Quelles seront les premières mesures du gouvernement RN ?

©Service photographique de Matignon
©Service photographique de Matignon

On connaît la rengaine : le RN, parti d’opposition, n’aurait pas de programme, ou alors celui-ci serait bourré de contradictions. Une vision des choses démentie par le député Jean-Paul Garraud, réélu au Parlement européen ce 9 juin. « Nous nous préparons depuis longtemps à une arrivée à Matignon, explique-t-il à BV. Nos programmes sont connus. Il y a beaucoup à faire en même temps dans des domaines variés, mais nous sommes prêts. »

Quelle serait la marge de manœuvre d’un gouvernement RN en cohabitation avec Macron - ce qu’Apolline de Malherbe appelait, ce lundi 10 juin, en recevant Sébastien Chenu sur BFM TV, « arriver au pouvoir à moitié » ? ll faut distinguer entre les mesures immédiates et celles pour lesquelles il faudra « avoir tous les leviers », lui répond-il. En clair : que Marine Le Pen soit présidente de la République. Le référendum sur l’immigration appartient à cette dernière catégorie : impossible si le RN n'occupe pas l'Élysée. Les premiers jours du RN au pouvoir seraient marqués par une série de réformes.

• Gaz moins cher et logements sociaux aux Français. Selon Sébastien Chenu, un gouvernement RN stopperait immédiatement la hausse du prix du gaz (annoncée pour le 1er juillet). Jean-Paul Garraud renchérit : « Il faut sortir de la tarification du marché européen de l’électricité, détaille-t-il à BV, et réviser les 60 % de taxes qui touchent le carburant. » Une remise à plat du secteur énergétique dont les tarifs pénalisent lourdement le porte-monnaie des familles. De son côté, Jean-Philippe Tanguy (sur France Info) préconise une mesure de bon sens : l’application de la préférence nationale dans l’attribution des logements sociaux. Ce qui permettrait à des familles de vivre plus près de leurs lieux de travail, en particulier en région parisienne.

• Coup de frein à l'immigration algérienne. Une révision des accords de 1968 avec l’Algérie serait immédiatement entamée. Ces accords dérogatoires donnent des prérogatives indues à l’Algérie, incompréhensibles et inadaptées, un demi-siècle plus tard. « Édouard Philippe ne l’avait pas fait, et aujourd’hui, il dit "il faut abroger ces accords de 68" », rappelle Chenu. La question avait été discutée à l’Assemblée nationale, en décembre dernier, lors de la journée « niche » des Républicains. Les élus RN avaient voté contre, mais il en manquait 40 sur les bancs pour l’emporter, d’où un psychodrame à droite.

• Pas de quartier pour les trafiquants et les mineurs violents. Pour réduire l’insécurité, l’urgent est de revenir à une Justice « moins laxiste », souligne Sébastien Chenu. Une mesure que développe Jean-Paul Garraud, dont Marine Le Pen a dit dans le passé qu’il serait son garde des Sceaux. « Il suffit de nouvelles directives en matière de lutte contre le trafic de drogue qui génère 70 à 80 % des infractions commises (dont les plus violentes). Je peux vous assurer que l’impact sera rapide. » Face à la violence des mineurs, il prône l’abaissement, sans tarder, « de la majorité pénale de 18 à 16 ans pour en finir avec le double discours préventif-répressif - d’autant que ce sont souvent des gens qui ont déjà épuisé les ressources du préventif… » Sébastien Chenu, lui, promet la suppression des allocations familiales aux parents d’enfants délinquants.

• Fin de l'audiovisuel public. Pour résorber la dette que le macronisme a fait exploser, Sébastien Chenu énumère quelques « choix budgétaires dans l’intérêt des Français » : une « taxe sur les surprofits » (qui rejoint le §16 du programme présidentiel sur les spéculations) et le lancement du processus de privatisation de l’audiovisuel public - un gros chantier : « Cela ne se fait pas en 15 jours, mais dans le cadre d’un mandat », dit-il. L’économie atteint 4 milliards d’euros annuels. Restons dans les gros sous : pour relancer la productivité des entreprises, le gouvernement RN sonnerait la fin de « l’inflation normative », cet excès de règles et de bureaucratie qui leur coûte des milliards, handicape les entreprises françaises et fausse la concurrence.

• Pédale douce sur le sociétal. Le projet de loi loi sur la fin de vie devait être étudié cette semaine à l’Assemblée nationale. Il passe à la trappe et ne devrait pas revenir sur la scène avec un gouvernement RN. Aux yeux de Marine Le Pen, les sujets sociétaux provoquent plus de mal que de bien : ils fracturent l’opinion. Priorité serait donnée à une réflexion sur le renforcement des soins palliatifs.

• UE : récupérer fissa le droit de veto français. Beaucoup des réformes à venir en France, rappelle Jean-Paul Garraud à BV, sont liées d’une façon ou d’une autre à l’UE. « La question urgente est le blocage de la révision des traités qui mène à l’asservissement des nations à l’UE, avec la fin du droit de veto. Il faut revenir dessus avant que le processus ne progresse. La France ne piloterait plus sa politique de défense ni sa politique migratoire… » L’occasion est là, puisque « le RN arrive avec la plus forte délégation de tout le Parlement européen ». Il va se joindre à d’autres formations dans un groupe. En s’alliant avec d’autres groupes, des réformes de fond deviendront possibles dans l’Union européenne, mais aussi en France, puisque l’une ne va pas sans l’autre.

Soit six chapitres urgents et autant de secousses douloureuses pour la gauche qui a fait de ces sujets d'intouchables vaches sacrées.

Samuel Martin
Samuel Martin
Journaliste

Vos commentaires

65 commentaires

  1. Le titre de cet article m’a profondément déplu. Il implique que le RN va gagner ! Or avec la droite la plus bête du monde (et je suis poli), rien n’est encore gagné. La gauche, elle, toute honte bue, a su s’agréger en seulement deux heures. Islamo-gauchistes antisémites, socialos, escrolos, LFI et même le NPA ont su se mettre d’accord. Car eux, le pouvoir, ils le veulent ! L’auteur de cet article devrait relire la fable de Perrette et le pot au lait…

  2. Il me semble que pour gouverner avec un président d’un bord opposé, le RN devrait poser comme condition qu’un référendum sur l’immigration soit organisé dès septembre 2024 faute de quoi tout l’arsenal juridique à la disposition de Macron aux niveaux national et européen l’en empêchera.

  3. Il faut absolument que le RN accepte la main tendue de Marion Maréchal pour une grande coalition des droites. Si MLP / Bardella refusent, je n’irai pas voter. Ils n’auront qu’à se débrouiller. On verra bien si se confirme que nous avons la droite la plus bête du monde!

  4. Il faut arrêter complètement toute immigration, source de désordres et d’une insécurité croissante. Il faut entourer la France de Postes de Douanes, comme il en existait il y a 30 ou 40 ans. Ceux qui disent qu’on ne peut pas rétablir les frontières ont vraiment la mémoire courte s’ils ne se rappellent pas de nos Postes de Douanes à nos frontières.

  5. Il serait quand même plus prudent avant de tirer des plans sur la comète d’attendre au moins les résultats du 1er tour , histoire de voir la tendance. Mais je me pose quand même la question de savoir pourquoi le RN s’empresse de prendre en charge un Etat en faillite car la tâche du redressement sera rude et les bâtons dans les roues nombreux . N’aurait-il pas mieux valu laisser ce travail à d’autres en tattendant ?

    • Non ! La tache est rude mais les différents points doivent être traités via des décrets ou du 49/3. Assez de ces discussions stériles à l’assemblée et au Sénat. Et on peut redresser le pays en moins de 2 ans. Ca fera grincer des dents et générera des larmes mais au moins ça sera efficace.

  6. Si Macrn connait ce programme et je pense qu’il le connait soit il nomme Bardella 1er ministre en vue de garantir à Marine la succession à ‘lElysée en 2027, soit il place un pite à lui pour foutre la pir emerde. Quite ou double. Je douterai environ 1% de moins de Macron (j’en suis à 100% de doutes) que si je vois Bardella 1er ministre.

  7. Nous avons voté pour le changement, alors maintenant allons jusqu’au bout et votons correctement aux législatives. Bien sur on ne pourra pas tout changer en 15 jours, une chose après l’autre avançons pas a pas comme en terrain miné.

    • Exactement! en gouvernant en cohabitation certaines actions ne seront pas possible pour le 1er ministre (ex référendum immigration…) et d’autant moins en 2ans 1/2. Mais ce qu’il est possible de faire, faisons le! vive le changement, vive l’union nationale!

      • En, 2 ans 1/2 on peut tout régler rassurez vous. Les alliés ont arrété une guerre mondiale en 2 ans, et la tâche était toute autre.

Laisser un commentaire

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois