L’Union européenne et le se sont donc entendus pour un accord semble-t-il honorable et acceptable pour les deux parties. On continuera donc à commercer de part et d’autre de la Manche. Au fond, qui en doutait ? La dernière fois qu’un blocus a été décrété contre l’, cela s’est mal terminé. Et pas pour l’Angleterre. L’Angleterre, finalement, n’est pas une île mais un vaisseau. Un navire aguerri pour faire face à la haute mer. On devrait écouter et réécouter les paroles du fameux chant patriotique britannique, Rule Britannia!, repris en chœur à la fin des Proms. « Britannia règne sur les vagues. Les Britanniques ne seront jamais, jamais, jamais des esclaves. »

Évidemment, , premier Européen de , s’est empressé de tweeter en la vigile de . « L’unité et la fermeté européennes ont payé. L’accord avec le Royaume-Uni est essentiel pour protéger nos citoyens, nos pêcheurs, nos producteurs. Nous assurerons que c’est bien le cas. L’Europe avance et peut regarder vers l’avenir, unie, souveraine et forte. » L’Europe qui protège, donc. Qu’elle protège notre pêche, notre production, on veut bien. Pas question de faire preuve de naïveté avec les Britanniques, coriaces en affaire depuis toujours. Et, d’ailleurs, qui pourrait le leur reprocher ? Mais l’Europe qui protège ses citoyens ? La Grande-Bretagne est-elle un ennemi ? Menace-t-elle nos ? Que déjà l’Union européenne nous montre qu’elle est capable de protéger ses citoyens à ses frontières face à des menaces autrement plus meurtrières… C’était donc le message d’espoir de Noël d’Emmanuel : l’espoir d’une Europe souveraine. Car pour celui qui est censé incarner la souveraineté de la France, il n’y a qu’une souveraineté qui vaille, c’est celle de l’Europe. Au-dessus du souverain, il n’y a personne. En dessous, il n’y a que des vassaux.

De l’autre côté de la Manche, la reine Élisabeth a présenté ses vœux, ce 2. Soixante-sept ans qu’elle règne en souveraine ! Personne au-dessus du souverain, disions-nous ? Si, tout de même. Puisque la reine est la dernière monarque dans le monde à recevoir l’onction du sacre. Et l’on devine, à travers son allocution, qu’elle n’est souveraine, en quelque sorte, que par délégation : « Chaque année, nous célébrons Noël en allumant les lumières. La lumière fait plus que créer un esprit de fête. La lumière apporte l’espoir […] Chacun de nous est unique et égal aux yeux de Dieu […] Les enseignements du Christ m’on servi de lumière intérieure. »

Quelle est la lumière intérieure de ceux qui nous gouvernent de ce côté-ci de la Manche ?

https://twitter.com/i/status/1342485852438597632

25 décembre 2020

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.