« Nous sommes un pays submergé, un pays envahi, un pays soumis, et on a un président de la République qui continue de nous faire de la . Il va dans le sens contraire de ce qu’il faudrait faire, » déclarait , ce vendredi matin, sur Europe 1. Invité politique de Sonia Mabrouk pour présenter son nouveau livre Le jour d’après, l’ancien député est chirurgical. Il fustige Emmanuel , ce « Charles Martel du pauvre, “houellebecquisé” jusqu’à l’os » qui ne voit pas que « nous sommes face à un problème d’invasion et de  ». Et le fondateur du d’argumenter sur la colonisation de peuplement par la , celle des conquêtes avec « 200-300 territoires qui ne sont plus français » et la pire, selon lui, « la colonisation des esprits » par la cancel culture.

À la question de la présidentielle que lui pose la journaliste, Philippe de Villiers répond que la francisation est urgente : « Soit on assimile ceux qui viennent vers nous pour en faire des Français de désir, soit ce sera la fin de l’aventure. Et, en fait, il ne comprend pas ce que je lui dis parce qu’il est profondément multiculturaliste. »

Revendiquant ses racines, son attachement à la province, à ce monde de l’esprit français, il accuse le président de la République d’avoir donné le pouvoir au « maréchal Delfraissy » et de vouloir changer la société au profit de la souveraineté européenne, la heureuse et la fameuse start-up nation, ce « Webistan ».

Concernant ce monde d’après, ce « jour d’après », il explique à Sonia Mabrouk qu’« au nom du tout sanitaire, on sacrifie la jeunesse et la transmission, c’est un bouleversement anthropologique majeur ; au nom du tout numérique, on sacrifie la société de voisinage, les métiers de la main et du cœur, la civilité, la sociabilité dans une société distanciée ; troisièmement, au nom du post-humanisme que revendiquent les GAFA, on dénature l’espèce humaine. » Et d’ajouter : « Ce n’est pas un hasard si l’euthanasie arrive aujourd’hui sur les bureaux de l’Assemblée. »

In fine, Philippe de Villiers estime qu’Emmanuel Macron ne peut pas se représenter après avoir affirmé, et dans le contexte actuel, que « la colonisation est un crime contre l’humanité ». Une erreur trop grave à ajouter à un bilan politique chaotique : « Il a laissé se déchirer les tissus conjonctifs de la France industrieuse, la start-up nation est en EHPAD et il a laissé se dresser un mur invisible entre deux sociétés : la société française et une contre-société vindicative qui est en train de nous coloniser. » Or, selon Philippe de Villiers, le prochain Président ne sera pas jugé sur ce qu’il aura changé mais sur ce qu’il aura sauvé…

9 avril 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

5 1 vote
Votre avis ?
8 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires

À lire aussi

Patrimoine : Prenez part aux « années folles de la visite »

Parce que le beau fait du bien... …