LGBT propagande

« Quoi de mieux pour commencer cette deuxième semaine d'inté qu'une Kokarde Woke Party ? » C’est en ces termes aguicheurs que la 5e parallèle, qui se définit comme le Club LGBTQIA+ de l'ENS Paris-Saclay, a fait signe aux étudiants de l’ENS pour lancer cette nouvelle année scolaire dans les meilleures dispositions, ce 11 septembre. L’organisation se fait en commun avec les Sorcières de Saclay, une association féministe à but non lucratif, Terre à Terre, l’association écolo de l’université, et la Solidarité normalienne, une « association solidaire de Paris-Saclay », comme son nom l’indique.

Tout comme le beau monde qui se profile pour la fête de rentrée, le programme est des plus tentants : au menu, les étudiants pourront ainsi déguster une ratatouille et de la salade de fruits, et pourront profiter de stands ludiques où l’on « s'occupera de vous tartiner de paillettes ! » Eh oui, chez les minorités aussi, on sait s'amuser ! Cerise sur le gâteau, les étudiants sont invités à revêtir leur « meilleure tenue de plage » : « Sous le béton, la plage », est-il ainsi mentionné sur l’affiche, avec une formulation évoquant un slogan de Mai 68, « Sous les pavés, la plage ».

Cette année, qui commence sur les chapeaux de roue, promet d’être bien remplie. Clémence*, actuellement étudiante à l’ENS, raconte ainsi à BV qu’un Loup Garou féministe est prévu dans les mois à venir, de même qu’une projection de l’incontournable émission « Drag Race France ». L’apothéose aura lieu en mars, avec la Rouge et Noire, un événement qui se targue d’être « la plus grande soirée étudiante LGBTQI+ de Paris ». Ces militants ayant décidément toutes les qualités, l’ensemble des bénéfices de cette soirée sera reversé au Bureau d’accueil et d’accompagnement des migrants (BAAM) qui, « face aux politiques européennes de plus en plus restrictives et xénophobes et face à l'inertie des gouvernements, œuvre et lutte pour un meilleur accueil des réfugié·e·s, demandeur·euse·s d'asile et sans-papiers en France ».

Si l'ENS Paris-Saclay semble très concernée par les minorités discriminées, il semble que les autres campus de l'ENS n'échappent pas non plus à cet inarrêtable souffle idéologique. Un étudiant de l'ENS-Ulm confirme ainsi à BV que la question LGBT est importante à l’ENS, très importante. Adhérer au Comité d’organisation des fêtes (COF), le Bureau des étudiants de l’ENS, c’est ainsi, indirectement, subventionner l’association LGBT à qui une importante partie du budget est immédiatement reversée, explique-t-il. Dans les couloirs de son université, les photos de la Pride 2022 – car l’ENS organise sa propre Pride - jalonnent les murs. « Chaque année, un mot clé est choisi pour donner la direction de l’année. L’année dernière, c’était "diversité". Cette année, c’est "inclusivité" », rapporte en outre l’étudiant. « J'étais extrêmement prévenu sur les dérives idéologiques de l'ENS, ce qui fait que je ne trouve pas le sujet tout à fait omniprésent, tempère-t-il toutefois. Il n'en demeure pas moins que l'Homônerie [association LGBT de l'ENS-Ulm, NDLR] s'avère être l'une des trois associations les plus influentes de l'école. »

À l'image de Sciences Po, qui organisait, l'année dernière, une semaine de formation obligatoire sur la question LGBT, l'ENS semble faire partie de ces grandes écoles dont la superbe diminue à mesure que l'idéologie woke progresse en leur sein. Certains professeurs se retrouvent muselés, de même que les élèves, sous peine de perdre leur poste. Cela, sous le regard attendri des ministres de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, qui se suivent et se ressemblent sans nulle envie d'arrêter la folle machine qui s'emballe.

8995 vues

11 septembre 2023 à 20:15

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

31 commentaires

  1. Nos intellectuels ont été perméables à toutes les idéologies : communisme, Maoïsme, wokisme. C’est aussi un terreau fertile pour les secte des toutes nature.

  2. La FRANCE se meurt . Nos enfants et nos petits enfants sont a plaindre , avec une telle société de dégénérés congénitaux . Quelle décadence , quelle déliquescence !

  3. et c’est ça qui va s’occuper de la France à l’avenir, plutôt que se délecter de leurs idées un peu plus dingues de jours en jours, ils devraient s’inscrire pour prendre un migrant chacun et subvenir à ces besoins sans passer par les aides sociales, parce que c’est facile de « faire du bien « avec l’argent des autres, les impôts c’est la solidarité avec les autres , mais les autres c’est ceux qui bossent et ont bossés pas les bouffons qui aimment l’effort mais ne le pratiquent pas.

  4. C’est lamentable pour ces pauvres gosses en formation ( je parle de l’influence perverse des 2ième et 3ièmes années,voire + si désoeuvrés, sur les jeunes bizuts sortis de prépas sérieuses) : Ce relâchement est d’une inconséquence rare pour leur futur !

  5. A la lecture des premières lignes on commençait à s’inquiéter , un rassemblement de LGBTOQ sans exhibitionnisme ! Et puis, sauvés …. Il est recommandé d’adopter « la meilleure tenue de plage ». Comprenez, venez avec le mini minimum de tissu. Ils osent ensuite nous affirmer qu’ils sont normaux. Difficile à plaider !

Les commentaires sont fermés.