C’est la BBC qui a tiré la sonnette d’alarme. Par temps de , le Grand-Breton sort ses outils de jardinage et se défoule sur son bout de terrain. Après l’avoir maltraité en tous sens, bêché, semé, planté, il obtient un coin de verdure charmant sur lequel il installe, en guise de touche finale, quelques personnages barbus de petite taille. Une demande explosive de nains de jardin naquit de cette frénésie « jardinante » alors que le bateau qui les amenait de Chine était coincé sur le canal de Suez. La pénurie de s’installer et la BBC de s’en inquiéter. Outre-Manche, un jardin sans nain est une désolation.

Jardineries en rupture de stock, associations humanitaires qui se désintéressent du sort de ces hauts comme trois pommes entassés dans la soute d’une navire, le Britannique se retrouve seul face à son no nain’s land pavillonnaire. Désappointé, incompris des gestionnaires du canal de Suez qui n’ont pas levé le petit doigt pour libérer les précieuses figurines afin de les envoyer par vol spécial réenchanter les lopins de terre anglais.

Par extension, le mobilier de jardin vient également à manquer. Ikea connaît des problèmes d’approvisionnement. Le manque de tables et de chaises en bois made in China touche désormais l’ tout entière. Selon la Lloyd’s List, le blocage du canal a empêché le passage quotidien de 8 milliards d’euros de marchandises. « Allez retrouver des nains de jardin dans ce bric-à-brac », se dit le British au bout du rouleau.

Autre effet du confinement, autre pénurie : les sachets de ketchup. Le repli vers la restauration à emporter a entraîné une surconsommation de dosettes de la célèbre sauce tomate sucrée. Débordée, la firme Heinz devrait accroître sa production de 25 % pour atteindre 12 milliards de sachets par an ! De l’emballage jetable en veux-tu en voilà, des montagnes de plastique que l’écolo mondialiste marchant pour le climat dénoncera mollement.

À l’issue du confinement, l’Europe manque de presque tout. De présence d’esprit, principalement. Une pénurie de neurones qui l’amène à importer tant et plus au détriment d’une fabrication locale. Le Britannique en tire la conclusion qui s’impose : c’est nain porte quoi.

21 avril 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivé.

5 1 vote
Votre avis ?
14 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires