Il manque, en cette rentrée, de profs dans les écoles. Des conducteurs de bus scolaire. Et même du personnel dans les crèches. Comme l’on ne peut pas, à court terme, adopter la méthode radicale des écolos façon Yves Cochet, c’est à dire dissuader totalement les gens de procréer - qui serait pourtant une solution très efficace : plus d’enfant, donc plus de crèches, d’écoles ni de conducteurs de bus scolaires -, on s’arrache les cheveux. À quand, la réquisition de l’armée ? Vous riez… à voir ! En janvier 2022, lors d’un épisode de grève, Sébastien Barles, adjoint au maire de la cité phocéenne, a bien suggéré à la préfecture de faire appel aux soldats, comme elle l’avait déjà fait en 1999 et en 2010.

À Mayotte, il y a quelques jours, le ministre a promis l’ouverture de « lieux de rééducation, de redressement d’une partie des enfants, des adolescents très jeunes », à partir de 13 ans, « des lieux encadrés par les militaires ».

Ultime recours quand tout s'effondre

Certains, comme Éric Ciotti, Valérie Pécresse ou même, à gauche, Samia Ghali (en 2017) ont déjà évoqué l’idée que l'armée puisse être déployée dans les banlieues. On la veut pour protéger contre la menace terroriste, via Sentinelle, on la veut aujourd’hui pour remettre dans le droit chemin les jeunes délinquants, et même les très jeunes délinquants. Elle doit tout à la fois pallier les échecs de la Justice, de l’Éducation nationale et même des familles. Pourquoi ne l’appellerait-on donc pas dans les crèches et les écoles, puisqu’elle devient nounou et la bonne à tout faire ? Mettre une couche, quand on y pense, n'est pas tellement plus compliqué que nettoyer un FAMAS.

Mais pourquoi diantre l’armée est-elle donc devenue ce dernier refuge, cet ultime recours, fiable, corvéable à merci, quand tout le reste, ou presque, s’effondre ? La réponse tombe sous le sens : c’est la seule institution que l’on n’ait pas expurgée de ses valeurs traditionnelles. Que Mai 68 n’ait pas mise à bas. Ce n’est pas faute, pourtant, d’avoir essayé.

Pendant des dizaines d’années, peu ou prou depuis la fin de la guerre d’Algérie, la antimilitariste a conspué ces militaires aux idées aussi courtes que leurs cheveux. Combien ricanaient de leur service et de l’adjudant au front bas qui les avait encadrés. C’était, d’ailleurs, parfois ceux qui avaient été reformés qui en parlaient le mieux. Il fallait voir comment Charlie Hebdo les caricaturait. Parce que tout ce que l’armée représentait était, pour cette gauche, détestable : l’ordre, la discipline, la hiérarchie, la transmission, l’uniforme, l’identité, l’autorité… Pouah !

Saint-Cyr, pépinière de misogynes ou de héros ?

Régulièrement, du reste, on continue de lui chercher des poux dans la tête : en 2019, le député Bastien Lachaud, LFI, s’est ému dans un rapport parlementaire que tant de fêtes religieuses - Sainte-Barbe, Saint-Georges, Saint-Michel, Saint-Éloi… - soient intimement mêlées aux traditions militaires. Tout média a ses marronniers : pour certains, c’est l’immobilier ou les régimes de l’été, pour Mediapart et Libé, c’est les procès en sorcellerie capillotracté contre l’armée, qui reviennent avec une régularité de métronome. Et le calendrier, parfois, a ses ironies : Rappelez-vous, c’était le 24 mars 2018. Libération peaufinait sans doute depuis des semaines son dossier sur les classes préparatoires de -l’École. On avait trouvé les témoins à charge, descendu du grenier les vieux amalgames ayant déjà fait leurs preuves, trouvé un titre choc : « Lycée Saint-Cyr : une machine à broyer les femmes »… Allez, les gars, c’est parti, on publie vendredi : les garçons de -l’École sont de méchants-misogynes-qui-vont-à-la-messe-en-latin-le-dimanche-à-Versailles-et collent-des-autocollants-de-la-Manif-pour-tous.

Info, en bonne copine, avait fait le teasing la veille, fustigeant des « élèves masculins, catholiques ultraconservateurs, proches de l’extrême, homophobes, misogynes et donc hostiles à la présence des femmes dans l’armée ». Fermez le ban. Sauf que, ce vendredi matin là, contrairement aux espérances nourries par Libé, l’article n’a fait que peu de temps les gros titres. Toute la avait les yeux rivés sur un super U de l’Aude où un officier de gendarmerie avait obtenu d’un forcené islamiste de relâcher la caissière de 40 ans, mère d’une petite fille de 2 ans et demi, tenue en otage, en échange de sa personne. Et au terme de trois heures de face-à-face, cet officier y avait laissé la vie, dans les conditions tragiques que l’on sait. Un officier de gendarmerie qui, justement, avait étudié… à -l’École. Issu de cette pépinière de « misogynes broyant les femmes », il avait donc sciemment fait don de sa vie pour sauver l’une d’entre elles. En juin dernier, sur une place de la ville de -l'École, une statue a même été inaugurée à son effigie.

Bon an mal an, l’armée a résisté à ces assauts. Elle est restée une institution à part, avec ses valeurs archaïques et héroïques, car il est une impossible quadrature du cercle que nul n’a réussi à résoudre : comme faire en sorte qu’un groupe d’hommes marche résolument vers une mort possible pour préserver un bien supérieur à leur propre personne (la patrie) sans leur avoir préalablement inculqué le sens du devoir, du sacrifice, du désintéressement, du bien commun, du sacré, l’ordre, la hiérarchie, la discipline, l'honneur, l’exemple, l’amour du pays ?

Il a donc bien fallu tolérer ses rites, ses codes, ses traditions, ses uniformes, ses marches au pas, ses défilés, ses veillées aux flambeaux, ses commémorations mythiques, ses chants virils, et même ses fêtes votives. Aucune autre jeunesse que celle pétrie de cette farine-là n'accepterait un tel sacrifice si contraire à l’esprit du temps.

Une jeunesse éprise d'idéal

Le militaire n’a pas le droit de grève. Il part régulièrement de longs mois loin de chez lui, y compris à Noël - sans aucune possibilité de retour ni de faire venir sa famille, il n’est pas rare qu’il soit absent pour la naissance de ses enfants -, dans des conditions de confort sommaires. Son mode de vie est celui d’un pêcheur d’Islande qui peut être absent de chez lui la moitié de l’année. Impossible de faire une OPEX au Mali en télétravail ! Il est récompensé de ses exploits non par des primes mais par des décorations et des citations purement honorifiques qui n’ont aucune valeur sonnante et trébuchante. Il est de notoriété publique qu’il n'est pas très bien payé, mais il se suffit du prestige lié à son grade, qui continue à lui ouvrir les portes de toutes les couches de la société. Le fiasco du logiciel de règlement des soldes LOUVOIS, sources de problèmes financiers graves, est révélateur : seule l’armée pouvait supporter ce dysfonctionnement au long cours sans se soulever ni descendre dans les rues. Et malgré cet esprit d’exigence et de sacrifice, peut-être à cause de cet esprit d’exigence et de sacrifice, l'armée arrive encore à recruter quand l’Éducation nationale rame.

Après le Bataclan, l’armée a vu se lever et frapper à sa porte toute une belle jeunesse éprise d’idéal, prête à se battre pour son pays… preuve qu’elle existe encore, pour peu qu’on sache la faire vibrer.

Ce n’est pas l’armée qu’il faut aller chercher dès que ce pays fait un pet de travers ou souffre d'un ongle incarné, mais les valeurs qu’elle seule a conservées. Pour les réhabiliter. Dans le cinéma, par exemple : Top Gun ferait figure de navet à côté d’un beau film sur Saint-Cyr. À la télé et sur les réseaux sociaux aussi : en 2016, l’émission de télé-réalité « Garde à vous » avait rencontré un franc succès, rendant célèbre le maître principal Marius, enfant de l’assistance publique de Marseille et ancien petit délinquant devenu béret vert : « Ma manière de fonctionner est simple : une limite gauche, une limite droite. Celui qui sort de cet axe, je le remets dedans à ma manière ! » En décembre dernier, le chœur de Saint-Cyr avait ému des milliers de téléspectateurs et remporté le premier prix de l'émission « La France a un incroyable talent ».

Il faut surtout importer les valeurs de l'armée à l’école, bien sûr, où discipline, autorité, rigueur, transmission, identité… - et pourquoi pas uniforme ? - doivent être remis à l'honneur. Tiens, c’est justement la rentrée !

7623 vues

29 août 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

52 commentaires

  1. Bien vu , Gabrielle Cluzel , mais il semble bien que nos militaires devront avoir , dans l’état actuel des choses , un rôle primordial à tenir pour éviter l’effondrement complet de la France .

  2. chacun son metier, l’armée n’est pas la bonne a tout faire de la france. ou alors donnons des ordres clairs et précis a executer mais il y aura surement des grincements de dents. PAR STE BARBE VIVE LA BOMBARDE

  3. L’armée est toujours mise à toutes les sauces: poubelles, paille, marée noire, aide aux potentats africains, son budget sert de variable d’ajustement, elle fait toujours plus avec moins, elle est adulée dès qu’on en a besoin et surtout: « Circulez, y a plus rien à voir » dès que le problème est passé.

  4. Dans les années 70, les militaires devaient quitter le travail le soir pour rentrer chez eux en civil. L’uniforme restait dans les bureaux. Cela pour ne pas se faire insulter dans la rue. A croire que c’est une mode.

  5. déjà , il y a « quelques années » le militaire se chargeait de remplacer l’éboueur en grève .(certes des appelés ) ..aujourd’hui , ils répondent présents lors de catastrophes (inondations etc …) le militaire a des principes , n’en déplaise à la NUPES and C° .Mr Macron les a humiliés souvent « ..je suis votre chef .. » et que penser , de leur ancien ministre ,Mme Parly ..accusant les anciens ,qui prévenaient dans une tribune , des dangers à venir …(d’ailleurs ,il est très intéressant .de voir la fiche wiki , de cette dame …)

  6. Bravo Gabrielle pour ce brillant article .il fait honneur à nos militaires ..merci aussi tout est si vrai .un bonheur de vous lire .

  7. Si l’armée devait prendre l’affaire en main, il ne faudrait pas compter sur la majorité des officiers généraux (généraux et amiraux) installés, repus, achetés (voire corrompus) par le pouvoir. J’en veux pour preuve une prime pouvant aller jusqu’à 50 000€ en fonction de certains critères définis par la présidence. Je me souviens de cette blague que nous citions dans la Marine : « le commandant a bien mangé, l’équipage est content ! ». Ne comptons pas non plus sur les forces de l’ordre, police et gendarmerie (les policiers sont des civils avec des galons en papier chocolat, et trop de gendarmes ne sont plus tout à fait des militaires dans l’esprit.
    Non, je pense qu’il faudrait compter sur les capitaines (au sens large), ces officiers de terrain, instruits, cultivés, bons techniciens et proches de leurs hommes. Ils peuvent comprendre la troupe, les équipages d’où parfois ils sont issus.
    Lors de cette très prochaine situation chaotique qui s’annonce, que fera l’armée ? Je suppose que ça doit bien discuter dans les mess, les carrés. Je voudrais être une petite souris …

    1. Toutes ces administrations sont truffées de diversité qui le moment venu , ne sera pas forcément du bon côté … !!!!

    2. Seriez-vous en train de nous dire qu’il faudrait recommencer la révolte des Oeillets au Portugal avec les brillants résultats auxquels elle a aboutit ? Ceci dit, le seul bien bien, honnête et courageux parmi les 35 millions de males français, c’est vous sans doute et c’est pourquoi vous avez voté Macron.?

      1. Désolé, mais vos propos sont d’une stupidité sans nom.
        Je ne vais pas écrire mon CV ici, mais je vous informe que j’ai servi mon pays pendant près de 30 ans dans des conditions que vous n’auriez peut-être pas supportées.
        Quant à voter particulièrement Macron, ou à gauche en général, 3 minutes de conversation avec moi et je vous envoie jouer dans votre école primaire.
        La révolution des Œillets au Portugal n’a effectivement pas été plus maligne que Mai 68 qui a abouti à l’élection de Mitterrand et ses successeurs. Au soir du 10 mai 1981, j’ai prédis à mon épouse que dans 20 à 30 ans, les gauchistes auront détruit la France et notamment la famille (j’ignorais jusqu’où ils pourraient aller). Dont acte …

  8. Bravo madame et merci, votre intervention fait chaud au cœur par sa noblesse et la vérité qu’elle décrit si bien. Puisse-t-elle interpeller certains et les remettre dans le bon chemin d’une réflexion censée et raisonnable. Et surtout faire comprendre au plus grand nombre que seule compte la collectivité nationale, au delà des égoïsmes personnels.

  9. L’armée est manifestement le seul corps de l’état qui fonctionne encore, malgré les coupes budgétaires et le mépris affiché par les présidences plus où moins de gauche.
    Le grand danger pour notre armée, le même que pour la France d’ailleurs, c’est la fusion dans le machin europe qui est dans les tiroirs depuis quelques temps. Tout est à craindre quand on connait les capacités de destructions du machin.

  10. Mais, puisque l’armée est corvéable à merci et qu’elle est utile et bonne en toutes circonstances surtout lorsque le pouvoir est défaillant, ne serait-il pas temps qu’elle fasse un pas de plus et… Règle les problèmes en les prenant à bras le corps ? Autant qu’elle fasse TOUT le job (comme on dit) plutôt que les bouche- trous… Un général à la tête de l’Etat ? On a connu ça il n’y a pas si longtemps et… la France est devenue forte et respectée tandis que, juste avant, avec les socialistes (leurs prédécesseurs radicaux) on était au bord de la faillite ! Alors ?

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter