Les rodéos urbains ne sont pas un phénomènes nouveau. Ils existent depuis de nombreuses années, mais l’absence de relais médiatique rendait cette pratique confidentielle et seules les forces de l’ordre y étaient régulièrement confrontées. Tout au plus les Français avaient-ils connaissance de ces pratiques lorsque, malencontreusement, une course-poursuite effectuée par les policiers s’achevait par un accident provoquant une ou plusieurs victimes. Dans ces cas-là, c’était la poursuite policière qui était incriminée et non le rodéo en question.

Le développement des réseaux sociaux, mais également l’engouement des médias pour tout ce qui relève du sensationnel, donne aujourd’hui à cette pratique un écho tout particulier. Bien plus, l’issue dramatique que peut revêtir ce genre de comportement, tel ce qui vient de se passer à Pontoise où deux jeunes enfants ont été gravement blessés par un jeune motard irresponsable, fait désormais passer ce comportement du stade de quasi numéro de cirque à celui de conduite criminelle. Car ne nous y trompons pas : pendant toutes ces années, bien peu d’élus et de responsables politiques acceptaient de voir cette réalité en face, et considéraient, ainsi que je l’ai souvent entendu, qu’il fallait « que se passe ». C’était donc à la police de régler cette question ! Et cette question, nous la réglions. Parfois en fermant les yeux lorsque le trouble à l’ordre public était limité. Parfois en prenant le risque de « chasser » les auteurs de ces méfaits. Parfois, encore, en reportant au lendemain l’interpellation d’un individus qui avait pu être identifié car connu des services.

Si les rodéos urbains sont dorénavant érigés en phénomènes majeurs de société, les recettes de la police pour y remédier n’ont guère changé. Désarmés d’un point de vue matériel car ne disposant d’aucun outil spécifique pour lutter contre ces pratiques, les policiers sont également désarmés d’un point de vue juridique. La pratique du rodéo urbain est en effet peu sanctionnée. 15.000 euros d’amende que les auteurs insolvables ne paient jamais. Un an de prison jamais prononcé et qui, de toute façon, se transformerait en peine de substitution. Bien entendu, il y a d’éventuelles circonstances aggravantes qui peuvent aboutir au triplement de ces peines, mais qui a un seul exemple du prononcé d’une telle sanction ? Par ailleurs, les saisies sont rarement suivies d’effets et les restitutions d’engins confisqués nombreuses. Dans ce contexte, les forces de l’ordre restent le plus souvent les spectateurs impuissants de comportements dont on sait pourtant qu’ils peuvent avoir des conséquences dramatiques.

Dès lors, comment tenter d’améliorer la situation ? Certains pays comme le font, semble-t-il, le choix par le biais de la technique du « tamponnage » de faire courir le risque de l’accident à l’auteur des faits plutôt qu’à d’éventuels innocents. Si d’un point de vue moral ce genre de solution peut s’admettre, il est évident que d’un point de vue légal, ce remède peut s’avérer contestable. Par ailleurs, appliquée légalement en France, que se passerait-il si s’ensuivait la du délinquant fauteur de trouble ? Sans doute verrions-nous aussitôt les quartiers s’embraser les uns après les autres. Et quel pouvoir serait capable, de nos jours, d’assumer une telle décision ? Aucun !

Dès lors, quelles solutions reste-t-il ? Une fois encore, c’est vers la réponse pénale qu’il faut se tourner. Seule la dissuasion semble à même de rompre cette spirale de violence qui s’empare de notre et dont ces rodéos mortels ne sont que l’un des symptômes. C’est donc par une peine fortement dissuasive, et systématiquement appliquée, qu’il faut passer. À l’année de prison encourue, c’est à une peine de trois ans minimum qu’il faut recourir, éventuellement doublée en cas de circonstances aggravantes. De même, la saisie et la destruction de l’engin ayant servi à la commission du délit doit pouvoir être immédiatement prononcée et mise à exécution. Enfin, les dommages et intérêts en faveur des victimes doivent pouvoir être recouvrés par tous les moyens. Et les familles des délinquants mineurs impliquées directement.

Mais ne soyons pas naïfs. Au-delà des faits eux-mêmes, c’est une vaste question qui touche aujourd’hui à la place et à l’efficacité de la Justice dans notre pays. C’est toute la question de la faiblesse et de l’inadaptation de la réponse pénale qui est également posée. C’est enfin l’absence de volonté et l’aveuglement idéologique d’un pouvoir en place qui se complaît davantage dans la commisération plutôt que dans l’application de la justice et du droit.

3820 vues

11 août 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

25 commentaires

  1. Ce qui me choque dans ses rodéos est que la Police n’est pas respectée. C’est une France à deux vitesses où l’honnête citoyen est toujours sanctionné ( 135 Euros pour un dépassement involontaire de 1 km/h, porte de magasin climatisé non fermée, bientôt dépassement de 1° de la température autorisé dans son appartement l’hiver, etc…) et où on ne fait rien à part du vent contre ceux qui sont dangereux. Il faut que ça change, tout contrevenant qui refuse d’obtempérer aux injonctions des forces de l’ordre doit être immédiatement stoppé même par la violence et l’objet du délit confisqué ou alors laissons les autres tranquille et allons tranquillement vers l’anarchie.

  2. La manoeuvre décrite sur la photo s’appelle un wheeling. Que le motard qui n’a jamais fait de wheeling, volontairement ou involontairement, leur jette le premier boulon !… Ne peut-on pas leur réserver un terrain municipal goudronné pour leur permettre de perfectionner leur style, loin des passants et des poussettes ?… Je sais, je me fais l’avocat du diable, mais j’ai parfois du mal à supporter les donneurs de lecon en képis, dont les primes sont proportionnelles au nombre de proces-verbaux rédigés et qui sévissent le long des routes, quand ils pourraient etre mieux employés ailleurs.

    1. Une piste réservée aux motards, soucieux de performances, avait été construite en Ile de France il y a un certain temps. J’ignore si cette dernière est toujours d’actualité, mais il est certain que ce type de construction est à multiplier dans l’hexagone afin de permettre à certains d’externaliser leurs pulsions d’adrénaline. Il en est de même pour les frasques automobiles qui n’ont aucunes légitimités sur le réseau routier.

      1. Je sais que mon commentaire est un peu choquant, et peut provoquer des réactions qui sont tout à fait légitimes. La France est un pays dont on a éliminé une bonne partie des 2 roues. Ceux-ci sont moins chers et pourraient donner une autonomie à ceux qui ne peuvent plus s’offrir une voiture, et qui galèrent pour se déplacer s’ils habitent dans un lieu où les transports en commun ont disparu. On rend la vie difficile aux motards, controles continuels, equipements de securité aberrants, bientot controles techniques, et les seuls à resister sont ces jeunes de banlieue. Alors, quelque part, je me sens un peu solidaire d’eux, méme si (uniquement) sur ce sujet, mon avis diffère de Bd Voltaire.

    2. Oui monsieur, mais nous on cherchait un coin désert et si on avait blessé un enfant on aurait pris au mieux du petit plomb au pire un lynchage en règle. A cette époque révolue il y avait du sang dans les veines de la population

  3. Une seule solution pour bien identifier les coupables, la surveillance par drone et une loi pour rendre le témoignage des drones valables devant les tribunaux : il faut équiper les drones de caméras et horloges authentifiées.

    1. Ce qui n’empêchera pas les démonstrations ; les raves party sont interdites et elles se multiplient. Le plus efficace, à mon sens, serait de mettre en place des espaces surveillés, payants et dédiés à ces adeptes de frasques motos, automobiles, raves party etc.). Et là, hors ces lieux dédiés, ces pratiques pourraient être verbalisées de manières plus strictes et pénalisantes.

  4. Dans les possibilités pour endiguer ses pratiques notre sinistre de la justice pourrait proposer de sanctionner les victimes. Que faisaient ces enfants dehors? Dans le chemin de la soumission,cette voie sera t elle bientôt envisagée ?

  5. Où l’état français est-il « non défaillant » ?
    Depuis la prise de pouvoir de macron (2012, avec Hollande ) quand l’exécutif s’est il montré à la hauteur ? Chaque jour est une dégringolade.

  6. Le texte ci-dessus ne parle pas d’une très importante nuisance que ces rodéos entrainent pour le voisinage.
    Je pense au bruit infernal qui accompagne ces actes de délinquance.
    Les accidents, surtout ceux sur des tiers, sont rares, mais pas le bruit qui est toujours présent lors de ces manifestations stupides.
    Je rappelle qu’une seule moto déréglée peu réveiller des milliers de personnes lors de son passage dans une ville . Dans le cas d’un rodéo, on a affaire à une démonstration qui peut durer plusieurs heures.

  7. L’Etat est défaillant dans tous les domaines, dans tous les domaines. Ils se gargarisent de bons mots pour se donner l’illusion de progressistes et manipuler l’opinion mais dans les faits, tout se désagrège. De la famille, aux moeurs, de l’industrie à l’agriculture, de la santé à l’action sociale démesurée, de l’éducation à la formation professionnelle, de la motivation au travail au pouvoir d’achat, de la qualité du patrimoine à l’entretien du réseau routier, de l’innovation à l’application, de l’énergie aux approvisionnements en eau potable, de la sécurité des personnes à l’entretien des communes, etc . Tout est en désagrégation. Nous étions des majors dans bien des domaines, nous plongeons dans les profondeurs des classements nationaux et internationaux. Il nous reste, le luxe et l’aviation. Les effets du progressisme tant vanté avec prétentions.

  8. Rodéos urbains ?Une machine à tuer des enfants en fait .
    Il faudrait adopter la méthode anglaise .

  9. Il y a quelques mois, j’ai assisté, dans les rues d’Ottawa, à l’intervention d’un policier canadien, appelé pour le tapage provoqué par un drogué. L’officier de Police est arrivé seul dans son véhicule, en est descendu tranquillement avant de se diriger vers l’individu. Ce dernier, à la vue du policier, s’est aussitôt calmé, laissé palper, les mains appuyées sur le véhicule de police et a accepté sans broncher le menottage. De la même façon, les témoignages des canadiens vont tous dans le même sens, même s’il s’agit d’une policière intervenant pour séparer deux individus. Dans un pays, chantre du Wokisme, la police est malgré tout pleinement respectée. Justin, le copain de Macron fait respecter l’ordre dans son pays.

  10. L’état n’est pas défaillant, l’état est inexistant en matière de protection des citoyens. Ne trouvent grâce à ses yeux que la racaille, les délinquants, les minorités de genres multiples, variés, hors planète et vicelards. Le Français lambda honnête, qu’il soit enfant, âgé ou retraité, malade, handicapé, fait office de dérivatif destiné aux multiples agresseurs assoiffés de sang et de biens dérobés.
    Il faut que ça pète, ça devient vital. Les idéologues marginaux ont pris le pouvoir et distribuent des miettes qui suffisent à soumettre le petit peuple égoïste qui veut préserver son petit confort et ne voit pas plus loin que le bout de son nez. Oui nous sommes en danger de mort, il faut nous réveiller.

    1. entièrement d’accord et je me prépare avec ce qu’il faut………..
      merci de penser comme un bon gaulois

  11. Si le motard s’était vautré tout seul à la seule vue d’une voiture de police, on aurait déjà des émeutes dans ce « quartier populaire »….Mais là, c’est tout juste si la mère de la gamine massacrée ose venir dire dans un micro que c’est bien dommage.

  12. La France : pays des droits de la racaille ; tous les épanchements que l’on peut lire dans les articles et commentaires de BV que par ailleurs j’apprécie beaucoup, ne sont que ressassements des mêmes maux et mêmes absences de remèdes…
    La seule réponse a apporter au vu de l’incapacité de l’état à prendre ses responsabilités est l’objet d’un autre article du jour : s’expatrier et aller payer ses impôts dans un pays qui n’a pas atteint cette déchéance; marre en effet de nourrir, loger, soigner cette racaille qui nous pourrit la vie et sur laquelle nos institutions n’ont plus prise; sinon quel autre choix ?!? La révolution !?! Je crains qu’elle ne finisse par arriver…

  13. Il faut du courage politique , ce qui manque à ce gouvernement tout comme gouvernement précédent . Oui, il faut adopter la méthode Britannique et tant pis pour les dommages collatéraux. On peut prévoir dans la procédure du tamponnage, l’utilisation de la sirène de la police et des sommations par haut parleur, une fois les sommations faites on peut percuter , le contrevenant n’ayant pas obtempéré .Une baisse de 40 % chez nos voisins Anglais, et nous , nous en sommes à prendre en considération les risques encourus par ces voyous , les victimes une fois de plus passent au second plan . Plus d’amende et de peine de prison ? Mais encore faut il arrêter ces délinquants , avec la méthode actuelle, c’est peanuts .Cette gamine , percutée restera handicapée Toute Sa Vie !! Darmanin , un roi de l’esbrouffe beaucoup de baratin, peu d’action , c’est encore pire pour Macron, pour lui juste un sentiment d’insécurité. Mais comment les Français ont ils pu voté pour cette bande d’incapables ?….

    1. La question serait : qui a pu voter pour cette bande d’incapables, et bien le décompte est vite fait; Quand M Mélenchon a été évincé de l’élection présidentielle vers qui se sont reportées ses suffrages, pas vers Mme Le Pen évidemment …
      Quand on connaît la constitution de son électorat qui ne cesse de s’accroitre de jours en jours pas étonnant que ça ait basculé dans ce sens; et si l’on ajoute à cela les niais qui gobent encore la diabolisation faite de toutes parts au élus « d’extrême droite » le tableau est certes désolant mais bel et bien réel… sans solutions que de fuir ce cloaque !

    2. je me pose toujours la question, mais le problème c’est que nous l’avons , hélas, encore pour 5 ans, sauf si!!!!!!! ce que j’espère de plus en plus

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter