Le gouvernement a donc opéré un remaniement. Ou plutôt quelques ajustements. Outre quelques informations comme l’éjection de Damien Abad et le grand retour de Marlène Schiappa, il faut noter la nomination d’ au poste de ministre délégué chargé du Renouveau démocratique et porte-parole du gouvernement. Un changement notable pour l’ancien ministre de la Santé devenu, entre mai et juillet 2022, ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement au sein du gouvernement d'Élisabeth Borne.

L’ancien ministre de la Santé, figure liée par l’opinion à la gestion politique du Covid-19, sera donc la voix et le visage du gouvernement Borne jusqu’au prochain remaniement. Au vu de la communication hasardeuse, pour ne pas dire contre-productive, du gouvernement lors des différents épisode épidémiques, on pourrait penser que ce choix n’est pas judicieux. Pour trouver un début d’explication, il faut sans doute revenir aux débuts d’Olivier Véran à la Santé. Avec l’imbroglio et le scandale autour du départ d’Agnès Buzyn, la figure d’Olivier Véran est apparue comme apaisante. Faisant la tournée des plateaux, le ministre médecin avait fait usage de pédagogie et de clarté et avait contribué, au début, à rassurer l’opinion par ses conférences de presse quotidiennes sur l’avancée de l’épidémie. Mais le médecin laissa vite la place au politique au même rythme qui voyait la politique sanitaire devenir une politique électorale.

S’il n’a pas été seul aux commandes, Olivier Véran incarne la faillite de la du Covid, la suspension des soignants non vaccinés et la mise en place d’une politique des plus répressives avec le vote du passe sanitaire et du passe vaccinal. Si le porte-parole du gouvernement est surtout en lien avec les journalistes davantage qu’avec le grand public, c’est un signe de continuité que marque Emmanuel en remettant en avant l’une des figures du quinquennat précédent. Une nomination dans la lignée de ce faux remaniement mais véritable ajustement. En nommant un gouvernement recyclé, Macron a démontré qu’il se laissait du temps pour dompter l’Assemblée nationale. Aveu d’échec de constitution d’une forme de gouvernement de coalition ou volonté politique de laisser la situation se dégrader ? Avec Véran en porte-parole, on imagine le pire.

En tout cas, les ont salué à leur manière cette nomination : « Véran est le nouveau porte-mensonge du gouvernement » dénonce l’un. « La nomination de Véran confirme la stratégie du mensonge et de confusion permanente du gouvernement ! » affirme un autre. En tout cas, cela n’a pas ému le concerné puisque, lors de sa brève allocution qui le voit succéder à Olivia Grégoire, mise en difficulté par l’épisode tragique du Stade de France, il a affirmé qu’il sera « résolument ce relais d'une information fiable, accessible, au service de la démocratie ». On y croirait presque s’il n’avait pas raconté tout et son contraire pendant deux longues années !

3934 vues

4 juillet 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

62 commentaires

  1. Péremptoire, sans empathie aucune, ce triste sire n’a pas fini de me faire zapper lors de ses interventions télévisées !

  2. Il devrait simplement disparaitre ce « monsieur » , nous avons déjà vu sa capacité à écouter et à respecter les députés de l’opposition qui sont souvent d’un avis différent du sien !
    Bravo pour les relations entre lui et le parlement ! On va rire ou pleurer , je lui souhaite du plaisir et j’espère que l’opposition lui fera mordre la poussière … avec le même respect et la même retenue dont il a fait preuve il n’y a pas si longtemps….

  3. Ce type est un baratineur, incapable d’accomplir de grandes choses sous l’ancien quinquennat alors sous le nouveau quinquennat il n’y a rien à attendre d’un tel gibier.

  4. Un « Porte Parole » se veut être le relai entre le Gvt et le Peuple, en terme de communication. On est gâtés !
    Après Sibeth, la bien nommée, Gaby Attal, l’endormeur, revoilà Véran, l’embrouilleur !
    l’Art du Mensonge est inné, et il le cultive à loisir.
    Fermez vos postes à la sortie du Conseil des Ministres ! Hélas, les Médias ne valent pas mieux… Il nous faudra subir…

    1. J’ajouterai qu’il serait opportun et indispensable que cette mitraillette à paroles réduise la voilure en apprenant à s’exprimer de façon posée ce qui est très loin d’être le cas, l’individu avalant la moitié de ses paroles. Quelle misère comme on le dit communément !

  5. donc , pour les comptes rendus du conseil des ministres ,je me contenterai des résumés , (l’entendre plus d’une minute , ça ne va pas le faire …) reste à savoir , si il va s’emporter ,si une question ne lui convient pas , comme à l’assemblée , « …..sortez !!! « 

  6. Le perroquet déconnecté de Macron va pouvoir faire ce qu’il fait le mieux : parler pour ne rien dire et surtout de la désinformation !

    1. Ça s’appelle « macroner » … terme qui a fait le tour et rigoler les soldats Russes et Ukrainien.

  7. Charger Olivier Véran du Renouveau Démocratique, il fallait l’oser. Effectivement pour les relations avec le Parlement, il n’était pas un modèle de respect et de diplomatie. Il fallait toutefois trouver un emploi à cet homme de main de la Macronie qui reste disponible pour soutenir les grandes réformes sociétales en matière de santé : euthanasie, suicide assisté, GPA, refus des clauses de conscience, ostracisme pour les non vaccinés, chosification de l’embryon. Ouf, il a failli être en chômage

  8. M et ses acolytes sont en train de nous rabâcher que la hausse des prix est due à la guerre en Ukraine (autrement dit c’est la faute à Poutine, pas la nôtre).
    Et les journalistes s’y mettent aussi.
    Une vérification étiologique s’impose en effet.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter