Novembre 18 : un anti-Mai 68 !

En mai 68, des étudiants gauchistes balançaient des pavés sur les CRS. Les images d’archives présentent des points communs avec les événements sur les Champs-Élysées de ce samedi. Pourtant, la situation est bien différente. En mai 68, les étudiants étaient des enfants gâtés de la bourgeoisie. Ils avaient des revendications libertaires et marxistes. Ils voulaient changer le monde et détruire le système capitaliste.

Ils ont en partie gagné : le monde a changé mais le système capitaliste a triomphé. Les soixante-huitards ont fait leur révolution personnelle en reniant le socialisme pour se convertir au libéralisme. Ils ont opté pour le libéralisme américain : le politiquement correct additionné de beaucoup de libéralisme et d’une pincée d’écologie. Cette mutation s’est produite dans les années 80.

Aujourd’hui, on retrouve Dany le rouge en soutien d’Emmanuel Macron. Il est devenu une pastèque : rouge dedans et vert dehors. Les soixante-huitards ont compris que le libéralisme était à l’origine une idéologie de gauche qui combattait le conservatisme. Ils ont réussi à imposer une domination métapolitique de cinquante ans sur les gouvernements successifs. Ainsi les pouvoirs de gauche et de droite ont toujours poursuivi la même politique durant le dernier demi-siècle : toujours plus d’immigration, toujours plus de fédéralisme européen et toujours plus de dérégulations. On peut ajouter : toujours plus d’amalgames abjects avec les fascistes, de repentances absurdes et de lois liberticides contre les dissidents. Le clergé catholique a été supplanté par un clergé soixante-huitard comme référence morale et il occupe la fonction de l’Inquisition d’antan.

Aujourd’hui, les Français vivent dans une société déconstruite. Ils sont devenus des déracinés, des déshérités et des désespérés. La révolte a éclaté au sujet de la baisse du pouvoir d’achat. Mais la colère est plus profonde. L’ouverture des frontières a désintégré la nation française en important massivement des populations immigrées et en imposant une concurrence féroce avec les productions des pays sous-développés. De trop nombreux Français sont les perdants de la mondialisation. Désormais, la majorité silencieuse s’oppose bruyamment à l’oligarchie aux ordres de la finance apatride et de Bruxelles.

Novembre 18 est un anti-Mai 68. Il s’agit du signe annonciateur d’un basculement idéologique. La domination métapolitique de la gauche est en train de prendre fin. Le peuple français veut préserver son identité, sa religion, sa culture, ses traditions et son pouvoir d’achat. Un nouveau cycle s’ouvre en rejet de la situation délétère actuelle. Les Français ne veulent pas vivre dans une société multiculturelle et multi-conflictuelle. Les Français veulent un avenir pour leurs enfants !

À lire aussi

Un candidat antisystème à la présidence ukrainienne

L’Ukraine souffre des mêmes maux que la France mais avec un important coefficient multipli…