Quatre Français sur dix pour la création de milices citoyennes

agent de sécurité

Dans le contexte particulièrement tendu dû à l’actualité guerrière, Le Parisien s’est lancé dans une grande enquête sur les Français dont il ressort, sans grande surprise, que famille et sécurité – l’un n’allant pas sans l’autre – sont au cœur de leurs préoccupations.

Sur la centaine de questions posées par OpinionWay à un panel de 2.000 personnes, il est particulièrement intéressant d’examiner celles concernant l’approbation des Français à « différentes mesures concernant la sécurité ». On découvre alors qu’une très grande majorité de nos concitoyens sont, comme en matière d’immigration, pour un sérieux tour de vis.

Ainsi, par ordre de préférence, ils se déclarent favorables à :
– 83 % pour « l’existence de bases de données recensant les criminels sexuels à proximité de chez vous » ;
– 82 % pour « des caméras de surveillance placées dans tous les lieux publics » ;
– 77 % pour « des systèmes de reconnaissance faciale pour identifier les délinquants et criminels » ;
– 52 % pour « le rétablissement de la peine de mort » ;
– 42 % pour « la mise en place de milices citoyennes » ;
– 19 % pour « l’autorisation du port d’armes pour tous les citoyens le souhaitant ».

Le constat est sans appel : les Français savent que, malgré le baratin des politiques pendant les décennies écoulées, l’insécurité n’est pas un « sentiment » mais bien une réalité qu’ils constatent quotidiennement, quand ils ne l’éprouvent pas carrément dans leur chair. Les faits divers les plus sordides se succèdent, chaque semaine apportant son lot de viols, agressions au couteau, règlements de comptes et autres scènes de torture et de barbarie.

Face à cela, tous se sentent impuissants : l’État ne les protège plus et la Justice n’en est pas une. Exemple, en passant : enfin jugé, l’agresseur qui m’a démolie en février 2017 a été condamné en octobre 2021. Nous sommes le 25 octobre 2023 et je n’ai toujours pas reçu la notification du jugement : je ne peux donc réclamer les indemnités qui m’ont été allouées…

Vers qui se tourner, alors ? Vers l’intelligence artificielle, répond la société. Ainsi, alors qu’il y a peu encore, ils étaient majoritairement opposés à vivre sous la surveillance de Big Brother, les Français réclament aujourd’hui des caméras partout. Quitte à abdiquer leur propre liberté d’être et d’agir ? Sans doute, car on peut douter qu’un système de reconnaissance faciale pour lequel ils optent à 77 % fasse strictement le distinguo entre délinquant, criminel et citoyen honnête.

Et quand mon gentil voisin dit, à ce propos, « Je ne crains rien, je n’ai rien à me reprocher », je lui demande « Jusqu’à quand ? » La folie du Covid nous a en effet appris que, de l’obligation de porter le masque à l’interdiction de boire un café assis, rien n’est impossible en matière d’asservissement des foules, y compris l’autorisation faite à soi-même de se déplacer ! Deux ans après, on constate que la peur distillée au quotidien a fait son œuvre et perdure dans les esprits, annihilant chez beaucoup tout esprit critique.

C’est en jouant sur ce ressort – notre sécurité – qu’on s’achemine, avec l’assentiment de la majorité, vers une société qui privera les honnêtes gens de liberté, faute de vouloir sévir contre le crime. Les attentats, le climat international, les propos « guerriers » d’un Président qui palabre parce qu’il se refuse à agir, le refus obstiné du gouvernement à consulter les Français par référendum sur les sujets qui les préoccupent tous, voilà les ingrédients qui justifient de nous placer tous sous surveillance rapprochée. Et les Français, bien conditionnés, vont dire merci !

Marie Delarue
Marie Delarue
Journaliste à BV, artiste

Vos commentaires

26 commentaires

  1. Nous connaissons tous le baratin des politiques, Mélanchon en tête, il y a eu des manifestations anti-immigration, des élections de membres de Reconquête et malgré cela le gouvernement impose des migrants dans les communes de province. Dans ces conditions il convient de passer à l’étape 2: faire comprendre par des actes physiques qu’ils ne sont pas les bienvenus et doivent repartir en-dehors de nos frontières. Il n’y a pas d’autres solution.

  2. Il parait qu’en ce moment les Français sont nombreux à s’armer …. de bombes lacrymogènes, taser, etc …… Les Français ont compris que le Président de la République à PEUR, il avoue ne pas pouvoir nous protéger…. alors !

  3. Comme dirais un de mes beau frère: « Ils ne sont pas tous comme ça ». De la à en déduire que la peur et la crainte de l’agression, c’est avant tout dans votre tête. 4 Français sur 10 selon le sondage sont pour la création de milices citoyennes, c’est peu je trouve, la majorité font confiance aux caméras sans doute les mêmes qui croyaient que la vaccination de masse arrêterait la covid 19…

    • A moi aussi mon beau-frère me dit ….. »ils ne sont pas tous comme ça » mais …. pour qui ils VOTENT ? ….Le Roi du Maroc a dit : les musulmans sont incompatibles avec nous les chrétiens ! CQFD !

  4. Puisque ce progressisme débridé ne reconnaît que la primauté de l’individu sur le bien commun, cet individu doit donc pouvoir, entre autres, assurer sa propre sécurité. Quand l’Etat abandonne des pans entiers de sa souveraineté. Quand l’État renonce à appliquer son autorité régalienne sur l’entièreté de la population par crainte de la réaction violentes de minorités. Quand l’Etat oppresse inutilement des catégories ciblées qui votent « mal ». Quand l’État préfère créer un poste d’ambassadeur des droits LGBT plutôt que de renforcer les forces de l’ ordre. Quand l’Etat subventionne la sédition. Quand l’État refuse de revoir le mille-feuilles de l’Etat de Droit qui ne protège que les délinquants. Quand l’État livre notre territoire à l’invasion migratoire qui ne fait que renforcer de nouveaux soldats de l’islamisme. Le citoyen est en droit légitime de se défendre.

  5. Rien à attendre des branquignols au pouvoir avant leur départ, espéré mais non certain… Beaucoup de français se font discrets mais se rapprochent inexorablement de l’idée d’auto-défense organisée, qui apparaît comme seul moyen de stopper et de faire régresser ce que les bisounours nomment ‘incivilités ». Trop, c’est trop, non?

  6. On pourrait peut-être commencer par, je sais pas, moi: que les peines prononcées en jugement soient complètement effectuées, en réformant la Justice, donc, et en éloignant l’actuel pouvoir néfaste des JA, et dissolvant ce malfaisant Syndicat de la magistrature?
    Après, on verrait si toutes ces coûteuses actions proposées resteraient indispensables… Agir sur les conséquences n’a jamais valu agir sur les causes.

  7. La peine de mort c’est comme la bombe atomique si on l’a nous ne sommes pas obligés de nous en servir ,c’est dissuasif !!

  8. L’expérience de Pilgrim grandeur nature, grâce au covid, a démontré combien il était facile d’asservir une population avec non seulement son approbation mais aussi avec une sorte de plébiscite, désormais la peur est ancrée dans les têtes…
    Bientôt les carrossiers feront fortune en blindant les vitres de nos voitures comme au Brésil, déjà que maintenant elles se ferment toutes seules dès qu’elles roulent…
    Les « Voisins Vigilants » ont déjà ouvert la voie depuis longtemps à un système d’auto-surveillance (non armée), d’autres systèmes plus « viriles » existent aussi, désormais nous nous appercevons que le terme de « milice » fait son chemin. Les massacres en Israël ont ouvert les yeux de certains…

    • Personnellement, j’adhère à la Participation Citoyenne dans mon village, car la Police et la Gendarmerie ne peuvent être partout. On s’aperçoit ainsi que sans se barricader, beaucoup de résidents manquent de prudence. Entre ceux qui se méfient de tout le monde et les naïfs, il y a un juste milieu à trouver.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois