Quand Emmanuel Macron se fait le chantre des labos

macron brégançon 2021

Emmanuel Macron nous a, une fois de plus, ébloui par sa capacité à oublier qu'il est président de la République et non pas M. Tout-le-monde. Lui qui ne manque pas de critiquer les réseaux sociaux a appris à les dompter. Et ce lundi matin, depuis le fort de Brégançon où il coule de paisibles vacances, il est apparu en T-shirt noir, les bras nus, le regard d'un éveillé matinal pour interpeller les abonnés des réseaux Instagram et TikTok, le réseau préféré des ados, des voyeurs, et j'en passe.

Devant un drapeau et une frise tricolores, assis derrière un bureau que l'on devine modeste, il s'est installé devant sa webcam et s'est filmé pendant une petite minute pour nous faire la promotion de la vaccination. « Vous êtes 42 millions à avoir reçu la première dose », s'est-il félicité, pour lutter « contre cette quatrième vague contre laquelle nous n'avons qu'une seule arme : le vaccin ». De traitement médicamenteux, il n'est nulle question. Oublions cette possibilité qui n'existe visiblement que chez les complotistes.

Ayant un mauvais esprit, je remarque son T-shirt. Noir avec l'effigie d'un hibou stylisé. Le hibou qui est le symbole traditionnel et l'annonceur de la mort. Selon le site luminessens.org, « le hibou parce qu'il n'affronte pas la lumière du jour, est symbole de tristesse, d'obscurité, de retraite mélancolique et solitaire » (à Brégançon ?). Une allégorie bien mal choisie pour nous parler du seul moyen de lutter contre la mort. La mort dont on ne fait plus le sordide macabre comme il y a encore quelques mois. On ne compte plus que les cas positifs. Allez savoir pourquoi.

Pendant une minute, notre Président, dans une fausse allure de vacancier dont le regard bleu nous rappelle la Méditerranée voisine, va nous prier de lui poser toutes les questions sur la vaccination afin de contrer « les fausses informations, les fausses rumeurs et parfois n’importe quoi ». Car Emmanuel Macron est bien connu pour être un puits de sciences médicales.

Une minute pour convaincre - une minute qui a fait bien sûr tâche d'huile dans toutes les télévisions, les radios, les journaux - durant laquelle Emmanuel Macron va se faire, selon Gilbert Collard, « le commercial des labos » ou, selon un instagrammeur, «  un président qui devient influenceur ». Justement, nous venons d'apprendre que Pfizer et Moderna ont augmenté le prix de leur dose bienfaitrice. Chez Pzifer, le prix passe à 19,50 euros. Celui de Moderna coûtera désormais 21,50 euros. De quoi plonger nos assurances maladie dans un gouffre abyssal. Faites le calcul. Rien que pour la France : près de 3 milliards.

Des milliards de doses d'un produit dont on ignore encore les effets à long terme mais qui, espérons-le, nous auront protégé du pire, tout en engraissant les bienheureux laboratoires qui ne pourront que remercier la divine parole présidentielle.

Floris de Bonneville
Floris de Bonneville
Journaliste - Ancien directeur des rédactions de l’Agence Gamma

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois