Les dernières hausses des tarifs de l’électricité n’étaient pas dues, comme certains ont voulu nous le faire croire, à une augmentation des coûts d’, mais à la demande pressante au gouvernement des « opérateurs » privés qui considèrent que leurs marges sont insuffisantes.

Ces opérateurs commercialisent de l’électricité produite par EDF qui a l’obligation de leur vendre 25 % de sa production à 0,042 € le kWh. Le tarif réglementé est désormais de 0,0976 € le kWh permet un coefficient multiplicateur de 2,30 !

Ce système est tellement juteux que les mêmes viennent d’obtenir de la mise en place du projet Hercule, qui consiste à séparer les activités d’EDF en deux entités.

D’un côté, « EDF Bleu » deviendra une structure 100 % publique, qui comprendra la production d’électricité : les activités nucléaires, les barrages hydroélectriques, les centrales à gaz et la gestion du réseau de transport d’électricité (RTE).

De l’autre, « EDF Vert », qui sera privatisée, regroupera la branche commerce, qui vend l’électricité aux clients, les énergies renouvelables, les services, et Enedis (ex-ERDF).
En résumé, EDF Bleu fera tout ce qui nécessite de gros investissements : produire l’électricité et la distribuer. Le relever de consommation se faisant via les compteurs Linky, qui sont imposés à cette fin, les « opérateurs » n’auront qu’à faire de la pub, facturer et encaisser alors qu’ils n’apportent aucune valeur ajoutée. Sans tarif réglementé, ils pourront encore augmenter les prix aux consommateurs pour satisfaire leur appétit de profit sans limite : ce marchand, c’est l’argent public au service des parasites !

Et l’avenir est radieux : avec l’incitation à utiliser l’électricité pour se chauffer et se déplacer la demande va exploser dans un marché captif. Je n’ose penser que ce soit là l’objectif de la sur le CO2 qui réchauffe le .

Ce projet confirme qu’ est au service des affairistes et des spéculateurs qui ont contribué à son avènement.
Hercule est bien nommé : selon la mythologie, ce fils de Zeus tua ses enfants dans un moment de folie.

21 septembre 2019

Partager
BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.