Autriche : les souverainistes du FPÖ emportent une victoire historique

Harald Vilimsky, tête de liste du FPÖ en conférence de presse
Harald Vilimsky, tête de liste du FPÖ en conférence de presse

La France n’est pas le seul pays où les souverainistes réalisent une percée massive lors des élections européennes. Le Parti de la liberté d’Autriche, le FPÖ, souverainiste et conservateur, a emporté les élections, avec 25,7 % des voix, un score atteint pour la première fois ! La razzia du FPÖ est suivie par celle des conservateurs du ÖVP, avec 24,7 % des voix, devant les sociaux-démocrates du SPÖ, qui enregistrent 23,2 % des voix, selon le groupe indépendant DPA pour le Parlement européen.

Pour le FPÖ, c’est un bond de 8,5 points par rapport à 2019. Et un revers pour les conservateurs, qui chutent de 10 % depuis les dernières européennes. Les conservateurs sont, depuis quatre ans, au pouvoir avec les écologistes, tombés à 11 %. Pour le FPÖ, éjecté du pouvoir en 2019 sur fond de scandale de corruption, la victoire a donc un goût de revanche !

Le FPÖ doit beaucoup à son nouveau chef Herbert Kickl, arrivé en juin 2021, qui assume un discours très radical et très critique envers l’UE. Il est connu et reconnu par ses adeptes pour ses formules qui claquent contre le « communisme climatique », la « folie du genre » ou « la dictature du Covid ». La tête de liste, Harald Vilimsky, qui effectuera un troisième mandat, a lancé, hier soir, sur X : « Merci, l’Autriche, aujourd'hui, nous avons écrit l'Histoire ensemble ! »

Une victoire sans surprise

Ces résultats témoignent d’une lourde désaffection pour l’Union européenne. Selon un sondage d’Eurobaromètre, en avril dernier, seuls 36 % des Autrichiens ont une image très favorable du Parlement européen. 24 % en ont une image très négative ! 39 % des habitants estiment que leur pays n’a pas profité de l’Union européenne, le taux le plus élevé d’Europe, selon RFI.

Les Autrichiens manifestent aussi un ras-le-bol de l’immigration, qui constitue le cœur de leurs préoccupations, selon un sondage d’Eurobaromètre en date de février 2024. Ils ont encore en tête l'année 2015 : des centaines de milliers de réfugiés syriens avaient emprunté la route des Balkans pour rejoindre l’Allemagne et l’Autriche. L’Autriche, qui compte 9 millions d'habitants, avait reçu 131.000 demandes d’asile en 2015 et 2016. La lutte contre la technocratie et l’ingérence bruxelloises, contre les vaccins Covid, l'hostilité du parti au « fanatisme climatique de l’UE », à l’idéologie LGBTQ et sa réserve vis-à-vis de l’effort de guerre ukrainien ont emporté l'adhésion.

Une coalition de partis souverainistes renforcée 

La liste européenne du FPÖ pourra, ainsi, envoyer 6 députés, sur un total de 20, au Parlement européen, contre 3, en 2019. Il composera avec 6 autres pays au sein de la coalition ID (Identité et Démocratie), celle dont fait partie le RN. À l’instar de la France, l’Autriche n’en a pas terminé, avec les élections. Des législatives se tiendront en septembre prochain. Le FPÖ devra confirmer la percée des souverainistes.

Gabriel Decroix
Gabriel Decroix
Étudiant journaliste

Vos commentaires

8 commentaires

Laisser un commentaire

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois