrie, pas de microprocesseurs, pas d’acier, pas d’engrais, pas d’aluminium, pas de…et une population dont le niveau d’instruction ne permet plus d’être à l’avant garde. (oui j’ai connu des ingénieurs chinois époustouflants et modestes en plus). Pour l’ ego surdimensionné..on est au top! et le Figaro y contribue.

  4. L’effondrement de l’empire turc n’a pas amené la démocratie en Turquie. Les successeurs du sultan ont anéanti les Arméniens. Si Poutine tombait, lui succéderait un gouvernement plus déterminé à vouloir absolument que la Russie ait un accès libre à la Méditerranée. Ce dernier point est le seul objectif de la RUSSIA pour le reste ce n’est que gloserie sauf à penser que la Russie Kiévienne envahisse la RUSSIA moscovite

  5. Françoise Thom ferait bien de s’interroger sur l’effondrement de la France plutôt que sur celui de la Russie…Car en matière de « promotion de médiocres politiquement conformistes », de prétention de Macron « à diriger personnellement les opérations », « d’ incapacité de la bureaucratie à organiser l’effort de la guerre « …contre le covid puis contre le soit-disant réchauffement climatique, nous n’avons rien à envier aux Russes…Par contre, nous pouvons leur envier leur florissante situation économique, malgré les sanctions débiles de l’UE !

  6. La question que nous devrions nous poser, me semble-t-il, est pourquoi Poutine accepte de faire durer cette guerre aussi longtemps, alors qu’il dispose d’une force de frappe gigantesque ? Ce ne sont pas les livraisons d’armes occidentales qui devraient le freiner, alors quel est son but ?

  7. Cela me dérange un peu -même si tous ont le droit de présenter leurs idées et idéologies- de lire ce matin un article poutinophobe de plus basé sur rien.
    N’oublions pas que ce retrait tactique de Liman est fait pour protéger les soldats, non pas parce qu’il en manque, mais parce que c’est humain de ne pas vouloir faire tuer ses soldats pour rien.
    Et que « 200 soldats ukrainiens, cinq chars et neuf véhicules de combat d’infanterie avaient été «détruits en 24 heures par des frappes massives» (certains annoncent des chiffres plus importants.

    Bien sur, je n’ai vu nul part les vidéos présentant la liesse et la joie des russes saluant l’adhésion de nouvelles provinces (et non l’annexion!) sans les médias occidentaux!
    A quant des infos présentant les faits, seulement les faits?

  8. A la lumière des mensonges des dernières années j’ai de grosses difficultés à croire le baratin qu’on nous sert. La Russie est capable de tenir ruinée car elle l’a été par les tsars, les communistes et Poutine. Les russes qu je connais sont partagés entre fierté,inquiétude et intérêt. La soupe qu’on nous sert serait-elle de la pravda ?

  9. La propagande est grossière et ça marche. C’est comme pour le CO ID les incompétents et les menteurs sont à l’œuvre. Je ne voudrais pas lire un matin une attaque Russe sur l’Europe.
    La guerre serait vite réglée si les États Unis étaient menacés sur leur territoire.

  10. Se référer au Figaro, journal ultra subventionné comme tant d’autres par le pouvoir en place, qui est pro-Otan, n’est ps une source fiable.
    Françoise Thom? je ne la connais pas, mais je connais une politologue de renom qui n’a pas le même discours qu’elle: Karine Bechet-Golovko.
    Par ailleurs, il faut bien comprendre que l’opération Russe vise à libérer les russophones du régime de Kiev et aussi de garantir leur sécurité. C’est une question existentielle, partagée par quasiment l’ensemble de la population. Ce n’est donc pas le fait de Poutine. S’il devait partir, son remplaçant continuera sur la même lancée.

    1. +++ et je suggère de regarder l’excellente interview de Jacques Baud sur radio courtoisie et les reportages et revue de presse de Philippe Buffon, grand reporter de guerre, un vrai celui-là,

    2. Parmi les responsable de cette catastrophe, 3 se tiennent bien cachés : Merkel, Sarkozy et Hollande. Ils ont promis et pas tenu. Faut-il les juger ?

  11. En 1991 l’Occident avait en main les cartes pour que la Russie qui allait renaître ne devienne pas ennemi . Les Démocrates US en ont décidé autrement de peur que l’Europe+Russie n’aboutisse au rêve du Général et fasse de l’ensemble un dangereux concurrent . Ils le refusèrent. Le bon Marx a désormais pollué notre Continent et règne à Bruxelles . Très partisans de la volonté des peuples lorsqu’il s’agit du Kosovo, les USA n’en veulent rien savoir lorsqu’il s’agit de l’Ukraine.

    1. Tout à fait d’accord. Les Américains font tout pour empêcher que se nouent des alliances qui pourraient mettre en danger leur bolonte de domination sur le monde. S’il faut, pour cela, déclencher le chaos à l’autre bout de la terre, ça ne les gêne pas. Leur terrain de jeux ? Loin de chez eux. C’est le Vietnam, l’Afghanistan, l’Iral, la Lybie, l’ex Yougoslavie, et maintenant l’Ukraine…

  12. Françoise Thom est la seule spécialiste de la Russie à affirmer que Poutine pourrait être remplacé par un régime libéral, démocratique et modéré. Tous les autres, au contraire, s’accordent à dire que ces libéraux sont ultra minoritaires donc peu influents et que, par contre, des loups aux dents longues, plus dangereux que Poutine attendent de prendre le pouvoir. Ce qui serait bien plus dangereux pour nous que le régime en place que nous essayons, par tous les moyens, d’abattre !

  13. Les anti Poutine auront de plus en plus de mal à masquer le manichéisme des USA. Leur ultime traîtrise touche maintenant ses valets qui pouvaient encore se croire ses alliés. Mais les américains n’aiment personne et le monde entier devient allergique à leur évocation.. À contrario, malgré un barrage médiatique infâme, Poutine suscite du respect. Il devient à son corps défendant le gardien du temple. Celui des valeurs que l’occident s’acharne à détruire. Nul ne sait qui gagnera mais il faut bien admettre que ce combat ressemble de plus en plus aux textes escatologiques ou Satan habiterait à l’ouest.

    1. Les américains n’ont pas d’alliés ni amis, ils défendent juste leur intérêt ! Partout où ils passent c’est le chaos !

    2. Entièrement d’accord avec vous.
      j’espère seulement que la manipulation communicationnelle tentant de nous faire détester un homme qui aime son peuple et qui, de plus, est chrétien (orthodoxe), ne prendra pas.

  14. Mis à part la désinformation institutionnelle des média français, les pseudo experts qui passent sur les ondes me font doucement rigoler, à se demander s’ils ont un jour mis les pieds en Russie et discuté avec des Russes de la rue, manifestement ces mesdames messieurs ont des connaissances à mille lieu de la réalité. Poutine est solidement arrimé à son siège, et les russes dans leur ensemble considèrent les européens comme des dégénérés avec leur wokisme et leur glorification LGBTQI.

    1. Les américains n’ont pas d’alliés ni amis, ils défendent juste leur intérêt ! Partout où ils passent c’est le chaos !

    2. Je n’ai pu supprimer ce doublon, mais je suis en accord avec vous, notre société est décadente et Poutine a bien raison de se détourner de l’Occident !

  15. l’effondrement de la Russie ? comme disait ma grand mère « chante cocotte t’auras une belle cage ». Ceux qui attendent cette chute sont les mêmes qui suçaient les USA pour mettre l Otan à toutes les sauces autour de la Russie pour la brider.C est ben joué ils ont l OTAN ….et la Russie qui a frappé.
    Les US s’en fichent ils ont l habitude de faire la guerre chez les autres, jamais chez eux! La commission eurropeenne, Macron and co sont les dindons de la farce. Et nous entrainent dans leur bourbier.
    La politique est le seulmetier qui se passe d’apprentissage sans doute parceque les fautes en sont supportées par d’autres que ceux qui les ont commises »

  16. Difficile de prédire ce qui va se passer, tant Poutine semble avoir quitté la réalité. Mais il parait clair que ça se passe très mal, dehors et dedans. Par ailleurs, dire que la Chine et l’Inde soutiennent encore la Russie, c’est un peu dire que la corde soutient le pendu. Ils ont quand même répété à de multiples reprises que les frontières internationalement reconnues devaient être respectée. C’est assez clair. Mais pour l’instant, ils achètent du pétrole Russe à bas prix…mais peuvent lâcher Poutine d’un instant à l’autre…

  17. Le problème ou le danger est que Poutine n’acceptera peut-être pas la défaite et utilisera en dernier recours l’arme nucléaire. À vouloir trop gagner, les occidentaux risquent de se prendre les pieds dans le tapis… de bombes ?

  18. Chacun y va de son analyse sur l’effondrement de la Russie . Des parallèles sont faits avec les grandes révolutions russes du XX siècle . Peut-être ? Mais n’oublions pas que la Russie de Poutine est un pays doté de la plus grande puissance nucléaire militaire du monde , et j’ai beaucoup de difficultés à croire que même à bout de souffle ( ce qui reste à prouver car la Russie peut mobiliser des millions de soldats ..) la Russie donnerait les clés de ses installations à ses ennemies de l’intérieur comme ceux de l’occident ..Si effondrement Russe , il y aura un effondrement en Europe , et surtout ne croyez pas que les Russes veulent éliminer Poutine , ce sont des sornettes de la presse occidentale uniquement destinées aux esprits faibles qui gobent les «  informations «  du camp du bien . Napoléon a mangé son chapeau et Hitler sa casquette en voulant mettre au pas l’ours russe …et ils étaient d’un autre niveau qu’un macron , Biden ou Ursula

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter