Miracle ! France Inter évoque le pèlerinage de Chartres (et ne ricane même pas)

pelerinage Chartres

À chacun son chemin de Damas. L’histoire retiendra (peut-être) que France Inter a été touchée par la grâce au lendemain de l’Ascension.

La preuve ? La radio a évoqué le pèlerinage de Chartres. Celui qui s’ébranlera samedi matin de Saint-Sulpice - incendie de Notre-Dame oblige - pour rejoindre, lundi de Pentecôte, la cathédrale de Chartres. En parler est déjà un exploit, car depuis quarante ans, cette petite ville en mouvement - en nombre, c’est Bayeux ou Briançon qui se déplacerait à pied - intéresse fort peu les médias. Mais le plus incroyable, ahurissant, prodigieux, est que France Inter en a parlé de façon neutre, s'en tenant aux faits. Sans leurs tresser des couronnes de lauriers, mais sans se moquer, ricaner, cracher du fiel, faire de finaudes allusions aux prêtres pédophiles ni à la France de Vichy, tendre le micro à un obscur quidam assurant y avoir été traîné de force, enfant, il y a vingt ans, par ses parents intégristes... Non. Rien de tout cela. En interrogeant « vraiment » une jeune fille ordinaire de ce pèlerinage, pas une folle dingo ni une illuminée. Sans tronquer ses propos, les interpréter ni chercher à la piéger. Quel exploit ! On nous les a changés. Si ce n’est pas un miracle…

Il est vrai que ces jeunes - France Inter rappelle que 50 % d’entre eux ont moins de vingt ans - constituent un phénomène de société : on nous bassine depuis des mois avec les Black Blocs et les Soulèvement de la Terre. Ils sont les anti-Black Blocs et le Soulèvement vers le Ciel. Les uns sont nihilistes et crient « Ni Dieu ni maître », les autres sont gonflés d’espérance et se mettent à genoux. Les uns rêvent du Grand Soir, les autres du petit matin quand, ayant rangé leur tente, ils reprennent la route là où ils l’ont laissée la veille, bannières au vent. Les uns réclament le droit à la paresse, les autres recherchent la rudesse, celle de la route. Les uns pensent à leur avenir matériel, leur retraite, les autres à leur destin spirituel... après la retraite. Les uns vocifèrent des slogans, les autres chantent des cantiques. Les uns détruisent sur leur passage, les autres ramassent jusqu’au dernier papier gras, seuls, les lieux de bivouacs, martelés comme après le passage d'un troupeau, se souviennent des milliers de godillots. Les uns marchent pour le climat, les autres marchent malgré la météo : l’an passé, pluie diluvienne ! Apparemment, elle ne les a pas dégoûtés.

Les uns ne veulent pas d’enfants, les autres se rencontrent (parfois) au pèlerinage et reviennent des années plus tard avec leur nombreuse progéniture. Les uns veulent faire du passé table rase, les autres veulent tout conserver. Trop, peut-être, de l’avis de certains. Car s’il est de nombreux pèlerinages menant à Chartres chaque année, celui de la Pentecôte a une spécificité : son rite. Chacun l’appelle comme il veut : tridentin, de saint Pie V, traditionnel, en latin ou, comme Benoît XVI, « extraordinaire »…

Au-delà de la jeunesse, France Inter souligne la progression impressionnante des effectifs. 16.000 pèlerins. Anticipant une croissance de 10 %, afin de respecter les autorisations administratives et devant l’impossibilité de gérer une telle colonne sur la route et dans les bivouacs, l’organisation a dû fermer les inscriptions, il y a une semaine. Et c’est encore sans compter les pèlerins « d’en face », ceux de la Fraternité Saint-Pie-X, eux aussi attachés au rite tridentin, qui, le même week-end, font le chemin inverse. Ils ont à ce jour près de 5.300 inscrits (6.000 attendus lundi, à l'arrivée à Paris).

Si même France Inter parvient à surmonter ses préventions pour s’intéresser à cette foule fervente, les évêques français devraient pouvoir, aussi, y arriver ?
Dans un article récent publié dans La Croix, l’historien des religions Guillaume Cuchet tire la sonnette d’alarme : « Le catholicisme risque de ne plus rester longtemps la première religion. » Il s’appuie sur l’enquête Trajectoire et origines de l’INSEE parue en avril, qui constate notamment que si l’islam, de toutes les religions, est celle qui, chez nous, a le meilleur taux de transmission, le catholicisme est, à l'inverse, sur ce plan, la moins bien lotie. Guillaume Cuchet ne s’explique pas que ce « déclassement annoncé » suscite si peu de commentaires dans l’Église, « comme si les évêques sonnés par la crise des abus sexuels ne savaient plus qu’assister, muets et impuissants, à l’effondrement ». Peuvent-ils continuer de s’offrir le luxe de repousser ces ouailles ? Et de ne pas vouloir réfléchir aux raisons de cet enthousiasme ?

Mais l’autre élément marquant ce cette édition, qui, lui, n’a pas été abordé par France Inter, dépasse nos frontières : le pèlerinage de Chartres essaime. Après l’Argentine et l’Australie, c'est d'Espagne et des États-Unis que viendront des équipes logistiques organisant des pèlerinages jumeaux, lancés en 2021. Elles comptent ainsi apprendre in situ à gérer des groupes de grande ampleur.

Il y a quelques jours, encore, le pape François dénonçait, en Hongrie, le danger du « restaurationnisme », de « l’arriérisme » et de la « maladie nostalgique ». Mais comment des jeunes nés quarante ans après Vatican II pourraient-ils se sentir visés par ces mots ? Peut-être vivrons-nous assez vieux (qui sait) pour voir un jour le motu proprio Digitum in oculo : nous nous sommes fourré le doigt dans l’œil ! Dans les fidèles de la messe tridentine, nous avons cru voir un EHPAD, c’était en fait une pouponnière. Et après tout, si ces bambins sont loin d’être parfaits, ils ne font pas, in fine, de si mauvais catholiques. Par les temps qui courent, on ne peut pas se permettre de faire la fine bouche.

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 26/05/2023 à 23:57.
Gabrielle Cluzel
Gabrielle Cluzel
Directrice de la rédaction de BV, éditorialiste

Vos commentaires

52 commentaires

  1. Ce n’est que l’effet des engagements politiques de l’Église institutionnelle qui a depuis longtemps choisi son camp et ce n’est pas celui de la France.

  2. Chère Gabrielle, vous-même pourquoi ne parlez-vous pas du pèlerinage de Pentecôte de la FSSPX de Chartres à Paris ? Peur de tomber de votre cheval sur le chemin de Damas ? Bien à vous in Corde Mariae.

  3. Il faut rendre à César… : les évêques de France ont quand même salué le pèlerinage de Chartres dans un tweet de @Eglisecatho (compte de la CEF) daté du 20 mai, qui rappelle le nombre inédit de 16.000 pèlerins attendus pour l’édition 2023

  4. J’ai été contrainte et forcée d’aller au cathé alors même que je n’étais pas croyante, et je ne le suis toujours pas, mais j’admire les pèlerins pour leur force, leur plaisir de vivre et prier ensemble, mais pas bêtement et, donc, chacun à sa manière, celle qui le réconforte. Le problème de l’éloignement des personnes de l’église catholique vient d’elle-même. Le célibat des prêtres, par exemple. Ils perdent la notion de la vraie vie et n’ont pas conscience du mal-être et de la souffrance des gens ordinaires. Si les prêtres avaient une vraie vie de famille, ils seraient mieux à même de comprendre et d’aider les personnes malheureuses..

  5. Lisant avec intérêt cet autre article de la non moins intéressante G. Cluzel, je m’amuse à faire une bête opération du niveau CE2 qui me reste, et je parviens à cette évidence,
    Partant du simple compte que ce pays contient bon an mal an 36000 communes de toutes proportions. Et si Paris doit se débarrasser d’un million d’indésirables pour briller lors des prochains JO, nous arrivons à ce constat que chacune de ces communes françaises devra accueillir 28 chances pour la France… Alors Marseille, Bordeaux, Lyon, etc. … en souffriront bien moins que Beissenac (19) ou d’autres toutes petites communes qui se verront envahir par ces hordes qui ne sont une « chance pour la France » qu’au travers du délire de tous ces bobos qui les préfèrent ailleurs que devant chez eux. Alors imaginez ce même compte avec plus d’un million de pèlerins… ;=))

    • Comme les pasteurs ? Qu’apportent ils de plus en ce moment sinon l’hérésie et l’apostasie. Ils sont à la pointe du faux progès.
      N’étant pas catholique, vous ne pouvez comprendre.

  6. MERCI Gabrielle pour ce charmant article . J’ai adoré « in oculo digitum », Bravo pour votre humour et…le message de non désespérance en la jeunesse (d’origine) chrétienne.

  7. Je termine la lecture de cet article et ne peux m’empêcher de penser : » Délicieuse Gabrielle!!! »

  8. J’ai fait mon premier pélérinage de Chartres en 1953. J’avais 15 ans et je venais de rejoindre la J.E.C, Nous étions très nombreux a marcher dans les pas de Charles Péguy. Mon grand-père, un héros de la Grande-Guerre, m’avait dit avoir vu Péguy quelques heures avant sa mort pendant la bataille de la Marne. Nos adversaires de l’époque étaient les communistes Moscoutaires.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois