Elle s’appelle Floriane et n’a pas 25 ans. Policière dans l’Oise, elle a été prise pour cible à la cité des Fleurs, dans le quartier nord de Beauvais, alors qu’avec ses collègues, elle effectuait une patrouille, mardi, visant à faire respecter le confinement dans un endroit signalé comme ne le respectant guère.

Alors qu’elle tentait de verbaliser deux individus, elle a pris une brique en pleine tête. Gravement blessée, elle a été opérée en urgence au CHU d’Amiens. On a heureusement bon espoir qu’elle puisse se remettre rapidement.

Sur Twitter, Christophe Castaner l’a assurée de ses « pensées » - ça lui fait sans doute une très jolie jambe sous le pantalon d'uniforme - et aussi assuré la police de sa « solidarité » - c'est le moins ! - et a affirmé que « tout était mis en œuvre pour que ces actes gravissimes ne restent pas impunis ». On y croit. Il aurait été plus juste et réaliste de dire « pour que ces actes gravissimes ne se reproduisent pas » car cela, en effet, on y travaille : si l'on en croit un article du Canard enchaîné intitulé « Un confinement allégé pour les banlieues » : une « cellule interministérielle de crise a averti l’Élysée : on a un problème dans les banlieues […] mais pas question d’employer les grands moyens : après avoir ordonné quelques contrôles dans les quartiers sensibles, le ministère de l’Intérieur relâche la pression. »

Le remède est imparable et immuable : si la police ne patrouille plus, elle ne risque plus de prendre un pavé ni, d'ailleurs, de constater que le confinement n’est plus respecté. Si l’on casse le thermomètre, il n’y a plus de fièvre. Si l’on ne dépiste pas, il n’y a plus de contaminés. Si l’on ne comptabilise pas les morts dans les EHPAD, il y a moins de létalité. La méthode est toujours la même, éprouvée, plébiscitée et recyclée à l'infini : la gouvernance de l’autruche et du doigt mouillé.

Et Laurent Nuñez d’affirmer, lors d’une visioconférence avec les préfets de zone de défense, que « ce n’est pas une priorité que de faire respecter dans les quartiers les fermetures de commerce et de faire cesser les rassemblements ».

Mais alors, quelle est la priorité ? Verbaliser autour des cimetières la famille éplorée venue rendre un dernier hommage à son aïeule qu’un tri cornélien aux urgences aura sacrifiée, vu son grand âge et faute de respirateurs en nombre suffisant, au jeune des quartiers non confiné ?

Lorsque Éric Ciotti a demandé le déploiement de l’armée dans les quartiers où le confinement n’est pas respecté et où la République est contestée, Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement, s’est indignée et gaussée : « Et pourquoi ne pas mettre l’armée, aussi, dans le centre de Versailles ? » Pourquoi ? Faut-il être gonflé : parce que ce n’est pas là que les policiers en patrouille reçoivent les pavés !

Dans une déclaration récente, le directeur général de l’OMS martelait : « Vous ne pouvez pas combattre un incendie les yeux bandés. » Le monsieur a raison. Il n’est plus temps de jouer à colin-maillard. Ni dans le domaine sanitaire, ni dans le domaine sécuritaire, car tout cela va finir par nous tuer.

19580 vues

25 mars 2020

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.