Editoriaux - Médias - 24 octobre 2019

Plus que jamais, nous avons besoin d’une parole libre et décomplexée !

« Les Vraies Voix », n’en déplaise à certains de mes commentateurs, est une émission à laquelle je suis fier de participer, chaque soir, sur Sud Radio.

Le seul reproche que j’aurais à lui faire est de se dérouler entre 17 et 19 heures, qui est, pour les professionnels des médias, un excellent horaire et, je le constate, très porteur mais qui m’occasionne, parfois, certaines frustrations.

Parce que, de manière évidemment scandaleuse, d’autres médias n’ont pas tenu compte dans leur programmation de celle de Sud Radio et donc de mes impératifs strictement personnels !

Ainsi Public Sénat m’avait convié le 23, à 18 heures 30, pour débattre d’un sujet passionnant : « Une parole décomplexée est-elle possible à la télévision ou sur les réseaux sociaux ? » J’ai dû répondre négativement même si à quatre, pour traiter d’un tel thème, nous aurions eu chacun une portion congrue.

Je ne peux pas laisser échapper cette occasion manquée qui me permet à nouveau de questionner la et la qualité du langage.

Que ce soit à la télévision ou sur les réseaux sociaux.

D’abord, il est clair, pour moi, que la parole décomplexée n’est pas une parole pénalement répréhensible. Je sais bien que, compte tenu de ce qu’est le droit de la presse et de son infinie souplesse et ductilité, on peut s’interroger, quand on parle ou que l’on écrit, sur le caractère répréhensible ou non de ce qu’on a déclaré. Il n’empêche que, dans la plupart des cas, le doute n’est guère possible. Par exemple, si on traite quelqu’un de « salaud » dans une confrontation, la conscience de proférer une insulte est indiscutable.

Pourtant, tout n’est pas aussi simple. Car, s’il convient de fuir le délit, la parole décomplexée a encore droit de cité car, sans elle, la tiédeur, l’absence d’invention, le conformisme se coulant dans les pensées toutes faites, aux antipodes du défi et de la provocation consubstantiels à toute intelligence assurée de son expression, seraient dominants et rendraient la plupart des affrontements médiatiques parfaitement insipides, vides de sens. Pour se communiquer des banalités il n’est pas nécessaire de se rencontrer ou de tweeter.

Il y a donc une voie entre une parole juridiquement blâmable – en général, elle globalise ce qui devrait demeurer singulier – et un verbe pourtant libre parce que libéré.

Parce qu’il n’a pas eu peur de se libérer.

Comme exemple, je souhaiterais faire un sort à l’argumentation et aux positions d’Ivan Rioufol à l’écrit comme à l’oral. On ne les a jamais suspectées d’être molles ou faiblement conservatrices. Et ce journaliste n’a jamais fui l’ardente obligation de proférer sa vérité, aussi dérangeante qu’elle puisse apparaître. Mais sa parfaite maîtrise de la langue française lui a toujours permis d’user d’une forme qui ne rendait jamais son fond passible de la police de la pensée et/ou du couperet judiciaire.

Comment, alors, ne pas mettre en cause la médiocrité et la pauvreté du langage et du vocabulaire actuels qui non seulement sont incapables de transmettre une idée ou un développement complexe quand ils existent, mais, plus gravement, rejaillissent sur l’esprit de ceux qui écrivent ou parlent en simplifiant à l’extrême leurs dires, en les dégradant de manière tellement sommaire qu’ils frôlent la vulgarité, la grossièreté, voire l’insulte et ne relèvent plus d’une parole décomplexée mais d’un propos indécent, voire ordurier.

Pour résumer, l’aspiration à une pensée complexe dispose de moins en moins du secours d’un langage adapté. Et celui-ci réduit à presque rien ne donne plus à qui pourrait en avoir envie la chance d’une réflexion plus fine que péremptoire, plus vigoureuse qu’odieuse, plus ouverte que rétractée.

Il est même inutile de s’appesantir sur le tragique délitement de la culture générale qui prive de substance les propos télévisuels ou sur les réseaux sociaux ou, pire, sur une minorité de malfaisants qui se servent des outils si positifs de notre modernité pour extérioriser une envie exclusive d’hostilité personnelle et de crudité de l’expression.

Contre eux, on ne pourra jamais rien tenter car leur nature est leur problème.

Bien sûr qu’une parole décomplexée est possible, plus même, nécessaire.

Mais il y faut une passion de la liberté, de la vérité, de l’écoute et de la contradiction, un respect fervent du langage et de ses richesses.

Une envie d’être soi par le meilleur et non par le pire.

Extrait de : Justice au Singulier

À lire aussi

Pauvre de moi, pauvres de nous !

Pauvres de nous, donc, avec notre pluriel médiocre et nos combinaisons d'épiciers... …