Qatargate : quand des eurodéputés macronistes diffusent leurs « fake news » anti-RN

IMG_8261

En pleine affaire de soupçons de corruption au Parlement européen, des députés européens de la délégation Europe Ensemble (affiliée à la majorité présidentielle) ont accusé leurs collègues du Rassemblement national (RN) de faire preuve de « lâcheté » vis-à-vis du Qatar. Une accusation infondée qui détourne l’attention du groupe socialiste, principal parti pour le moment visé par l’enquête.

La charge est lancée sur Twitter. À quelques heures de la clôture de la session plénière du Parlement européen, Valérie Hayer, coprésidente de Europe Ensemble, entend dénoncer la présumée position du RN sur le Qatargate. Jeudi 15 décembre, les eurodéputés ont été amenés à se prononcer sur une résolution « sur les soupçons de corruption par le Qatar et, plus largement, la nécessité de transparence et de responsabilité au sein des institutions européennes ». Un texte que le Rassemblement national n’a pas voté. Valérie Hayer dégaine aussitôt un tweet : « Quelle lâcheté de la part de Jordan Bardella et des députés RN qui se sont absentés lors du vote sur la résolution », s’insurge-t-elle. Et d’ajouter : « Ils refusent de condamner le soudoiement de ces députés [mis en cause dans le Qatargate] et de mettre fin aux ingérences étrangères. » Un propos repris par sa collègue Marie-Pierre Vedrenne qui accuse, en outre, les eurodéputés du RN d’« incompétence », d’« incohérence » et d’« inconsistance ». Quelques heures auparavant, Valérie Hayer avait déjà accusé Jordan Bardella d’être un « menteur ».


Le RN demandait une commission immédiate

« Tout cela est absolument faux et elles le savent très bien », rétorque André Rougé, député européen du RN, auprès de BV. En effet, s’il est vrai que les eurodéputés du parti à la flamme n’ont pas pris part au vote sur cette résolution, ce choix n’est ni une « lâcheté » ni une compromission vis-à-vis des ingérences étrangères. Au contraire. « Nous voulions tout d’abord montrer notre désapprobation d’avoir été exclus de la cosignature de la résolution sur le Qatar », explique le parlementaire. La résolution a été signée par le groupe Renew (groupe auquel appartiennent les députés macronistes), par les Verts, le PPE, La Gauche, les Conservateurs et même les Socialistes et Démocrates (S&D), pourtant directement visés par l’enquête en cours, mais le groupe Identité et Démocratie (ID), auquel appartient le Rassemblement national, a été brutalement viré des conversations. Il a dû se contenter de sa propre résolution.

D’autre part, « nous regrettons qu’il n’y ait pas de prise en compte de notre demande de commission d’enquête immédiate sur les ingérences étrangères », ajoute André Rougé. En effet, les eurodéputés du RN ont tenté, par le biais de leur résolution ainsi que par un amendement, d’exiger la mise en place, « lors de la prochaine session plénière » - en janvier –, d’une commission d’enquête. Une proposition rejetée elle aussi par leurs collègues. La majorité des eurodéputés a préféré reporter la création de cette commission « à l’issue des enquêtes pénales et des éventuelles procédures judiciaires ». Ce qui repousse, de fait, ce coup de projecteur de plusieurs années. C'est, pour André Rougé, « une manière d’étouffer l’affaire ».

Enfin, l’accusation de refus de « mettre fin aux ingérences étrangères » ne tient pas non plus. En effet, le Rassemblement national réclamait, à l’Assemblée nationale, dès le mois de septembre 2022, « la création d’une commission d’enquête parlementaire relative aux ingérences de puissances étrangères visant à influencer ou corrompre des relais d’opinion, des dirigeants ou des partis politiques français ». Pour résumer, loin de refuser la fin des ingérences étrangères à Bruxelles, les eurodéputés du RN ont demandé la création rapide d’une commission d’enquête à ce sujet. Les autres groupes se sont empressés de voter... contre !

Clémence de Longraye
Clémence de Longraye
Journaliste à BV

Vos commentaires

35 commentaires

  1. Mais c’est bien sûr que l’U.E. avec les socialistes et écolos politiques ne pensent qu’à étouffer l’Affaire, laisser passer du temps……On a l’habitude, il parait que c’est la Démocratie, mais je dirai celle qui les arrange. L’U.E. doit passer à Droite pour arrêter cette décadence de mondialisme woke qui va nous abattre…

  2. Plus c’est gros mieux ca passe, mentez,calomniez il en restera toujours quelque chose ….. les vieux principes bolchéviques sont toujours en vigueur à gauche!

  3. Qui a ruiné l’énergie électrique de la France les écolos gauchistes de France et d’Allemagne. Aller les mensonges finiront par détruire toute cette gauche NUPES.
    Vivement LR, RN, Reconquête et Debout la France, prochaine union pour gagner pour la France.
    Un ancien électeur PS aigri par la trahison gauchiste et Renaissance.

  4. Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose. En attendant, les faits sont là et grâce à l’imprévoyance Gouvernementale (et à la sottise des Français face à la propagande verte), la situation énergétique de la France n’est pas près de s’améliorer !

  5. La macronie n ‘ hésite pas à utiliser ses habituels coups tordus et accuser le RN ,son seul rival , de ses propres défauts :
    l’ incompétence , l ‘ incohérance et l ‘ inconsistance sont les principales caractéristiques du parti de Macron ;
    La forte poussée nationale n ‘est certainement pas étrangère à cette nervosité ;
    Et quitter au plus vite cette UE corrompue , inutile et même dangereuse .

  6. Certains ont la mémoire courte! Une manoeuvre similaire à propos de l’Ukraine avait été employée par cette engeance Lrem, Ps etc… La clique merdiatico politique hurlait car le RN n’avait pas voté les subventions destinées à ce pays. Cette même majorité crapuleuse avait désigné le mal qui le rongeait: LA CORRUPTION.
    Le groupe ID publie un bulletin. Il travaille effectivement.

  7. Les corrompus ont fait leur petite soupe maison qui les tient à l’écart des problèmes. Pour y parvenir, ils ont viré ceux qui n’avaient pas croqué dans la pomme de la corruption, car ces derniers auraient pu demander la création d’un système réellement efficace, et non un simple contre feu médiatique ce qui aurait eu une réelle efficacité et aurait donc envoyé les corrompus en prison.
    Preuve est donc faite que la corruption est MASSIVE.
    Tout le monde en était sûr depuis longtemps, il ne manquait que les preuves, les voici.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois